LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Illustration du système solaire

“Me Voici Toute Mignonne, Je Suis Une Nébuleuse !”

58 min
À retrouver dans l'émission

Quelle est l’évolution de notre compréhension du fonctionnement du système solaire ? Quelles étaient les premières théories astronomiques ? À partir de quand passe-t-on d'un système géocentrique à un système héliocentrique ? Quel rôle la conquête spatiale a-t-elle joué dans cette découverte ?

Illustration du système solaire
Illustration du système solaire Crédits : Advent - Getty

Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Huit planètes, des dizaines de lunes, des milliers de comètes, des centaines de milliers d'astéroïdes, des milliards de poussières, et un soleil en son centre. Jusqu'à l'héliosphère, la dernière frontière du système planétaire : là où l'espace interstellaire commence. Il a fallu du temps avant d'obtenir cette belle photo de famille. L'histoire de la découverte du système solaire et celle de l'aventure du savoir astronomique, voici bientôt vingt-cinq siècles qu'elle s'écrit. 

On connaît trois astres depuis la préhistoire : le soleil, la lune, et la Terre parce qu’on vivait dessus. Cinq ou six astres étaient connus depuis la Haute Antiquité… Les observations se faisaient beaucoup en Mésopotamie, en Égypte, et ensuite en Grèce… C’est seulement au cinquième ou sixième siècle avant notre ère, que les mésopotamiens arrivent à décrire le mouvement mathématique des planètes ; mais ils progressent à petit pas… (Christian Nitschelm)

"Me Voici Toute Mignonne, Je Suis Une Nébuleuse !" c'est la découverte du jour. Une découverte héliocentrique. 

Nicolas Copernic, en Pologne, réfléchit et propose tout d’un coup, que la Terre tournerait sur elle-même, que les étoiles seraient fixes et lointaines, et que le soleil serait au centre. Cette affirmation va amener un certain nombre de débats, beaucoup ne l’acceptait pas… Maintenant, ça paraît être une évidence, mais à l’époque, il y avait un véritable frein à cause du poids de la religion. (François Forget)

François Forget, planétologue, chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique à l'Institut Pierre Simon Laplace, membre de l'Académie des Sciences, et Christian Nitschelm, astronome, professeur titulaire à l’Université d’Antofagasta au Chili, membre de la commission C3 d’Histoire de l’astronomie de l’Union Astronomique Internationale, mettront en lumière cette découverte. 

Remerciements à Antoine Vuilloz de la discothèque, et Annelise Signoret de la documentation de Radio France.

Les références musicales :

Le titre du jour : "La Java Martienne" par Boris Vian

Le générique de fin : "Here comes the sun" par Nina Simone

Intervenants
  • Planétologue, chercheur au CNRS à l’institut Pierre Simon Laplace
  • Astronome, professeur titulaire au centre d'Astronomie de l'université d'Antofagasta, membre de l'Union Astronomique Internationale, e de la commission C3 d'histoire de l'astronomie
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......