LE DIRECT
Barbara, en 1950
Épisode 7 :

Amoureuse

25 min
À retrouver dans l'émission

Je n’ai rien inventé, tout ce que je chante est vrai. Je chante ma vie de femme.

Barbara, après sa tentative de suicide, en 1974
Barbara, après sa tentative de suicide, en 1974 Crédits : Jean-Claude Francolon - Getty

Je n’ai rien inventé, tout ce que je chante est vrai. Je chante ma vie de femme. Et si je devais réécrire mes chansons je ne changerais rien. C’est l’amour qui conduit toute ma vie. C’est l’essentiel de l’existence. Rien n’est possible sans amour. J’en ai rêvées, et puis j’en ai vécues, des amours très belles… On m’a quittée et j’ai quitté. Je sais ce que c’est qu’un amour qui part, mais je sais aussi ce que c’est de s’en aller parce qu’on n’en peut plus. Il n’y a rien de plus merveilleux qu’un couple qui traverse les épreuves, mais je pense que les amours impossibles sont elles aussi magnifiques.

Adaptation : Sophie Lemp
Réalisation : Juliette Heymann
Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière

Avec Sophie Daull Et Claude Aufaure

Prise de son, montage, mixage : Claude Niort, Martin Delafosse Assistante à la réalisation : Cécile Laffon

Chansons que vous avez entendues dans cet épisode : Toi l’homme, C’est parce que (je t’aime, Amoureuse, A chaque fois, Je ne sais pas dire, Ma plus belle histoire d’amour de Barbara

Il était un piano noir : mémoires interrompus de Barbara  est publié aux éditions Fayard

Pour compléter cette fiction, ce soir, Barbara au micro de François Delétraz dans l’émission Opus du 30 octobre 1993 (Archive Ina)

Écouter
3 min
Barbara au micro de François Delétraz dans l’émission Opus du 30 octobre 1993 (Archive Ina)
L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......