LE DIRECT
Qui fait chanter nos enfants ?

Comment se forgent les goûts musicaux des enfants ?

58 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la Fête de la Musique, Etre et savoir s'intéresse à la culture musicale des enfants d'aujourd'hui, des comptines au rap

Qui fait chanter nos enfants ?
Qui fait chanter nos enfants ? Crédits : Malte Mueller - Getty

En direct de la maison de la radio et de la musique – puisque c’est le nom du bâtiment de Radio France depuis le 16 juin ! –, et à l’occasion de la fête de la musique, nous parlons ce soir de musique et d’éducation musicale.

Attention, notre sujet n’est pas l’apprentissage d’un instrument ou du chant – des questions que nous avons déjà abordées dans Être et Savoir – mais la musique qu’aiment et écoutent les enfants. 

Ainsi, nous nous intéresserons à ce qui construit leurs goûts, de la maternelle au collège, à ceux qui les influencent et à l’importance particulière des chansons dans la vie des adolescents! Des chansons qui les transportent, les portent... et parfois les sauvent. C'est justement l’histoire que va nous raconter l'autrice de bande-dessinée et illustratrice jeunesse Magali Le Huche, qui vient de publier Nowhere girl (Dargaud, 2021), sur sa passion pour les Beatles

Dans cette émission, plus musicale qu’à l’accoutumée, vous entendrez Orelsan, les Beatles, Anne Sylvestre, Slayer et l'auteur, compositeur et interprète Aldebert, qui a exceptionnellement enregistré deux chansons pour Être et Savoir en acoustique

Son album, Enfantillages 4, sortira le 27 août prochain.

Vous entendrez également les analyses de Gaële Henri-Panabière, maîtresse de conférences en sciences de l'éducation au CERLIS (centre de recherche sur les liens sociaux) à l'Université de Paris, et autrice notamment de Des héritiers en échec scolaire (La dispute, 2010), et de Jean Morel, fondateur de Grünt, Web radio et média indépendant consacré au rap.

La formation du goût 

La famille a un rôle à jouer dans la construction des goûts qui ne sont pas innés, un goût se forme socialement, explique Gaële Henri-Panabière.

Les enfants sont un peu sous triple contraintes pour former leurs goûts : les contraintes parentale, amicale et scolaire. Gaële Henri-Panabière

On peut traduire le goût pour la musique de différente manière : il y a l’érudition musicale, il y a aussi l’écoute, seule ou avec les autres, et aller au concert c’est encore une chose différente. Gaële Henri-Panabière

Quand on compare les ainés et les cadets, les ainés ont des goûts culturels assez caractéristiques de leur classe d’âge, alors que les cadets ont pris un peu d’avance vis à vis du calendrier musical. Gaële Henri-Panabière

Un public exigeant et pluriel 

Le public jeunesse, c’est je pense le public le plus exigeant, analyse Aldebert.

Moi je me retrouve avec un public familial parce que je ne sais pas faire de la musique pour enfant, j’ai envie de décliner ce côté "crossover". Aldebert

Le genre joue moins que la catégorie sociale mais il joue quand même de manière forte. Gaële Henri-Panabière

La musique comme refuge 

J’avais peur de quitter l’enfance et les Beatles m’y ont aidée, ils sont arrivés à un moment où j’avais besoin de trouver un refuge, raconte Magali Le Huche.

J’avais toujours l’impression que je ne comprenais pas à l’école, et là c’était comme si c’était un langage qui m’était seulement adressé. Magali Le Huche

C’est fou comme à chaque fois que j’entends les voix des Beatles, ça me rassure encore aujourd’hui. Magali Le Huche

Comme incitation à la création 

Ça m’a toujours donné envie de raconter des histoire, les Beatles, explique Magali Le Huche.

C’est ce qui m’a attirée chez les Beatles, cette fausse gaieté un peu étrange, il y a plusieurs niveaux de lecture. Magali Le Huche

Je me suis beaucoup interrogée sur comment représenter graphiquement la musique et ce que je ressentais. Magali Le Huche

Je n’arrive pas à être frontal et l’humour permet souvent de dire les choses avec plus de force. Aldebert

Pour s’opposer 

Sur la question des générations qui s’opposent, ce qui est intéressant avec le rap, c’est que les schismes s’opèrent au sein même de cette musique, analyse Jean Morel.

Il y a beaucoup de parallèles qu’on peut faire entre le rap et le rock, qui étaient au départ rejetés par l’establishment. Gaële Henri-Panabière

Je trouve beaucoup de passerelles entre la scène métal et l’enfance en terme d’énergie, de déguisement. Aldebert

Pour apprendre et découvrir

Je voulais m’immerger dans les années 60 pour tout comprendre de cette période, c’est aussi ça qui m’intéresse dans la musique, raconte Magali Le Huche.

Beaucoup de rappeurs ces derniers temps ont repris des classiques, des morceaux du patrimoine culturel, donc des airs déjà connus et chantés par les parents et les enfants. Jean Morel

J’ai cette chance de faire de la musique dite jeune public qui me permet d’aller partout, d’être volage musicalement, c’est aussi une volonté d’ouvrir les enfants à toutes les musiques. Aldebert

Générations rap

Les générations qui écoutent du rap à l’école sont celles dont les parents écoutent du rap à la maison, selon Jean Morel.

L’importance du marketing et l’omniprésence sur les réseaux et dans les médias expliquent aussi cette attirance pour le rap. Jean Morel

Le refrain est quelque chose qui s’est beaucoup imposé dans le rap ces dernières années, il y a cette logique de la "top line" qui en fait une musique entêtante un peu comme les comptines. Jean Morel

Lien vers la page de la Fête de la musique sur le site du Ministère de la Culture.

Retrouvez l'article de Gaële Henri-Panabière et Martine Court (Revue française de pédagogie, 2012) sur le site La socialisation culturelle au sein de la famille : le rôle des frères et sœurs.

Lien vers le numéro spécial de la Revue française de pédagogie (2013) : L’enseignement de la musique, entre institution scolaire et conservatoires.

Lien vers l'article de Fanny Renard (Sociologie, 2013) : "Reproduction des habitudes" et déclinaisons de l'héritage. Les loisirs culturels d'élèves de troisième.

Illustrations sonores :

  • La vie d’écolier, Aldebert (2013)
  • Double Papa, Aldebert (2021)
  • Notes pour trop tard, Orelsan (feat. Ibeyi, 2017)
  • Good Morning Good Morning, The Beatles (1967)
  • Wesh alors, Jul (2015)
  • Pour louper l’école, Aldebert (2016)
  • Raining blood,  Slayer (1986)
  • Blackbird, The Beatles (1968)
  • J’ai une maison pleine de fenêtres, Anne Sylvestre (1969)
  • Tout oublier, Angèle (2018)
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......