LE DIRECT
Kerkira. Corfu. Site de Palaeokastritsa. Ile de Corfou. Grèce.
Épisode 2 :

Corfou, Calami, Athènes

24 min
À retrouver dans l'émission

Un portrait de la Grèce par l'écrivain américain Henry Miller

Kerkira. Corfu. Site de Palaeokastritsa. Ile de Corfou. Grèce.
Kerkira. Corfu. Site de Palaeokastritsa. Ile de Corfou. Grèce. Crédits : Turpin Philippe - Maxppp

Traduction : Georges Belmont

Réalisation : Etienne Vallès

Conseillère littéraire Emmanuelle Chevrière

Henry Miller, célèbre écrivain américain, né en 1891, auteur entre autres de la trilogie Plexus, Nexus, Sexus et des Tropiques, écrit Le Colosse de Maroussi à la fin d'un voyage en Grèce qu'il fait en 1939, en quelque sorte ses premières vacances depuis plus de vingt ans, une parenthèse dans une vie jusque-là tumultueuse, scandée par de nombreuses ruptures et controverses. Le livre sera publié en 1941 et magnifiquement traduit en français par Georges Belmont en 1958. Miller le considérait à la fin de sa vie comme " son meilleur livre ". Il constitue, sur un mode autobiographique propre à l'auteur, la chronique d'une rencontre avec un pays, une nature et ses habitants. C'est sa réponse au " choc " qu'a constitué pour lui ce voyage. Cette découverte de la Grèce s'établit en contraste avec une Amérique honnie, qu'il avait quittée huit ans auparavant, et avec un exil français difficile, impécunieux, chaotique. Le texte se présente, au-delà du récit et de la chronique, comme un essai brillant, truculent et impertinent, contrasté dans ses thématiques, son style et son propos. Le voyage de Miller en Grèce est dû au hasard de l'invitation d'un de ses plus fidèles amis, Lawrence Durrell. Le choc, l'éblouissement que lui procurent la découverte de la Grèce constituent la trame constante du récit, qui alterne anecdotes, portraits, considérations philosophiques, digressions diverses. Il a été écrit, un peu à la manière d'un journal, pendant le séjour, entre 1939 et 1940, et terminé juste après, lors de son retour aux USA, à New-York, en 1940. Le Colosse de Maroussi est un des textes de Miller les plus empreints de métaphysique et de religiosité, mais ses développements sont à interpréter dans une acception poétique et dans une tonalité qui nous dresse avant toute chose " le portrait d'un pays ". Quelle que soit notre propre sensibilité, notre rapport à la métaphysique, à la religiosité ou au mysticisme, le bouleversement de l'écrivain devant ce qu'il voit ou ressent s'y découvre de manière explicite, directe, vivante, dans une intimité constante. C'est sa manière d'honorer tout un peuple et de nombreux personnages hauts en couleur, d'une humanité bouleversante (dont Séfériadès ou Katsimbalis, le Colosse) et, dans le même mouvement, de peindre la beauté de la nature ou celle des sites archéologiques. L'expérience de la Grèce constitue pour Miller, à 48 ans, un tournant profond dans sa carrière d'écrivain.

Texte dit par Olivier Claverie

Prise de son et mixage : Olivier Dupré

Assistance technique et montage : Nicolas Depas Graf, Clotilde Thomas

Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu

Le Colosse de Maroussi d’Henry Miller est publié aux éditions Buchet-Chastel

Bibliographie

Le Colosse de Maroussi

Le Colosse de Maroussied. Buchet Chastel, 2013

Intervenants
L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......