LE DIRECT

Trois arbres à Istanbul 4/10

7 min
À retrouver dans l'émission

Réalisation Jean-Mathieu Zahnd

Conseillère littéraire Laurence Courtois

Trois arbres à Istanbul - le parc de Gezi, une île d’utopie et les héros d’une résistance

29 mai – 16 juin 2013

À la mémoire de Mehmet, Abdullah et Ethem

Episode 4 Avec

Julie Pouillon, Bertrand Suarez-Passos, Cathy Tartarin, Thomas Sagols, Christine Culerier, François Siener. L'auteur : Sedef Ecer

Chant Gulaï Hacer Toruk

Bruitage Bertrand Amiel

Equipe de réalisation Sébastien Labarre, Cécile Braque

Assistante à la réalisation Lise-Marie Barré

L’épisode 4 est entièrement fabriqué avec des témoignages que j’ai pu lire sur internet ou que les personnes que j’ai interviewées m’ont relatés. Chacune de ces histoires est vraie, je n’ai fait que les mettre dans l’ordre, changer parfois un mot ou un autre sans toucher à la vérité de la situation ou encore décaler très légèrement un propos pour donner à l’ensemble une forte teneur dramaturgique. En revanche, pour des raison d’éthique, je n’ai jamais inventé des situations qui n’ont pas existé. Et puis, j’ai inventé les personnages comme dans toute fiction.

Sedef Ecer

episode 4
episode 4

L' Invité du jour : Ahmet Insel, politologue, économiste et universitaire "Le parc Gezi est petit mais c’est tellement rare des espaces verts à Istanbul que la poignée d’arbres qui s’y trouvent représentaient chacun le symbole de la résistance devant la frénésie de gratte-ciels, de centres commerciaux, de voies rapides, d’habitats aseptisés et de quartiers sans âmes qui a sasisi le pouvoir.

C’est leur ras-le-bol que les gens ont exprimé lors de la résistance Gezi. Ras-le-bol du premier ministre père fouettard, se mêlant de tout, voulant être à la fois l’instituteur, l’ingénieur, l’imam, le justicier et l’inspecteur. La résistance Gezi était un bras d’honneur contre l’autoritarisme rampant mais aussi contre les multiples tabous de la société.

La société turque est saisie par le soupçon généralisé. Chaque camp soupçonne l’autre d’avoir un agenda caché, de préparer un coup d’Etat, d’avancer vers un Etat islamique, de vendre le pays aux étrangers, de travailler pour le compte de des forces internationales occultes...L’existence des complots et des agendas cachés est la croyance aujourd’hui la plus partagée en Turquie du côté du pouvoir comme du côté de l’opposition.

Le collectif était le slogan, l’idée le plus partagé dans le parc Gezi occupé pendant deux semaines. Au lieu du centre commercial, symbole du capitalisme marchand et bling-bling qui règne en Turquie, les occupants de Gézi ont créé un espace de don et de partage, un espace collectif. Le parc Gezi a été aussi la réalisation en miniature de l’utopie d’une société conviviale."

episode 4
episode 4
episode 4
episode 4

Un grand merci à NarPhotos de nous avoir permis l'utilisation de leurs photos.

L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......