LE DIRECT

France Culture Papiers n°12 pages 19 à 23: "NASAWIYAT", ALGÉRIE & MAROC

4 min

France Culture Papiers n°12 pages 19 à 23 : "NASAWIYAT", ALGÉRIE & MAROC

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/01/004a4d9f-aa53-11e4-adec-005056a87c89/838_tunisie.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Nasawiyat Les nouvelles féministes du monde arabe" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/01/004a4d9f-aa53-11e4-adec-005056a87c89/838_tunisie.jpg" width="838" height="562"/>
Nasawiyat Les nouvelles féministes du monde arabe
Suite aujourd’hui des premières pages de notre France Culture Papiers numéro 12, premier sujet du premier chapitre « L’expérience du monde » : les « nouvelles féministes du monde arabe »… Série produite par Charlotte Bienaimé, réalisée par Anabelle Brouard, et diffusée l'été dernier. On les lit, on les écoute :

Voix de la radio en Tunisie, c’est avec son micro, dans ses émissions, que la jeune Houda donne la parole à celles qui ne l’ont jamais… A lire page 17 :

« La voix est libre ici c’est vrai on parle de tout à La Voix des Mines on n’a plus de sujets tabou mais quand même ils sont sourds rien n’a changé après la révolution »

Suite du voyage aujourd’hui, après la Tunisie et l’Egypte, direction l’Algérie :

Nouvelles féministes en ALGÉRIE, pages 21 À 23
Nouvelles féministes en ALGÉRIE, pages 21 À 23

« Ma révolution je la fais en silence, je la fais chez moi à la maison. Quand je sais qu’autour de moi on n’est pas d’accord que je suis ambitieuse je le reste c’est un choix. On ne peut pas dire tout de suite je vais à la place je vais revendiquer avec une pancarte mais est ce que tu revendiques chez toi le soir quand tu rentres chez toi et que tu as envie de faire des études et que tes parents ne te laissent pas (…)

Je pense qu’on devrait reprendre les endroits de lutte que nous avons abandonnés : et c’est la maison, le bureau, la rue, le soir, le café avec les copains. Quand on parle il faut se dire il faut exister. »

« Libérer la parole » comme celle d’Irane que l’on vient d’entendre, journaliste pendant dix ans elle dirige aujourd’hui une agence de communication. C’est à lire page 24, avec d’autres paroles de femmes engagées, comme Selma :

« Pouvoir prendre la parole dans un milieu où il y a des gens qui ont de l’expérience on n’ose pas on est intimidées… C’est pour ça qu’on a eu envie de créer un mouvement de jeunes féministes, pour prendre la parole… »




« Témoigner »… Au Maroc aussi, avec Fedwa, elle a créé le webmagazine Quandisha du nom de la figure féminine de la mythologie marocaine, rebelle et forte... A lire page 22 :

Nouvelles féministes au MAROC, pages 19 à 21
Nouvelles féministes au MAROC, pages 19 à 21

« Je me suis dit je pourrais (…) parler en mon propre nom et inviter d’autres personnes que je connais à faire de même. (…) je te demande juste de parler de toi de ta personne est ce que tu te sens bien dans ce pays est ce que tu as tous les droits dont tu as besoin et qui te protègent et tout ça parle de toi-même(…) »

Sur Quandisha les femmes parlent de tout, comme Fatima, institutrice et écrivain:


« J’ai la passion d’écrire parce que je ne maîtrise pas l’art de la discussion je me sens incapable de dire ce que je pense oralement alors j’ai trouvé que mon stylo mon bloc notes ce sont mais amis intimes et quand on est sensible émotionnel on est dans un pays arabe qui est un peu plus renfermé je sens toujours que mon moyen (…) c’est écrire pour dire ce que tu as dans le coeur »



Révolution intérieure aussi… Autres mots page 21, ceux de Jihan. Elle milite dans l’association démocrate des Femmes du Maroc:

« Tu ne peux pas élever la voix en public, tu ne peux pas prendre le micro et chanter, tu ne peux pas t’exprimer finalement, de ne pas parler d’amour...

C’était une société qui me refusait mon rêve et mon ambition. J’étais révoltée...

J’ai dit non je n’accepte pas ça et j’ai commencé à lire... Je suis tombée sur un gros bouquin, Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir et qui a bouleversé ma vie.

J’avais l’impression que je démarrais ma vie qu’il y avait une nouvelle page...»

« On ne naît pas femme, on le devient »… Renaître, par l’engagement, sur le terrain et sur le papier, par l’écriture et la lecture aussi…

Nouvelles pages de France Culture Papiers vendredi prochain

Belle lecture…

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......