LE DIRECT
D'après les prévisions de la Banque de France publiées en septembre, l'inflation dans l'hexagone devait être de 0,5% en 2020 et de 0,6% en 2021.

Faut-il espérer le retour de l'inflation ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Depuis août, la zone euro est en situation déflationniste. La situation inquiète la BCE, incapable d'atteindre son objectif affiché d'une inflation "proche, mais inférieure à 2%".

D'après les prévisions de la Banque de France publiées en septembre, l'inflation dans l'hexagone devait être de 0,5% en 2020 et de 0,6% en 2021.
D'après les prévisions de la Banque de France publiées en septembre, l'inflation dans l'hexagone devait être de 0,5% en 2020 et de 0,6% en 2021. Crédits : BSIP - Getty

En décembre 2020, la zone entrait dans son cinquième mois d'inflation négative, signe d'une conjoncture déprimée due à la pandémie, a annoncé l'Office européen des statistiques. Le taux d'inflation annuel dans les 19 pays de la zone euro s'est maintenu à -0,3%, un niveau stable depuis septembre, selon une première estimation d'Eurostat. En août, cet indicateur avait plongé au-dessous de zéro pour la première fois depuis mai 2016, à -0,2%. Ces chiffres sont loin de l'objectif affiché par la Banque centrale européenne (BCE) d'une hausse des prix "proche, mais inférieure à 2%".

Cela fait un certain temps que les grandes banques centrales peinent à atteindre la cible d’inflation qu’elles se fixent. Dans la situation actuelle, on peut penser qu’il sera extraordinairement compliqué pour la BCE d’arriver à atteindre les 2%. - Jézabel Couppey-Soubeyran

Ils alimentent l'inquiétude sur l'état de l'économie européenne, avec la crainte d'un scénario de déflation associant baisse des prix et chute du niveau de demande. La faiblesse de la demande, des salaires et l'appréciation de l'euro face au dollar sont actuellement les principaux facteurs alimentant la baisse des prix. En décembre, l'inflation a été négative dans l'énergie (-6,9% sur un an), et les prix des biens industriels ont également reculé (-0,5%). En revanche, ceux des services ( 0,7%) et de l'alimentation, alcool et tabac ( 1,4%) ont poursuivi leur hausse.

Quand une économie entre en récession et que le chômage augmente, une pression à la baisse est exercée sur les salaires et ça crée des surcapacités du système productif. Ces deux effets combinés poussent les prix à la baisse et induisent une spirale déflationniste. - Xavier Timbeau

À la BCE, ces résultats contrarient. En octobre déjà, l'institution dirigée par Christine Lagarde avait évoqué l'idée de provoquer une inflation supérieure à 2%, pour faire un "électrochoc" à l'économie de la communauté européenne. Mais malgré les dépenses importantes des plans de relance de l'année 2020 et la politique d'assouplissement quantitatif (aussi appelé le quantitative easing), la Banque centrale n'a pas réussi à provoquer la reprise de l'inflation.

La Banque centrale européenne a un problème de crédibilité sur sa capacité à atteindre ses objectifs. Depuis la crise financière de 2008, l’inflation a nettement baissé et on a eu des périodes déflationnistes entre 2012 et 2014. - Olivier Marty

Faut-il changer la cible de l’inflation dont la BCE a le mandat ? Faut-il repenser ses instruments ? Pour en parler, nous avons fait appel à trois spécialistes : Jézabel Couppey-Soubeyran, économiste, professeure à PSE et maîtresse de conférences à l’Université Paris-1, Xavier Timbeau, économiste et directeur principal de l’OFCE, et Olivier Marty, économiste, enseignant à Sciences Po.

Références sonores

  • Christine Lagarde le 28 septembre 2020
  • Jerôme Powell le 27 aout 2020 lors du sommet virtuel de Jackson Hole
  • Larry Summers, discours du 15 avril 2019

Références musicales

  • « Way too expensive » de Joe Louis Walker
  • « Anything for Boo » de The Eels
Intervenants
  • économiste, maîtresse de conférences en Sciences économiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et conseillère scientifique à l'Institut Veblen
  • Économiste, directeur de l'Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE)
  • Économiste, enseignant à Sciences Po.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......