LE DIRECT
L’Occitanie est la première région viticole française en surface : les vignes jouent un rôle majeur dans l’économie des départements littoraux depuis le XIXe siècle.

Occitanie : une économie à l’épreuve de la fusion

59 min
À retrouver dans l'émission

Dans la nouvelle région Occitanie, la fusion entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon a accentué des tensions déjà très fortes causées notamment par les disparités économiques entre les métropoles (Toulouse et Montpellier) et le reste du territoire.

L’Occitanie est la première région viticole française en surface : les vignes jouent un rôle majeur dans l’économie des départements littoraux depuis le XIXe siècle.
L’Occitanie est la première région viticole française en surface : les vignes jouent un rôle majeur dans l’économie des départements littoraux depuis le XIXe siècle. Crédits : Catherine BIBOLLET - Getty

Si on se situe au niveau des échanges extérieurs, la région Occitanie dépend beaucoup de l'aéronautique. Mais au niveau de l'emploi, la perception n'est pas du tout la même : l'industrie dans sa totalité ne représente que 10% du PIB, donc l'immense majorité des emplois ne dépend pas du tout de l'aéronautique mais plutôt des services. Donc cette dépendance doit être nuancée en fonction des indicateurs et de la zone géographique retenus. - Gabriel Colletis

« Pour Toulouse, toujours plus » : la devise de la capitale de la région Occitanie résume à elle seule tout l’enjeu auquel doit faire face la troisième région la plus vaste de France après la Nouvelle-Aquitaine et la Guyane. Car au-delà de Toulouse, portée par l’industrie aéronautique et aérospatiale, et de Montpellier, qui a su se développer autour de l’industrie de la santé (50% de la population de la région habite dans les agglomérations de ces deux villes), le reste des départements de la région est faible économiquement.

A Montpellier, la croissance est notamment portée par le secteur médical, ainsi que par une très grande attractivité résidentielle, alors même que le gisement d'emplois n'est pas particulièrement dynamique. Cela introduit un "chômage de croissance" ou une contre-productivité de l'image montpelliéraine. Il y a malgré tout un très fort développement résidentiel, qui date des années 1960 et la fin des guerres coloniales françaises, avec l'afflux des rapatriés. - Emmanuel Négrier

L’Aude, le Gard, l’Hérault et les Pyrénées-Orientales comptent parmi les dix départements les plus pauvres de France, et c’est aussi parmi ces départements que l’on retrouve un taux élevé de population couverte par le revenu de solidarité active. Par ailleurs, sept des vingt quartiers prioritaires les plus pauvres de France se trouvent en Occitanie. Une grande disparité qui se retrouve aussi électoralement : entre son arc méditerranéen, où l’extrême droite a pris ses quartiers, et ses terres intérieures, où la gauche, dominée par les socialistes, résiste tant bien que mal.

Pour le corps des architectes de la région, la question de la transformation de ces stations de la région comme la Grande-Motte est un vrai sujet. Il faut anticiper les dommages environnementaux et la transformation du trait de côte et laisser la place à l'innovation architecturale dans l'aménagement du territoire. - Thomas Perrin

Le cas de l’Occitanie implique donc une intervention forte de la part de la région pour pallier les déséquilibres que la fusion n’a certes pas créés mais qu’elle a contribué à accentuer. Quelles sont les opportunités et défis pour une « soudure » entre les deux réseaux métropolitains ? Comment faire interagir dynamiques métropolitaines et développement du territoire régional ? Par quelles stratégies, et avec quelles difficultés, a‑t‑on fusionné (ou pas) en une politique régionale unique, en un territoire imaginaire unique, en une culture politique dominante ? 

Pour en parler, nous avons fait appel à Emmanuel Négrier, directeur de recherche CNRS en science politique à l’Université de Montpellier, Thomas Perrin, maître de conférences en aménagement-urbanisme à l'université de Lille et Gabriel Colletis, professeur de sciences économiques à l’Université de Toulouse 1 – Capitole.

Références sonores

Références musicales

  • "Le cordon" - Bigflo & Oli
  • "Flying On The Ground" - Noel Gallagher's High Flying Birds

Bibliographie

Intervenants
  • Directeur de recherche CNRS en science politique au CEPEL (Centre d’Etudes Politiques de l’Europe latine) à l’Université de Montpellier
  • Maître de conférences en aménagement-urbanisme à l'université de Lille
  • Professeur d'économie à l'Université de Toulouse 1
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......