LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Erasmus et pandémie : quelle mobilité possible ?
Épisode 3 :

Partir un jour : quel avenir pour les échanges universitaires?

57 min
À retrouver dans l'émission

À l'heure ou Erasmus + lance son nouveau programme, comment réinventer les mobilités malgré le covid mais aussi après l'épidémie ? Les échanges en "présentiel" sont-ils irremplaçables ?

Erasmus et pandémie : quelle mobilité possible ?
Erasmus et pandémie : quelle mobilité possible ? Crédits : Giuseppe Manfra - Getty

Nous avons choisi de vous parler des jeunes tout ce mois de janvier dans Etre et savoir. En effet, ils sont très touchés par les conséquences de l’épidémie de covid 19. On pense évidemment à la fermeture des universités, aux problèmes d’insertion professionnelle, à la précarité et au mal-être des étudiants…

Dans ce contexte, que deviennent leurs projets de voyage et d’échanges à l’étranger ? Nous aurons des réponses avec Laure Coudret-Laut, la responsable du programme Erasmus plus France / Education Formation, dont la feuille de route 2021 – 2027 vient de paraître. Nous saurons par exemple si Erasmus a pu conserver ses financements...

D’autres programmes, comme ceux de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse maintiennent le lien entre les jeunes européens à travers des rencontres virtuelles. Nous en parlerons également avec Anne Tallineau, Secrétaire générale de l'OFAJ.

Enfin, si la mobilité et l’expérience internationale sont plus que jamais valorisées, reste à savoir quels jeunes y ont et y auront accès ? Sur quelle durée et comment dans le contexte actuel ? Et puis pour partir où ? La question prend un sens particulier à l’heure du Brexit ! Nous en parlerons également avec la sociologue et Maître de conférences à l'Université d'Aix-Marseille Université Magali Ballatore. Nous entendrons encore dans cette émission les interventions de la journaliste et autrice Isabelle Maradan, et de Romain, pâtissier, ex-apprenti à Berlin dans le cadre d'Erasmus plus.

Les compétences acquises 

C’est un accélérateur de maturité de partir, analyse Isabelle Maradan.

Différents types de compétences sont développées lors de ces séjours : les compétences transversales, la question des langues et l’accroissement du sentiment de citoyenneté européenne. Isabelle Maradan

Dans les motivations ce qui est majoritaire c’est la ligne sur le CV, acquérir un niveau de langue, se rendre plus employable, même si bien sûr il y a aussi la rencontre, l’autonomie, le goût du voyage. Magali Ballatore

Les regards croisés entre deux pays, deux cultures, provoquent le dialogue et le lien, et permettent de questionner ses propres repères. Anne Tallineau

Je trouve que c’est bien d’ouvrir son esprit à d’autres manières de travailler, ça ne peut être que bénéfique. Romain

Effets du Covid, enjeux et perspectives 

Pour Laure Coudret-Laut, la mobilité physique doit être au centre et le demeurer. 

L’adaptation pour beaucoup d’étudiants ça a été un anti-Erasmus, à savoir rentrer chez leurs parents et cesser de faire des rencontres. Isabelle Maradan

Bien sûr le Covid a affecté les mobilités mais il y a eut une vraie énergie développée par tous pour que ces confinements et ces déconfinements n’usent pas trop les étudiants. Laure Coudret-Laut

L’expérience humaine et la découverte de soi ne sont pas remplaçables par les cours en ligne. Isabelle Maradan

Je suis partie à Berlin mais au départ je voulais aller à Vienne, qui est une destination plus intéressante pour la pâtisserie. Romain

La mobilité courte n’empêche pas la mobilité longue. Laure Coudret-Laut

Mobilité, mythe ou réalité ?

Il faut rappeler que la mobilité étudiante ne concerne encore qu’une minorité d’étudiants, de l’ordre de 5 à 10 % explique Magali Ballatore.

Les pays de destination c’est à peu près toujours les mêmes  : Espagne, Allemagne, Royaume-Uni, Italie. Mais avec le Brexit on a constaté que des mobilités ont changé de direction, on voit plus de mobilité vers le nord et l’est de l’Europe, il y a une redistribution et c’est une bonne chose. Laure Coudret-Laut

Dès le démarrage de ce programme Erasmus plus les universités ont été motrices, et cela a concerné à la fois les étudiants et les enseignants. Laure Coudret-Laut

Même si les universités sont mobilisées c’est quand même les grandes écoles d’ingénieurs ou de commerce qui font partir le plus d’étudiants. Magali Ballatore

Il y a une volonté d’ouverture et d’inclusion dans le programme Erasmus pour 2021, il faut que tout le monde ait accès à la même mobilité. Magali Ballatore

Lien vers le débat organisé par l'OFAJ le 22/01 dans le cadre du cycle de débats "Vivre ensemble. Les jeunes en parlent !"  : 50 jeunes de France et 50 jeunes d’Allemagne, âgés de 15 à 20 ans, ont répondu présents pour échanger sur les libertés fondamentales avec notamment Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, et Franziska Giffey, ministre fédérale de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse. 

Retrouvez WoW ! News, jeune média franco-anglais de solutions pour les 8-12 ans.

Lien vers la page de l'Observatoire Erasmus plus.

Illustrations sonores :

  • François Mitterrand, TF1 (mars 1987) Archives INA.
  • Yseult, Corps (2019).
Intervenants
  • Journaliste, auteure
  • Sociologue, maître de conférences à l'Université d'Aix-en-Provence (laboratoire MESOPOLHIS, UMR 7064) et chargée de mission Coopération et Relations internationales à l'INSPE (Institut national supérieur du professorat et de l'éducation)
  • Secrétaire générale de l'OFAJ
  • Directrice de l'agence Erasmus plus France /Education Formation
  • Pâtissier
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......