LE DIRECT
Annie Ernaux, à Rome Juillet 2016
Épisode 8 :

Trajectoire inéluctable.

22 min
À retrouver dans l'émission

En dehors de ses obligations de travail son temps est consacré à la gestion de ses goûts personnels et de ses désirs. Le souci matériel et moral, incessant, des autres qui caractérisait sa vie conjugale et familial incessant s’est éloigné d’elle. Un intérêt pour les causes humanitaires l’a remplacé

une femme
une femme Crédits : Nick Dolding - Getty

"C’est la photo d’une femme prise de face jusqu’aux hanches dans un jardin de broussailles. Ses cheveux longs blond-roux sont épars sur le col d’un gros manteau noir, ample, du genre cossu. Le pan d’une écharpe rose dragée bizarrement étroite par rapport au manteau est rejeté sur l’épaule gauche. Elle tient dans ses bras un chat noir et blanc de l’espèce la plus répandue et sourit en regardant l’objectif, la tête un peu penchée, dans une attitude de douceur séductrice. Les lèvres apparaissent très roses, sans doute rehaussées de brillant assorti à l’écharpe. La raie plus claire qui sépare les cheveux signale une repousse des racines. Le plein de l’ovale du visage, les pommettes hautes contrastent par leur jeunesse avec les poches sous les yeux et le fin réseau de rides sur le front. L’ampleur du manteau ne permet pas de déterminer la corpulence mais les mains et les poignets qui sortent  des manches pour soutenir le chat sont maigres, avec des articulations marquées. C’est une photo d’hiver, la lumière d’un soleil pâle sur la peau du visage et des mains, les touffes d’herbes sèches, les branches dénudées sur un fond vague de végétation avec une ligne lointaine d’immeubles. Au dos, Cergy, 3 février 92. La photo a été prise dans le jardin en contrebas de la maison où elle vit seule avec ce chat, de fait une chatte d’un an et demi. Il y a dix ans vivaient ici son mari, deux adolescents, sa mère de temps en temps. Elle était le centre d’un cercle qui n’aurait pu tourner sans elle, de la décision du lavage des draps  aux réservations d’hôtel pour les vacances.  Son mari est loin, remarié avec un enfant, sa mère morte, ses fils habitent ailleurs. Elle constate cette dépossession sereinement, comme une trajectoire inéluctable. Quand elle fait ses courses à Auchan, elle n’a plus besoin de prendre un caddie, un panier lui suffit. Elle ne retrouve sa fonction de nourricière que les week-ends où ses fils reviennent à la maison. En dehors de ses obligations de travail, cours et copies, son temps est consacré à la gestion de ses goûts personnels et de ses désirs, lecture, films, téléphone, correspondance et aventures amoureuses. Le souci matériel et moral, incessant, des autres qui caractérisait sa vie conjugale et familiale s’est éloigné d’elle. Un intérêt pour les causes humanitaires l’a remplacé, plus léger."
Adaptation : Sophie Lemp
Réalisation: Etienne Vallès

Avec Ludmilla Mikael, Marina Moncade, Jacques Gamblin
Et la voix de Yolande Folliot
Prise de son et Mixage: Philippe Carminatti
Assistance technique et Montage : Matthieu Leroux
Assistante à la réalisation: Louise Loubrieu

Les années de Annie Ernaux  est publié chez Gallimard et l’œuvre intégrale est disponible dans la collection Ecoutez Lire aux Editions Gallimard

Bibliographie

bibliography

Les annéesAnnie ErnauxGallimard, 2015

L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......