LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Sous les images de Jean-Christophe Bailly 4/5

25 min
À retrouver dans l'émission

Adaptation de Jean torrent Réalisation : Etienne Vallès Evoquant, dans Tuiles détachées , la personnalité de son cousin Jacques Monory, Jean-Christophe Bailly confesse que ce sont les images qui auront présidé, au premier chef, à la naissance et à l'éclosion de sa vocation d'écrivain. A la fin des années cinquante, Monory assurait la mise en page des livres des éditions Delpire et des numéros de la revue L'Oeil, qu'il apportait à chacune de ses visites à son jeune cousin. A ces publications, Bailly doit non seulement bien des découvertes, mais surtout la consistance de tout un espace de navigation , « étonnant et désordonné mélange où venaient à la fois des copeaux de réalité et des productions visionnaires, des signes alarmants et des scènes réparées, mais qui tous ensemble formaient une immense et inépuisable réserve de départs ». L'écriture de Jean-Christophe Bailly est restée au diapason de l'inconscient visuel capté par les images, par lequel remonte un écho ou une survivance de l'infini buissonnement de signes qui nous entoure. Aussi son oeuvre est-elle traversée par un souci constant de l'image, qu'il s'agisse de ses essais philosophiques ou esthétiques, mais aussi de ses poèmes, de ses journaux ou même de son théâtre. D'où l'idée de cette série d'émissions, dont les textes ont été puisés à des sources multiples : Le 20 janvier , Beau fixe , Description d'Olonne , l'Atelier infini (bien sûr), l'Instant et son ombre , l'Apostrophe muette , Le propre du langage , Une nuit à la bibliothèque (Fuochi sparsi, plus précisément), Duchamp , Basse continue (même) ou le Versant animal . A cette diversité (relative) du matériau, aux différentes tonalités d'inspiration et d'écriture répondra une nécessaire polyphonie : non pas une histoire de l'art, déroulée dans sa linéarité chronologique et magistrale (même si au final, cette traversée de la mer des images nous emmène en effet de Chauvet à Giacometti et Duchamp), mais des voix, des histoires, plurielles et singulières, une série de rapports subjectifs et tremblés à telle ou telle image choisie. Puzzle intrigant et divers, « Sous les images » se déplie en cinq chapitres ou journées : « Images de villes, images dans la ville », « De quelques images de peinture », « L'image photographique », « De quelques images de peinture encore » et « Le Visage ». Où l'auditeur pourra vérifier la puissance inégalée de la description : aussitôt des récits, des fictions s'enclenchent, des départs, par le pur jeu de forces du langage quand il vient redoubler ou reprendre l'image pour désigner le visible. Avec Sophie Lemp, Myren Pradier, Guy Chapelier, Hélène Lausseur , Audrey Santacrocce Le Choeur : Laurent Cléry, Nicolas Raccah, Ingrid Donnadieu, Magali Léon, Flora Brunier, Anne Gouttenoire, Olivier Martinaud, et Jean Benoît Souilh. Les Titres sont donnés par : Marina Moncade et Christian Bénédetti Générique : Pauline Moingeon Prise de son : Bernard Lagniel et Mathieu leroux Assistant de réalisation : Guy Peyramaure

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......