LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Barbara, en 1950
Épisode 8 :

Rencontres de hasard

24 min
À retrouver dans l'émission

J’ai vingt ans, je vis en Belgique, j’auditionne dans des petites boîtes. Un soir, je sors de la ville. Je marche. Je suis vêtue d’une salopette verte. Je n’ai plus de papiers, je les ai abandonnés dans un hôtel que je ne pouvais plus régler...et là je rencontre monsieur Victor qui me mène à Paris.

Barbara en 1977
Barbara en 1977 Crédits : United Archives - Getty

J’ai vingt ans, je vis en Belgique, j’auditionne dans des petites boîtes. Un soir, sans l’avoir prémédité, je sors de la ville. Je marche. Je suis vêtue d’une salopette verte, chaussée de grosses bottes lourdes ; c’est là toute ma richesse. Je n’ai plus de papiers, je les ai abandonnés dans un hôtel que je ne pouvais plus régler. Je n’ai plus rien. Je veux rentrer en France. Je marche depuis plus d’une heure. Je n’ai pas entendu venir la Chrysler noire de monsieur Victor qui s’est arrêtée à ma hauteur. Il me demande où je vais. Quand je lui annonce que je vais à Paris, il me propose de m’emmener. Je lui explique que je voudrais bien mais que je n’ai pas de papiers pour passer la frontière. Il n’est pas du genre à s’embarrasser de problèmes de papiers, monsieur Victor. Je monte. Il ne me dit rien. Il ne me pose aucune autre question. De temps à autre, il se contente de me regarder en biais. Au poste de douane, il descend de voiture. Un douanier s’avance vers lui. Au bout de deux minutes, il remonte et démarre. La Chrysler file en douceur, féline. On est en France.

Adaptation : Sophie Lemp
Réalisation : Juliette Heymann
Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière

Avec Sophie Daull Et Claude Aufaure

Prise de son, montage, mixage : Claude Niort, Martin Delafosse Assistante à la réalisation : Cécile Laffon

Chansons que vous avez entendues dans cet épisode : Une petite cantate, Le mal de vivre, Campadile, Quand ceux qui vont et des extraits de Mr Victor de Barbara

« Il était un piano noir : mémoires interrompus » de Barbara  est publié aux éditions Fayard

Pour compléter cette fiction, ce soir, - Gérard Depardieu lit une lettre en hommage à Barbara, lors de ses obsèques à Bagneux en novembre 1997. (Extrait de l’émission Les greniers de la mémoire "Barbara, 10 ans déjà" du 14 janvier 2007.) Archive Ina.
Et un extrait du concert "Depardieu chante Barbara" au studio 104 de la Maison de La Radio le 3 novembre 2017, rediffusé le 24 décembre 2017 sur France Inter (Archive Ina)

Écouter
4 min
Gérard Depardieu lit une lettre en hommage à Barbara, lors de ses obsèques à Bagneux en novembre 1997.
L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......