LE DIRECT
.
Épisode 1 :

Vers une société d'héritiers

58 min
À retrouver dans l'émission

Peut-on rester propriétaire de ses biens même après sa propre mort ? C'est ce que tend à faire croire l'organisation de l'héritage aux générations suivantes. Source majeure d'inégalités, une telle transmission fait cependant l'objet de nombreuses réflexions, notamment fiscales...

En France, le patrimoine augmente plus vite que les revenus : en 2015, le patrimoine net des ménages et des entreprises représentait 8,3 années de revenu disponible net, contre 4,9 seulement en 1980
En France, le patrimoine augmente plus vite que les revenus : en 2015, le patrimoine net des ménages et des entreprises représentait 8,3 années de revenu disponible net, contre 4,9 seulement en 1980 Crédits : Getty

C’est aujourd’hui le Blue Monday, le jour le plus déprimant de l’année, ainsi baptisé par une équipe de publicitaires il y a quinze ans. L’occasion rêvée de nous pencher sur l’économie de la mort : le passage de vie à trépas fait resurgir de nombreuses questions économiques qui nous interrogent sur notre rapport à l’existence. Que transmettre et à qui ? Comment remédier aux inégalités face à la mort? Et quel prix donne-t-on à la vie ? De la figure du croque mort aux pompes funèbres, nous explorons cette semaine l’économie post-mortem…

Afin d'éviter la formation d'une société de rentiers, le think tank Terra Nova propose d'augmenter de 25% le rendement de la fiscalité des successions : 

On revient à une société où non seulement l'héritage joue un rôle très important mais aussi très concentré : ce n'est pas comme s'il y avait un retour démocratique où tout le monde héritait des mêmes montants. Cela pose vraiment des questions d'égalité des chances mais aussi des questions d'incitation : l'héritage a été très tôt critiqué, et notamment par des philosophes libéraux en disant que si on héritait, on a moins besoin de travailler. Transmettre un patrimoine n'est donc pas faire un cadeau à ses héritiers.- Nicolas Frémeaux 

Sur l'impopularité des taxes sur l'héritage : 

Cette impopularité est liée à la dimension familiale de l'héritage : on vient de perdre un proche et on se raccroche justement aux biens qu'on va pouvoir hériter de lui donc on se sent dépossédé. Mais souvent l'impôt sur les successions ne pèse vraiment que sur les 10% des individus les plus fortunés et les économistes ont cherché à comprendre pourquoi il y avait une telle dichotomie. - Jonathan Goupille-Lebret

Références sonores : 

  • Lecture d'un extrait de la nouvelle de Maupassant "Le Testament"
  • Lecture des « Confessions » de Jean-Jacques Rousseau
  • Extrait de la série « Succession » de Jesse Armstrong
  • Extrait du film « Ce qui nous lie » de Cédric Klapish
  • Anne Gotman dans l'émission LSD du 24 septembre 2019 sur France Culture

Références musicales : 

  • "L'héritage infernal" / Charles Trenet
  • "Broken Sleep" / Agnes Obel
  • Générique : "Time is the enemy" / Quantic

Chroniques

14H54
5 min

Le Journal de l'éco

"Choose France" : témoin de la reprise industrielle ?
Intervenants
  • maître de conférences en économie à l’Université de Paris 2, conseiller scientifique à France Stratégie, auteur de « Les nouveaux héritiers », (Editions du Seuil, 2018).
  • Chargé de mission à la Paris School of Economics
L'équipe
Production
Production déléguée
Chronique
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......