LE DIRECT
Centrale électrique alimentée au gaz naturel
Épisode 2 :

Gaz naturel : lost in transition

58 min
À retrouver dans l'émission

Dimanche, Veolia annonçait avoir remis au producteur de gaz et d'électricité Engie une offre ferme pour l'acquisition de 29,9% des actions de Suez qu'il détient. Pourquoi le gaz naturel, pourtant énergie fossile, est-il perçu et présenté comme une solution écologique d'avenir ?

Plateforme d'extraction de gaz dans l'océan Indien
Plateforme d'extraction de gaz dans l'océan Indien Crédits : PUNEET VIKRAM SINGH - Getty

Plusieurs acteurs majeurs s'orientent vers une production énergétique à base de gaz naturel. C'est le cas de Veolia, qui annonçait dimanche dernier vouloir acquérir 29,9% des actions du Suez détenues par Engie. Une manœuvre qui témoigne de la volonté de Veolia de se recentrer sur les énergies renouvelables et ses métiers historiques liés au gaz naturel en établissant un rapprochement permettrait de créer le « super champion mondial de la transformation écologique ». C'est également le cas du milliardaire Américain Warren Buffet, qui a annoncé en juillet s'offrir les activités de transport et de stockage de gaz naturel de la société américaine Dominion Energy pour 9,7 milliards de dollars. Même la Commission européenne a centré sa stratégie de transition écologique sur cette source énergétique, dont le statut d’énergie verte est pourtant contesté.

Comment expliquer l'importance du gaz naturel dans le discours écologique ? Le gaz naturel ne serait-il qu’un pis-aller et une vaste entreprise de greenwashing, faute de mieux ? C'est ce que nous allons essayer de comprendre avec notre invitée Anna Creti, professeure d’économie à l’université Paris Dauphine, membre du Laboratoire d'économie de Dauphine-Centre de Géopolitique de l'Energie et des matières premières, et directrice de la chaire “Economie du Gaz Naturel”.

Il y a eu une croissance de la demande de gaz parce que celui-ci a substitué, de façon encore insuffisante, le charbon. À cet effet, le gaz est appelé l’énergie de transition par excellence parce qu’il permet de passer d’une énergie plus polluante à une autre, relativement moins polluante. - Anna Creti

Quand on parle d’énergie, il faut mettre les questions en perspective : il n’y a pas une source qui soit sûre à 100%. Si on devait comparer les risques engendrés par le méthane aux risques industriels d’un accident nucléaire, je pense qu’on est sur des pourcentages relativement comparables. - Anna Creti

Comme souvent dans le monde de l’énergie, le marché du gaz reflète les tensions politiques, toujours déterminées par la différence entre les pays producteurs et les pays consommateurs. Néanmoins, contrairement au marché du pétrole, il n’y a pas un équivalent de l’OPEP pour le gaz. Entre les pays producteurs, il reste une forme relative de concurrence et technologies d’extractions sont relativement homogènes. - Anna Creti

Références sonores

  • Lecture par Alexandre Manzanares du poème « Feu follet » de Jules Verne
  • D’où vient le gaz français en 1973 ?, France Inter, Inter actualités, 1973, Archive INA
  • Extrait de l’émission « L’interview éco », France Info, Septembre 2014
  • Extrait du documentaire « Fracking chez les cow-boys » produit par la société VPRO en 2017

Références musicales

  • « La chanson de Butagaz » de Guy Sella
  • « Video Game » de Sufjan Stevens

Chroniques

14H54
4 min

Le Journal de l'éco

Le "retour à Keynes" de la relance : un malentendu ?
Intervenants
  • professeure d’économie à l’université Paris Dauphine et membre du Centre de géopolitique de l'énergie et des matières premières rattaché au Laboratoire d'économie de Dauphine.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......