LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture Papiers n°12 - VOIX D'ABDERRAHMANE SISSAKO pour Timbuktu & JC RUFIN pour A voix nue...

4 min

VOIX D'ABDERRAHMANE SISSAKO pour "Timbuktu" & JC RUFIN pour A voix nue...


M usique du film "TIMBUKTU" d' Abderrahmane Sissako, du compositeur Amine Bouhafa : « Timbuktu Faso » Fatoumata Diawara

17’55 l’heure de lire, lire notre nouveau numéro France Culture Papiers. A partir d’aujourd’hui 12 chapitres de Radio Livre, 12 vendredi après midi ensemble jusqu’à parution du prochain fin février, pour feuilleter ce numéro 12 !

Sommaire numéro 12 France Culture Papiers
Sommaire numéro 12 France Culture Papiers

Numéro de l’hiver, paru vendredi dernier, où nous lisons :

la voix de Patrick Modiano,

les paroles archivées de Jean Renoir cinéaste sur son père peintre, Barthes sur Proust, Edith Piaf,

la voix The Voice de Frank Sinatra,

les voix aussi de Raphaël Enthoven autour de Sade, le 2 décembre 1814 disparaissait l’auteur de La Philosophie dans le boudoir,

de Thomas Piketty,

d’Etienne Klein, dans sa Conversation Scientifique.

Nous voyageons dans les mystères et l’avenir du cerveau avec Le sens des Choses, « Tout est émotion »…

Nous voyageons aussi

vers le Pacifique, les îles des Kiribati et en Indonésie avec les Hommes aux semelles de vent ,

en Egypte, Tunisie, Algérie et au Maroc avec les nouvelles féministes du monde arabe,

en Ethiopie avec Addis-Abeba Ville-Monde…

L’Afrique, c’est là que nous commençons notre voyage dans ce France Culture Papiers…

Dans les Chemins de la création page 180 nous lisons « l’Afrique et le Cinéma universels » d’Abderrahmane Sissako, invité d’Hors Champs de Laure Adler. Après Bamako, il fait de Tombouctou le cœur du monde. Son film Timbuktu sort en salles ce mercredi 10 décembre, avec cette musique…

Abderrahmane Sissako - Hors Champ de Laure Adler
Abderrahmane Sissako - Hors Champ de Laure Adler

«… Le cinéma, l’image est pour moi quelque chose de plus universel car l’image n’appartient à personne, elle n’a pas une origine, elle ne vient ni de l’ouest ni de l’est. Nous pouvons nous l’approprier comme un langage et raconter des choses. (…)


Ce film raconte Tombouctou, en 2012, alors que la ville est envahie, occupée pendant 9 mois…

« Raconter la barbarie, la violence comporte un danger : celui d’ôter toute humanité à l’autre… Quand nous enlevons toute humanité, nous ne donnons aucune chance à l’autre, nous devenons nous-mêmes inhumains (…)

« Chaque homme a été enfant, chaque homme a forcément été bon. Quand sa bonté s’est-elle arrêtée ? … »

« Je vois en chaque homme quelqu’un que je peux aimer… »

L’humanité, toujours, dans la vie, et dans la création…

« Réaliser un film, c’est (…) chercher les personnages. J’essaie de rencontrer des gens, de sentir leurs fragilités, de me reconnaître en eux (...) Chaque personne que je rencontre, que j’arrive à filmer, est une partie de moi, surtout quand ce sont des femmes.»

« Pour communiquer avec l’autre, il faut ne pas chercher à aller vers quelque chose de parfait. Un acte de création est forcément imparfait, celui qui crée est imparfait. Dès que j’ai une idée, je crois que le doute s’installe… J’ai le souci de ne pas prouver les choses. Le cinéma, l’art, ne sont pas les preuves de quelque chose (…) Le regard aussi est un travail. »


La liberté intérieure est aussi un des sujets de son film…

« Le film parle des interdits, le football, la musique. Or on ne peut pas interdire la musique. C’est au moment où on interdit la musique que l’homme chantonne sa plus belle chanson dans sa tête…»

Musique, de "Bamako" d'Abderrahmane Sissako: "Naam" de Christy Azuma & Uppers International

Cette chanson, que l’on entend, c’est celle de son film Bamako…

L’Afrique, la fraternité, le regard, c’est au cœur aussi d’une autre voix à lire dans ce numéro, celle de Jean-Christophe Rufin, A voix Nue, page 55 dans « L’expérience du monde », l’expérience de l’autre…

JC Rufin - A voix Nue
JC Rufin - A voix Nue

« L’Autre, avec un rôle... C’est un art du regard aussi la médecine, on regarde les autres… »

« Le Goût de l’autre »… C’est à écouter du lundi 8 au vendredi 12 décembre à 20h sur France Culture, et à lire en avant première dans France Culture Papiers. Médecin et humanitaire, essayiste et diplomate, romancier… L’écriture et la vie :

« Je voulais être heureux en écrivant... et je me suis rendu compte que cela pouvait rendre les autres heureux aussi »

« Je crois que j’ai toujours voulu écrire…»

« Partager une expérience, des idées, mais aussi un vécu... pour ça il n’y avait qu’un moyen le roman »

Le roman Katiba , lié aux actions terroristes en Mauritanie et aux services secrets, il l’écrit après son ambassade au Sénégal, Les Causes perdues après son expérience en Érythrée, Rouge Brésil après son poste d’attaché culturel…

« J’aime la dimension romanesque, car elle est complexe et ambiguë. »

« C’est ce que j’aime dans un roman, quand dans un personnage habite une tension, pesée des contraires... Graham Greene disait que le roman est une manière d’exercer la plus haute justice possible. Rendre justice aux personnages c’est peser ce qu’ils ont de contraire en eux. C’est ce que j’aime faire avec les romans. »

Ecrire… comme un « Détective métaphysique »… comme Patrick Modiano, que nous lirons vendredi prochain dans notre Radio Livre, il reçoit ce 10 décembre son prix Nobel de littérature…

Bon week end dans les pages de France Culture Papiers numéro 12, disponible en kiosque et en librairie, bonne écoute et bonne lecture !

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......