LE DIRECT
Four à pain communal en Normandie, Pays du roumois
Épisode 3 :

Charlie et les enfants

24 min
À retrouver dans l'émission

Joubert a dérobé le journal de Gemma, afin, prétend-il, de faire toute la lumière sur sa mort. Sous couvert d’ethnologie littéraire, le boulanger ne serait-il pas animé d’intentions moins nobles ?

Four à pain communal en Normandie, Pays du roumois
Four à pain communal en Normandie, Pays du roumois Crédits : GILLES TARGAT - AFP

Traduit de l’anglais par Lili Sztajn et Jean-Luc Fromental
Adaptation radiophonique : Lili Sztajn
Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière
Réalisation : Jean-Matthieu Zahnd

Exaspérée par l’intrusion incessante dans sa vie des enfants et de l’ex de Charlie, son nouveau mari, Gemma Bovery décide de quitter Londres et de partir s’installer avec lui dans un romantique cottage du bocage normand. Dans un premier temps, c’est la découverte émerveillée des charmes de la French Way of Life. L’existence simple et paisible, les voisins avenants, l’authenticité des choses, le pain merveilleux de Joubert, le boulanger intello de Bailleville. Mais l’exotisme a ses limites. L’argent manque. L’ennui guette. 

Charlie se laisse aller. Le joli cottage suinte l’humidité. L’authenticité se révèle frelatée et les voisins moins plaisants que prévu. Alors, Gemma prend un amant, sous l’œil inquisiteur de Joubert qui s’improvise chroniqueur de sa déchéance amoureuse. 

Si le décor, le destin et le nom de l’héroïne nous rappellent quelqu’un, ce n’est en aucun cas fortuit. Avec ce premier roman graphique, qui stupéfia en 2000 le petit monde tranquille de la BD, l’Anglaise Posy Simmonds donne à l’Emma Bovary de Flaubert une arrière-petite-fille en jean, baskets et lingerie fine. Brodant avec brio sur le roman original, elle imagine une satire où se confrontent deux cultures à la fois très proches et antagonistes, une middle class anglaise assoiffée de grands crus, d’élégance continentale, de raffinement Grand Siècle, et cette bourgeoisie française aux maniérismes insupportables et aux certitudes indépassables, qui fascine avant d’agacer profondément. Personne ne sort indemne de ce face-à-face. Splendeurs et ridicules du désir de grandeur. Influence des régimes amaigrissants sur la fidélité conjugale. Pouvoir de fragmentation du désordre amoureux. Dans le catalogue des thèmes chers à Posy Simmonds, le grand Gustave n’aurait eu aucun mal à retrouver ses petits.

Gemma Bovery, de Posy Simmonds, est publié aux éditions Denoël dans une traduction de Jean-Luc Fromental et Lili Sztajn

Avec :

Elodie Huber  ( Gemma Bovery)
Vincent Schmitt  ( Raymond Joubert)
Laurent Lederer  ( Charlie Bovery)
Léonie Pingeot  ( Martine Joubert)
Julian Eggerickx  ( Patrick Large)
Geoffrey Carey   (Michael Tate, le père de Gemma)
Kate France  ( La belle-mère de Gemma)
Jean-Yves Chilot   (Commentateur TV )

Bruitage : Sophie Bissantz
Equipe de réalisation : Cédric Chatelus, Pierre Henry, Manon Dubus 

Bibliographie

L'équipe
Coordination
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......