LE DIRECT
A partir du 24 décembre 1921, les émissions du poste d’Etat de la Tour Eiffel (FL) permettent aux sans-filistes de capter les premiers programmes radiodiffusés réguliers.

Radio : les 100 ans d’un vieux poste

58 min
À retrouver dans l'émission

La « Fête de la radio » célèbre cette semaine le centenaire de la diffusion des premières émissions radiophoniques depuis la Tour Eiffel. C’est l’occasion de faire un point sur un média apprécié des Français qui a vu ses usages bouleversés par la révolution numérique.

A partir du 24 décembre 1921, les émissions du poste d’Etat de la Tour Eiffel (FL) permettent aux sans-filistes de capter les premiers programmes radiodiffusés réguliers.
A partir du 24 décembre 1921, les émissions du poste d’Etat de la Tour Eiffel (FL) permettent aux sans-filistes de capter les premiers programmes radiodiffusés réguliers. Crédits : Keystone-France - Getty

La première édition de la « Fête de la radio », initiée par le CSA, fête cette semaine le centenaire de la diffusion des premières émissions radiophoniques depuis la Tour Eiffel et les 40 ans de la libération de la bande FM et du déploiement actuel de la radio numérique terrestre (DAB ) en France.

Il y a deux types de baisses d'audience : d'abord, une baisse conjoncturelle liée à la crise sanitaire qui a fait que les gens n'écoutaient plus la radio en mobilité pour aller au travail, ce qui occupe une part d'audience assez importante. Il y a aussi une baisse plus lente, et plus caractérisée sur les radios musicales. [...] En réalité, l'ensemble des médias traditionnels se voient grignoter leur audience, tout simplement parce qu'il y a de plus en plus de médias qu'avant, particulièrement avec le numérique. - Hervé Godechot

Les audiences radiophoniques sont en baisse, mais la tendance est légère et elle concerne surtout la jeunesse. Les pratiques d’écoute de la nouvelle génération sont d’ailleurs proches de leurs pratiques de divertissement : ils écoutent une voix, une émission, plutôt qu’un flux ou une chaîne. Ces nouveaux usages privilégient le podcast et forcent le média radio à s’adapter dans sa forme.

Le podcast est une des rares industries aujourd'hui en France qui ne bénéfice d'aucune aide : on n'est ni dans le cadre du documentaire, ni dans celui de la fiction, ni dans l'aide de la presse traditionnelle ou de la presse en ligne. - Charlotte Pudlowski

La radio publique est un modèle économique à part. La publicité fait partie de la confiance dans la radio publique : s'il y avait trop de publicité, il y aurait des scandales chez les auditeurs. [...] Il y a aussi un peu de publicité via les applications ou les podcasts. - Sébastien Poulain

Le modèle économique de la radio survivra-t-il à ces nouveaux usages ? La production radiophonique coûte cher et le retour sur investissement est presque nul, d’où le modèle de départ des radios publiques. Dans les années 1980, la disparition de l’ORTF ouvre la voie au développement des radios libres et plonge l’audiovisuel public dans le bain de la concurrence. Pour gagner de l’argent, les radios privées réinventent le modèle économique du média radio et on observe aujourd’hui que la tendance générale est à la convergence entre télévision et radio.

Comment le modèle économique de la radio a-t-il évolué ? Survivra-t-il à la baisse des audiences ? Pour en parler, nous avons fait appel à Sébastien Poulain, chercheur en information-communication, Hervé Godechot, journaliste et membre du CSA et Charlotte Pudlowski, journaliste et cofondatrice du studio de production de podcasts narratifs Louie Media.

Références sonores

Références musicales

  • "Radio Gaga" - Queen
  • "Englishman / African in New York" - Sting & Shirazee
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......