LE DIRECT

"Chroniques de l'autre rive" de Michèle Sigal (3/10)

25 min
À retrouver dans l'émission

(inédit) Réalisation : Michel Sidoroff Ces « Chroniques de l'autre rive » sont en réalité des chroniques de la vie, envisagées du point de vue de la mort. Je ne suis pas allée chercher celle-ci dans les cimetières ou les hôpitaux, mais en plein business, au coeur même de la vie et de la société de consommation. En effet, avec la mort prochaine et programmée de la génération des baby-boomers, la génération la plus nombreuse de toute l'histoire de l'humanité, le business de la mort s'annonce des plus florissant. Certaines entreprises funéraires, de façon agressive et spectaculaire en Amérique, plus timide en Europe, l'ont bien compris, et sont passées maîtresses dans l'art de la mise en scène de la disparition : elles proposent de « monter » des cérémonies « sur mesure », sensées faire du trépas un événement spectaculaire et inoubliable. Il est assez logique que cette génération, symbole de la société du spectacle et de la consommation en vienne finalement à considérer et à transformer sa propre mort en bien de consommation, le dernier. Citons quelques unes de ces « cérémonies » qui expriment bien l'idéologie, les mythes et les hantises de notre époque : Il est possible de faire un diamant à partir des cendres d'un être cher, ou bien d'expédier quelques grammes de celles-ci dans l'espace grâce à une sonde Voyager. On peut aussi emmener le défunt (embaumé, maquillé dans son cercueil ouvert) pour une dernière partie de barbecue ou de pêche et dans ce cas il n'est pas interdit de lui faire tenir une gaule à la main. La mode est également aux life stories, projetées pendant la cérémonie d'enterrement et sensées retracer en 10 minutes la vie du défunt, le montage étant assuré par un monteur professionnel... A ceci près que ce bricolage de rituels, souvent empruntés à la vie sociale la plus conventionnelle et du plus mauvais goût, débouche parfois et même souvent sur des situations réellement absurdes, incongrues, cocasses, tragi-comiques et reposent sur d'incroyables malentendus. Comme si la mort avait plus d'humour que la vie et imposait ce renversement de perspective, ce retournement. Comme si les morts, mal enterrés, revenaient inévitablement nous hanter, nous questionner, chacun à sa façon. Ils font alors irruption dans la conscience des vivants, les dérangent dans leur sommeil, leurs rêves et leur activité quotidienne. C'est ce retour que j'ai eu envie de saisir à l'oeuvre, au vol, dans un éventail de situations, en mettant en voix quelques unes de ces mises en scène ratées de la disparition, à travers des histoires singulières, exemplaires, où l'intime se mêle à l'universel, où la mort apporte son point de vue, son éclairage sur la vie. Michèle Sigal

L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......