LE DIRECT
Après le confinement, la crise ?
Épisode 2 :

Dépense publique : le remède universel

1h
À retrouver dans l'émission

Dans son Projet de loi de finance rectificative (PLFR) du 18 avril, l’Etat français prévoit un nombre de mesures pour faire face à la crise bien au-dessus qu’il avait annoncé dans sa première prévision. Comment comprendre ce changement de stratégie ?

Bercy, bientôt hétérodoxe ?
Bercy, bientôt hétérodoxe ? Crédits : Getty

En 2017, Bruno Le Maire, fraîchement arrivé à la tête de Bercy, annonçait son ambition de réduire le « poison » de la dette française. Aujourd’hui, face à la crise sanitaire et économique, le gouvernement n’a pas hésité à débloquer des sommes faramineuses : 110 milliards d’euros en soutien aux entreprises et aux ménages, faisant grimper la dette à 115% du PIB. Le ministère des finances serait-il devenu hétérodoxe ? S’est-il vraiment converti à la relance par la dépense publique? Et quelles leçons tirer du recours à la dette dans l’histoire ?

La Reconstruction, après 1945, est très pensée, à l'inverse de celle des années 1920. C'est ce qui aboutit à une légitimation de la dépense publique. On assiste alors à une nouvelle phase : la naissance de l'Etat providence. - Laure Quenouëlle-Corre 

A partir d'un certain moment, le gouvernement français va essayer de réduire la dette publique. La question est quand. Le risque est d'initier une politique d'austérité juste au moment où l'économie repartirait à la hausse, ce qui la freinerait dans son élan. - Xavier Timbeau

Extraits audio :

  • Bruno Lemaire sur Public Sénat, 21 avril 2020
  • Les conséquences de la paix, John M. Keynes, 1919
  • Archive de 1952 sur la Reconstruction, Cohésion territoires & Relations collectivités

Musique :

  • Quantic - "Time Is The Enemy"
  • Roland Toutain - "Je suis fauché"
  • Avishai Cohen - "Teardrop"
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......