LE DIRECT
Derrière l'illusion de la gratuité, la collecte et l’agrégation d'une masse de données
Épisode 3 :

Gratuité, données, publicité

58 min
À retrouver dans l'émission

« Si c’est gratuit, c’est vous le produit » : un adage vieux comme Internet pourtant sans cesse renouvelé, de scandales en tentatives de légiférer sur un « droit à l’oubli ». Que peuvent faire les individus face à la marchandisation de leurs données ? Quelles mesures de régulation envisager ?

Derrière l'illusion de la gratuité, la collecte et l’agrégation d'une masse de données
Derrière l'illusion de la gratuité, la collecte et l’agrégation d'une masse de données Crédits : Getty

Troisième mouvement de notre semaine consacrée au véritable prix de la gratuité. Après nous être intéressés à l’histoire de la charité et aux logiques du travail sans contrepartie, nous revenons aujourd’hui sur l’illusion entretenue d’un internet gratuit. Il faut dire que la toile fut pensée, à ses origines, comme un espace utopique du partage des savoirs et de la gratuité. Mais la multiplication de nos pratiques du numérique démultiplie les indices de notre vie en ligne.

Autant de traces numériques, phéromones de données, laissées à notre insu sur des réseaux privés. La production exponentielle des données personnelles change la donne, aiguise les appétits et les avidités. A commencer par celle des géants du numérique, Facebook, Apple et autres Google, qui voient dans ces données librement échangées une source potentiellement infinie de profits. La capture et la monétisation de nos informations deviennent alors la règle et servent à financer ce régime apparent de la gratuité.

Alors, sommes-nous collectivement impuissants face à ces nouveaux géants, ou reste-t-il un espace pour retrouver le contrôle de notre vie privée ? 

Arjuna Andrade a reçu Fabrice Rochelandet, professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Université Sorbonne-Nouvelle (Paris III) et Benjamin Bayard, cofondateur de la Quadrature du Net, co-président de la fédération des Fournisseur d’Accès à Internet associatifs (FFDN) pour discuter de cette thématique.

Quel modèle économique ?

Les différentes plateformes du web se sont rapidement posé la question du modèle économique à adopter. Celui-ci fut assez vite trouvé, nous explique Benjamin Bayard : "Ils ont fait comme d’autres faisaient avant eux. Ils ont regardé comment la télévision arrivait à faire gagner de l’argent sans faire payer d’abonnement. […] On a commencé à fournir des services contre de la publicité ". 

Se pose alors la question du profilage réalisée par certaines plateformes : c’est ce profilage qui est beaucoup décrié et critiqué, nous explique Benjamin Bayard.

Pas de réseaux sociaux sans l'apport des utilisateurs

Il y a un paradoxe dans la collecte des données effectuée par les plateformes des géants du numérique : 

Ces données personnelles servent aussi à co-construire les services. Par exemple, Facebook n’a pas de valeur si je ne donne pas mes données personnelles. Certes il y a un danger, certes il y a des menaces, certes il y a des préjudices potentiels, mais chacun est aussi à la source de tout cela. Fabrice Rochelandet

L’épisode d’aujourd’hui est aussi l’occasion d’expliciter les mécanismes à l’œuvre dans l’usage que l’on fait des plateformes et l’importance de l’effet réseau qui nous « bloque » sur ces plateformes. Parce que tout le monde y est, il est compliqué d’en sortir.

C’est ce qu’on appelle l’effet de réseau. […] Quitter un de ces réseaux, que ce soit Facebook, Twitter etc., cela a un coût. C’est-à-dire qu’il faut vous en extraire et il faut renoncer à des relations avec des gens. C’est ce qui fait qu’on reste, même quand on sait que ce n'est pas bien. Benjamin Bayard

La "gratuité" en question

Les réseaux sociaux, des services gratuits, vraiment ? On entend Benjamin Bayard dire : "C’est une impression qui est très fausse". Il précise : 

Il y a une inversion des rapports. Quand vous avez un système économique qui se base sur la publicité, vous n’êtes plus sujet de la transaction : vous en êtes l’objet. Le client, c’est le publicitaire, le vendeur est le développeur de l’application, et le produit qu’on vend, c’est vous. Ça change tout. Benjamin Bayard

Mais quels risques un tel fonctionnement fait-il peser ?

Cela crée une société dans laquelle vous êtes tout le temps sous surveillance. […] On nous transforme tous comme groupe. On formate le groupe à être de plus en plus homogène, à être de plus en plus tout le temps pareil. C’est extrêmement dangereux. Benjamin Bayard

Et Fabrice Rochelandet de nuancer : 

Il y a aussi des innovations sociales. […] Ce que rend Facebook comme service n’est pas inintéressant, la preuve il y a des milliards d’utilisateurs à travers la planète. Fabrice Rochelandet

La puissance des plateformes induit un régulation difficile

Il est également rappelé que les situations de monopole compliquent la marge de manœuvre des utilisateurs, qui sont d’autant plus captifs par le fait qu’ils ne peuvent pas faire jouer la concurrence. 

Comme nous l’explique Benjamin Bayard, une solution à cette problématique serait de rendre les réseaux sociaux interopérables, c’est-à-dire par exemple qu’il y ait d’autres plateformes que Facebook capables de fournir des services identiques et de permettre aux utilisateurs de ces autres plateformes de pouvoir interagir avec les utilisateurs de Facebook.

Il y a un équilibre à trouver entre les innovations d’usages et les dommages. Le problème est que ces dommages ne sont pas perceptibles immédiatement par les individus, ce qui rend difficile toute régulation. Fabrice Rochelandet

Références sonores : 

  • Alain Damasio sur Thinkerview /  11/04/2019
  • Antonio Casili / La tête au carré  - France Inter - 12/11/2015
  • Amaëlle Guitton invitée des Matins de France Culture - 11/04/2018

Musiques : 

  • Victime des réseaux / Angèle
  • Générique : Time is the enemy / Quantic
Intervenants
  • Professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Université Sorbonne-Nouvelle (Paris III)
  • Cofondateur de la Quadrature du Net, co-président de la fédération des Fournisseur d’Accès à Internet associatifs (FFDN)
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......