LE DIRECT

France Culture Papiers n°13 : "Tour du monde littéraire"

4 min

"Tour du monde littéraire" ****

« J’ai l’impression qu’un écrivain, un artiste est plus universel s’il est un homme de son pays, de son temps (…) ça veut dire je suis un brésilien un homme de Bahia c’est là que le Brésil a commencé »

Jorge Amado (1976, Radioscopie de Jacques Chancel)


Et Radio Livre commence au Brésil, pays invité du dernier Salon du Livre de Paris, le Brésil en toutes lettres… « Lire la radio » c’est l’aventure France Culture Papiers, et chapitre littéraire aujourd’hui, voyage à travers les littératures du monde : avec l’émission Culturesmonde, on promène le roman - mondial -, ce miroir dont parlait Stendhal, le long du chemin…

Écrivains dans le monde - Culturesmonde
Écrivains dans le monde - Culturesmonde Crédits : Radio France
Écrivains dans le monde - Culturesmonde, Brésil
Écrivains dans le monde - Culturesmonde, Brésil Crédits : Radio France

Escale brésilienne donc, avec cette archive du romancier Jorge Amado que l’on vient d’entendre. Les écrivains écrivent pour l’universalité, comme le dit Kundera, pour la littérature mondiale nous rappelle page 25 l’auteur Bernardo Carvalho, depuis Sao Paulo:

« Il y a comme partout dans le monde, plus que jamais beaucoup de monde qui écrit au Brésil, des écrivains, des jeunes écrivains

comme en Argentine, France, aux États-Unis

depuis dix ans il y a beaucoup plus d’auteurs au Brésil qu’il y en avait avant »

Voyage aussi en Europe et aux États-Unis, partie du monde qui représente un tiers du marché international de l’édition… Les États-Unis aussi avec Richard Ford page 177, entretien avec Laure Adler dans Hors Champs. L’écrivain nous parle de la lecture :

Richaird, Hors Champ
Richaird, Hors Champ Crédits : Radio France

« … j’ai décidé de m’intéresser à la littérature. Et là, je me suis retrouvé dans mon élément. »

« … on peut apprendre certaines choses sur la littérature, mais le mieux est peut-être de lire seul sans l’aide de la critique... »

« Pour être lecteur, il faut y consacrer du temps »

« Il faut aimer la lecture, il faut que ce soit une expérience

personnelle»

Leurs lectures, ce sont aussi des libraires qui les partagent avec nous page 188, dans Le temps des libraires

Carnet des Libraires, France Culture Papiers
Carnet des Libraires, France Culture Papiers Crédits : Radio France

Suite de notre tour du monde littéraire : en Russie et en Chine, entre écrivains officiels et dissidents, avec les voix de Boris Akounine et Edouard Limonov… Et en Afrique et en Inde, les marchés de demain, avec Kamel Daoud : finaliste du prix Goncourt pour son roman Meursault, contre-enquête , il a reçu le prix des Cinq continents au dernier Sommet de la Francophonie, pour son « enrichissement de la langue française » :

« (…) le fait d’avoir été choisi, primé, retenu comme lauréat par l’Organisation internationale de la Francophonie me plaît car cela conforte l’idée que je défends, à savoir une autonomisation de la langue française, de la création par la langue française en dehors du périmètre franco-français. »


Francophonie et francophilie, nous dit Hubert Védrine page 75, « ce désir du français » dont parlait encore Kundera, la France comme son deuxième pays natal, où il a pu « renaître »…

Et dans Le temps des écrivains nous lisons les mots de Lydie Salvayre, pour Pas pleurer , dernier prix Goncourt, sur la « Langue maternelle », page 153 dans nos Paroles d’Invités :


« Il y a des langues, nous parlons des langues, non pas la seule langue de la télévision et des médias, et j’avais un plaisir infini à travailler cette langue (…) entre le français et l’espagnol. Quand j’étais enfant, je trouvais que ma mère l’estropiait, et j’avais honte car c’était un marqueur raciste de mal parler mais en vieillissant, je trouve que le fait que le français soit traversé en dessous par l’espagnol cela le rend inventif, joyeux, aventureux. »

« Avec cette langue, ma mère qui m’a donné le jour, je l’ai fait renaître en écrivant, il y a un pouvoir de la résurrection en littérature… »

Renaître… L’écrivain comme Orphée, avec son rêve du retour d’Eurydice… Comme dans cette musique, Orphéo Negro…

À vendredi prochain pour tourner ensemble encore les pages de notre nouveau

France Culture Papiers... Belle lecture !

Musique : Black Orpheus, Manha de carnaval ****

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......