LE DIRECT
Inceste : quelle place pour la parole de l'enfant ?

Inceste : entendre la parole des victimes pour repenser l'éducation, l'ordre social, la justice

58 min
À retrouver dans l'émission

Alors que le parlement vient d'adopter une loi fixant notamment le seuil de consentement à 15 ans, et 18 ans en cas d'inceste, deux livres importants reparaissent et nous proposent d'interroger l'inceste comme fait de société et de réfléchir aux limites des réponses jusqu'ici proposées.

Inceste : quelle place pour la parole de l'enfant ?
Inceste : quelle place pour la parole de l'enfant ? Crédits : RinoCdZ - Getty

Après la parution d’un livre qui a fait grand bruit, La familia grande de Camille Kouchner et la mise en cause d’une personnalité publique, Olivier Duhamel, la parole sur l’inceste et les agressions pédocriminelles s’est un peu libérée. Une nouvelle loi visant à protéger les mineurs des crimes et délits sexuels et de l'inceste vient d’être votée…. Si nous en parlons aujourd’hui c’est aussi parce que deux livres importants sur le sujet viennent de reparaitre. Deux livres qui font réfléchir.

Dans Le berceau des dominations, l’anthropologue et directrice de recherche au CNRS Dorothée Dussy a mené une longue enquête sur les auteurs d’incestes. Elle en tire une réflexion très profonde et je dirais, fondamentale, sur ce que l’inceste révèle des mécanismes de violence et de dominations qui structurent les sociétés humaines et les rapports familiaux. Sa pensée nous invite à nous interroger, à nous interroger profondément, sur ce que nous voyons, entendons ou non, des violences sexuelles et sur les remises en cause profondes qu’il faudrait, qu’il faut continuer à entamer, collectivement, pour casser la répétition du même et cette violence.

Dans la seconde partie de ce numéro d’Etre et Savoir je m’entretiendrai avec la magistrate Marie-Pierre Porchy, ancienne juge des enfants, dont le livre, Les silences de la loi, interroge. Nous parlerons bien sûr du nouveau texte sur les violences sexuelles voté en avril 2021 et de ses éventuelles ambiguïtés mais surtout, Marie-Pierre Porchy nous expliquera ce que, au regard de sa longue expérience de juge des enfants, signifie écouter les victimes d’abus sexuels et d’inceste, en particulier dans le cadre judiciaire.

J’ajouterai une chose en préliminaire : ces travaux montrent à quel point on n’a pas tout dit quand on a dénoncé des crimes, on n’a pas tout compris quand on a écouté les victimes… Que les violences intra familiales et les violences sexuelles méritent des investigations scientifiques et théoriques. C’est ce proposent Dorothée Dussy et Marie-Pierre Porchy ; des autrices qui nous montrent à quel point le sujet profondément politique et éducatif.

Quelle place pour la parole de l’enfant ?

Il y a beaucoup de défiance par rapport à la parole de l’enfant, et cela ne date pas d’aujourd’hui, rappelle Marie-Pierre Porchy.

Ne pas donner suite c’est condamner l’enfant à un silence qui va briser son équilibre psychologique pour de longues années. Marie-Pierre Porchy

Souvent, lorsqu’un enfant arrive en justice, il n’a pas tout dit, il a dit ce qui l’ennuie le moins. Et cette parole qui évolue est un critère de crédibilité. Marie-Pierre Porchy

C’est quand un enfant sent qu’un adulte va être en capacité de l’entendre qu’il va parler. La difficulté pour l’enfant c’est de trouver la bonne oreille au bon moment. Marie-Pierre Porchy

L’interdit de dire l’inceste est aussi structurant que l’interdit de l’inceste. On a toujours affaire à des secrets de Polichinelle. Dorothée Dussy

La famille, berceau des dominations ?

Le père incesteur, même en prison, reste le père, tandis que l’incesté est souvent exclu de la famille quand la parole se libère, explique Dorothée Dussy.

Donner suite à des agissements incestueux de la part du père c’est faire imploser la famille, c’est très compliqué de faire ce choix. Marie-Pierre Porchy

Le silence protège l’incesteur mais la parole aussi. Dans la famille, même quand la parole a été dévoilée, il n’y a pas d’opprobre qui tombe sur l’incesteur. Dorothée Dussy

L’inceste c’est le paroxysme du rapport de domination. Il me semble que ce rapport de domination permet ensuite tous les autres. Dorothée Dussy 

Le rôle de la justice 

La position de la justice est très différente de celle de l’entourage car on lui demande d’approcher la réalité, analyse Marie-Pierre Porchy.

Dire à l’enfant je te crois n’est pas le bon positionnement pour la justice, il faut être en empathie par rapport à sa parole. Marie-Pierre Porchy

La justice à un vrai devoir d’individualiser. De la finesse de l’approche va dépendre l’issue de l’enquête. Marie-Pierre Porchy

Il faut écouter de la même façon l’enfant et l’auteur présumé. Pour sortir quelqu’un du déni il faut écouter ce qu’il a à dire. Marie-Pierre Porchy

L’évolution de la loi et la question du consentement 

Il faut absolument que l’interdit soit posé par l’adulte et non par l’enfant, explique Marie-Pierre Porchy.

La justice doit faire comprendre à l'enfant qu’il n’a pas à s’interroger son son consentement éventuel. Marie-Pierre Porchy

Dans la nouvelle loi les difficultés sont l’établissement d’une distinction entre autorité de fait et autorité de droit et l’ajout de la notion d’atteinte sexuelle. Marie-Pierre Porchy

Il est extrêmement récent qu’on considère que l’agression sexuelle d’un enfant constitue une infraction au préjudice d’une personne et non de la morale. Marie-Pierre Porchy

Une question d’éducation 

Selon Dorothée Dussy, on apprend la loi du plus fort dès le berceau.

La société évolue, on est capable de trouver des solutions pour ne pas articuler pédagogie, éducation et domination. Dorothée Dussy

Les enfants apprennent depuis tout petits à l’école à se taire, pas que dans la famille. Dorothée Dussy

Il faudrait apprendre aux hommes à être plus inhibés. Dorothée Dussy

Lien vers la page de l'association Face à l'inceste.

Lien vers la page de l'association Mémoire traumatique et victimologie.

Retrouvez le podcast Ou peut-être une nuit de Charlotte Pudlowski sur la page de Louie Média.

Lien vers la page Qu'est-ce que la justice restaurative ? sur le site du ministère de la Justice.

Retrouvez la tribune collective dans le Monde du 24/03/21 : "N’enfermons pas l’enfant victime d’inceste dans son traumatisme ! Relevons le défi de mieux l’entendre, le protéger, l’accompagner".

Lien vers l'article du Monde du 12/04/21 : Violences sexuelles : le Parlement adopte une loi fixant le seuil de non-consentement à 15 ans.

Illustration sonore

  • Bibio, "Curls" (2019)
Intervenants
  • anthropologue, directrice de recherche au CNRS
  • Ancienne juge des enfant, magistrate du parquet, juge d’instruction et juge des libertés et de la détention
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......