LE DIRECT
Georges Simenon
Georges Simenon Crédits : Victor Diniz © ™ Simenon.tm, all rights reserved
Georges Simenon
Georges Simenon
Georges Simenon Crédits : Victor Diniz © ™ Simenon.tm, all rights reserved

"Les Anneaux de Bicêtre" de Georges Simenon

5 ÉPISODES (5 DISPONIBLES)
"A tous ceux, professeurs, médecins, infirmières et infirmiers, qui, dans les hôpitaux et ailleurs, s’efforcent de comprendre et de soulager l’être le plus déconcertant : l’homme malade. » Ce n’est pas seulement le décor qui est planté dès l’épître dédicatoire des Anneaux de...
À retrouver dans l'émission
Tous les Épisodes
24 min
LE 16/09/2019

"René Maugras est encore tout au fond d'un trou aussi obscur que les abysses des océans, sans contact avec l'univers extérieur. Son bras droit, pourtant,...

24 min
LE 17/09/2019

"Que m’ont-ils dit jusqu'ici ? Que je ne mourrais pas. Que je guérirais. Que je ne resterais pas impotent. Que, dans quelques semaines ou quelques mois...

24 min
LE 18/09/2019

"J’ai envie de mettre mon existence au point. Il ne s'agit pas d'une confession, ni d'un examen de conscience. "Mon père, je m'accuse..." Non ! Déterminer,...

24 min
LE 19/09/2019

"Depuis que je suis couché ici avec la quasi-certitude de ne pas me relever, je m'efforce de me comprendre, d'avoir enfin une opinion sur moi-même. Je...

24 min
LE 20/09/2019

"Est-ce que je saurai encore? Je veux dire: vivre comme les autres. Car je ne suis plus tout à fait comme eux et je ne le redeviendrai jamais."

À propos de la série

"A tous ceux, professeurs, médecins, infirmières et infirmiers, qui, dans les hôpitaux et ailleurs, s’efforcent de comprendre et de soulager l’être le plus déconcertant : l’homme malade. »
Ce n’est pas seulement le décor qui est planté dès l’épître dédicatoire des Anneaux de Bicêtre (qui fut dans un premier temps intitulé « Les cloches de Bicêtre ») que Georges Simenon publia en 1963, c’est l’esprit même du roman, accompagné dès l’entame de l’inévitable, mais nécessaire, avertissement : « Toute ressemblance avec des personnes existantes ne pourrait être que fortuite. » L’auteur craignait qu’on le prît pour un roman à clefs, genre vain et par lui dédaigné. Il est vrai que le restaurant n’était autre que le Grand Véfour du chef Raymond Oliver et que son héros, magnat de la presse parisienne, vivait une tragédie traversée dans des circonstances similaires par Pierre Lazareff, le patron de France-Soir, ami de Simenon depuis l’avant-guerre.

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close