LE DIRECT
Affiche de la campagne publicitaire lancée en avril 1984 par le ministère des Droits de la Femme, en faveur de l'égalité homme-femme à l'école et dans le monde professionnel.

L'égalité des sexes fait-elle la richesse des nations ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Sexe(s) et pouvoirs |Deuxième émission spéciale depuis la Sorbonne, dans le cadre du Forum "Sexe(s) et pouvoirs". On se penche aujourd'hui sur les inégalités femmes-hommes dans le monde économique : plafond de verre dans l'accès aux postes, écarts de salaires, dévalorisation professionnelle... L'égalité est encore loin.

Affiche de la campagne publicitaire lancée en avril 1984 par le ministère des Droits de la Femme, en faveur de l'égalité homme-femme à l'école et dans le monde professionnel.
Affiche de la campagne publicitaire lancée en avril 1984 par le ministère des Droits de la Femme, en faveur de l'égalité homme-femme à l'école et dans le monde professionnel. Crédits : Julien Cassagne - AFP

Le sujet qui nous occupe aujourd’hui, “Sexe(s) et pouvoirs”, ne saurait être abordé sans évoquer les inégalités et les discriminations qui touchent la moitié de la population, à savoir les femmes… Un problème certes connu de tous, mais qui n’a pas encore trouvé de réponse à la hauteur du dommage éthique, économique et social subi par elles et par nous tous. Alors, convoquer la science économique sur le sujet, peut sembler bien pragmatique, voire à la limite du cynisme. Pourtant, elle s’est emparée de ces questions, et des études chiffrées nous renseignent aujourd’hui sur la nature et l’ampleur des inégalités entre hommes et femmes. Car la discrimination de genre a aussi un coût. Certains font même l’hypothèse d’une immense perte de richesse qui saura peut-être faire céder les dernières résistances d’un système, naturellement peu enclin à l’inclusion...

"Il y a toujours une différence de taux d'activité entre les hommes et les femmes. Elle est de 8 points aujourd'hui : c'est mieux qu'avant mais encore mauvais. Il y a aussi une différence dans le temps de travail qui explique beaucoup d'inégalités : environ 30 % des femmes travaillent à temps partiel contre 8 % des hommes. Et quand on est à temps partiel, on gagne moins mais on accède aussi moins à un certains nombres de postes à responsabilité. Et enfin, il y a les inégalités salariales : [...] les hommes gagnent 35 % de plus que les femmes." (Dominique Méda)

Ici la table-ronde en vidéo :

Retrouvez l'ensemble des émissions du forum dans le dossier "Sexe(s) et pouvoirs".

Et rendez-vous lundi dès 14h pour une nouvelle semaine d'Entendez-vous l'éco ? consacrée à l'économie des champs... On commencera par s'intéresser à une école de pensée économique née au XVIIIe siècle : la physiocratie. Plus d'informations ici :

Intervenants
  • Sociologue du travail, professeur à l’Ecole de management de l’université Paris I
  • professeure de sociologie à Paris-Dauphine, directrice de l'Institut de Recherche Interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO)
  • Directrice diversité du groupe Orange
  • Directrice de recherche au CNRS, enseignante à Sciences Po au centre de recherches politiques (Cevipof), membre du comité de pilotage du programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre – PRESAGE

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......