LE DIRECT
L’économie circulaire s’inspire des écosystèmes naturels dans lesquels rien ne se perd, tout se transforme.
Épisode 2 :

N'oublie pas de sortir les poubelles

58 min
À retrouver dans l'émission

Pour pallier une production de déchets en croissance exponentielle, une partie des théoriciens de l’économie circulaire font confiance au progrès technique tandis que d’autres adoptent un point de vue plus radical et réclament une révision complète des modes de production et de consommation.

Outre l’explosion incontrôlée de la quantité de déchets ménagers, la complexification de la composition des nouveaux produits rend les traitements basiques d’élimination inadaptés.
Outre l’explosion incontrôlée de la quantité de déchets ménagers, la complexification de la composition des nouveaux produits rend les traitements basiques d’élimination inadaptés. Crédits : Barcroft Media - Getty

Le 30 avril 2021, la France s’est dotée d’un décret dit « 3R » (pour réduire, réemployer, recycler). Il fixe dans un premier temps l’objectif de réduire de 20 % les emballages plastiques à usage unique d’ici fin 2025, dont au minimum la moitié obtenue par recours au réemploi et à la réutilisation. Le deuxième objectif affiché est de tendre vers une réduction de 100 % des emballages en plastique à usage unique jugés « inutiles » comme les blisters plastiques autour des piles ou des ampoules, d’ici 2025. Enfin, le troisième veut « tendre vers 100 % de recyclage des emballages en plastique à usage unique d’ici le 1er janvier 2025 », ce qui passe par l’obligation de mettre sur le marché des matériaux recyclables.

Le coût marginal de récupération, dans le gisement de déchets ménagers, des matériaux homogènes est souvent supérieur au prix de revente. C'est pour cette raison qu'il y a un système de subventions : le producteur verse une redevance à un éco-organisme, qui verse lui-même la différence entre le prix de revente du matériau et le coût marginal d'extraction de ce même matériau. - Jean de Beir

Le recyclage est donc l’objet d’un fort encadrement législatif. Mais est-il pour autant une affaire rentable pour les entreprises ? Si les déchets ont un coût environnemental, ils ont aussi un coût financier qui a longtemps poussé les entreprises à nier le problème, à grands renforts de décharges et d’incinération. Ces pis-aller ont rapidement montré leurs limites. D’où la place centrale de la gestion des déchets dans les théories de l’économie circulaire : l’idée est bien de réemployer les matières et les énergies consommées au cours des processus de production.

Mais les solutions proposées ne sont pas idéales : le recyclage présente de nombreuses limites environnementales et ne sont souvent pas rentables. Alors incitation, subvention, punition, quel mécanisme mettre en place pour parvenir à une filière compétitive du recyclage ?

La majorité des acteurs qui s'approprient le concept d'économie circulaire ont des pratiques de modification à la marge de leur modèle sans réelle remise en cause du modèle productiviste. [...] C'est une version qui n'est pas satisfaisante : il faudrait revoir totalement notre modèle pour passer d'une logique de volume à une logique de qualité de nos produits. Réutiliser de la matière recyclée est intéressant, mais si c'est produire des biens non durables et jetés au bout de quelques mois et un an, cela ne répond pas au problème et cela ne fait que décaler le moment où on fera vraiment face aux limites planétaires. - Helen Micheaux

Comment le recyclage peut-il corriger la relation entre l’économie et l’environnement ?  Comment les déchets peuvent-ils réellement devenir des ressources, et les moteurs d’une croissance durable ? Pour en parler, nous avons fait appel à Jean de Beir, économiste et maître de conférences en sciences économiques à l’Université d’Evry-Paris-Saclay et Helen Micheaux, maître de conférences à AgroParisTech et associée à la chaire Mines urbaines.

Références sonores

Références musicales

  • "Je, tu, tri" - Sandra Nkaké
  • "Talk about it" - Jungle

Pour aller plus loin

Chroniques

14H54
7 min

Le Journal de l'éco

Réforme des retraites : que reste-t-il de l’équation économique ?
Intervenants
  • Maître de conférences à AgroParisTech et associée à la chaire Mines urbaines
  • Economiste et maître de conférences en sciences économiques à l’Université d’Evry-Paris-Saclay
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......