LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le “Printemps des peuples”, loin d’aboutir à une révolution qui met fin à la lutte des classes, voit l’instauration de la Seconde République, qui prendra fin peu de temps suite au coup d’Etat
Épisode 3 :

1848 : de la récession à la révolution

58 min
À retrouver dans l'émission

La décennie 1840, marquée par la récession de 1846-1847 puis la révolution de 1848 opère la bascule entre les crises frumentaires de l'Ancien Régime et celles propres aux économies industrielles en train de se développer. De quoi alimenter la pensée socialiste qui se structure autour d'Engels.

Le “Printemps des peuples”, loin d’aboutir à une révolution qui met fin à la lutte des classes, voit l’instauration de la Seconde République, qui prendra fin peu de temps suite au coup d’Etat
Le “Printemps des peuples”, loin d’aboutir à une révolution qui met fin à la lutte des classes, voit l’instauration de la Seconde République, qui prendra fin peu de temps suite au coup d’Etat Crédits : Getty

Notre série consacrée au spectre de la récession se poursuit. Lundi, nous avons évalué l’ampleur et la gravité du ralentissement économique mondial. Hier, c’est la mission des banques centrales volant au secours de la croissance que nous avons examinée. A présent, notre réflexion nous mène sur les pas de Marx et Engels à l’heure des révolutions de 1848. La crise économique de la fin des années 1840 a été interprétée par la pensée socialiste naissante comme le véritable déclencheur des mouvements sociaux qui entraînent la chute de la Monarchie de Juillet. Une conception qui a fait l’objet de débats historiographiques et qui nous invite à interroger les liens entre récession et révolution…

Au XIXe siècle, les crises c'est pas quelque chose de nouveau : les famines, les difficultés économiques et  sociales c'est pas quelque chose de nouveau. Ce qui scandalise les gens, à l'époque, c'est l'apparition de ce phénomène dans la prospérité, dans l'abondance. On a simultanément l’abondance, la production la plus efficace possible et des situations de misère indicible. Et c'est ce contraste qui choque. - Patrice Baubeau

Il y a d'une part une crise agraire, notamment en Irlande, on a une série d'échecs de récolte de pommes de terre qui se traduit par l'immigration immédiate d'au moins un million d'Irlandais. D'autre part, il y a une crise industrielle et commerciale. - Fabrice Bensimon

Références sonores :

  • Lecture par Antoine Beauchamp du texte de Freidrich Engels, "La situation de la classe laborieuse en Angleterre", 1845
  • Lecture par Antoine Beauchamp du "Discours du 27 janvier 1848 à l'Assemblée nationale" d'Alexis Tocqueville
  • Archive INA Ernest Labrousse, émission "Tribune de Paris", 1ere diffusion le 02/02/1948
  • Extrait du film de Raoul Peck "Le jeune Karl Marx", 2017, Produit par Agat Films & Cie, Velvet Film, Rohfilm, Artémis Productions
  • Lecture par Antoine Beauchamp du texte de Karl Marx, "Les Luttes de classes en France - 1848 à 1850", 1850

Musiques :

  • Gipfel - Pfeifer Thore
  • The show of shows Filaphilia. A tribute to Siggi - Holm Georg
  • Queuejumper - Divine Comedy
Chroniques
14H54
4 min
Le Journal de l'éco
Japon - Corée du Sud : l'autre guerre commerciale

Bibliographie

Ecrits de Jeunesse. Volume 2 Manchester - Engels

Ecrits de jeunesse. Volume 2 ManchesterFabrice Bensimon / Les Editions sociales, 2018

Intervenants
  • Professeur en histoire économique à l’université Paris-Ouest Nanterre rattaché à l’IDHES
  • Professeur d’histoire et de civilisation britanniques à l'université Paris-Sorbonne, membre du Centre d’Histoire du XIXe siècle (Paris 1- Paris 4)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......