LE DIRECT
Le dessinateur Gotlib à son bureau, le 4 mai 2005 au Vésinet, près de Paris.

"J'existe, je me suis rencontré" de Gotlib

57 min
À retrouver dans l'émission

Cette lecture nous entraine à la rencontre de l'enfance et de l'adolescence de Marcel Gotlib. Toujours avec l'humour et la distance qu'on lui connait, Gotlib nous fait partager des moments pénibles et d'autres hilarants.

Le dessinateur Gotlib à son bureau, le 4 mai 2005 au Vésinet, près de Paris.
Le dessinateur Gotlib à son bureau, le 4 mai 2005 au Vésinet, près de Paris. Crédits : FRANCOIS GUILLOT - AFP

Mon père s'appelait Ervin et j'aimais bien ce prénom. Dans mon esprit, ça évoquait je ne sais quel héros de récit mythologique, chevalier de conte de fées ou paladin médiéval. Il était né dans cette région d'Europe centrale de langue hongroise appelée Transylvanie, qui faisait la navette de part et d'autre de la frontière séparant la Hongrie et la Roumanie selon les guerres, les traités et annexions diverses.

Marcel Gotlib

Cette lecture nous entraine à la rencontre de l'enfance et de l'adolescence de Marcel Gotlib où nous croiserons Ervin, le père, juif hongrois, peintre en bâtiment, engagé volontaire dans l'armée française en 39 et arrêté par la police française en septembre 42, sa mère, Régine, couturière, qui espérera très longtemps le retour de son mari. Toujours avec l'humour et la distance qu'on lui connait, Gotlib nous fera partager des moments pénibles et d'autres hilarants dans la ferme de Villeneuve la Bornière où il est caché avec sa sœur. Puis il nous livrera les moments les plus heureux de sa vie, ceux qu'il a vécus dans la colonie de vacances du Château des Groux (foyer pour adolescents à Verneuil sur seine, géré par une association juive hongroise), où il sera pensionnaire plusieurs années. C'est là qu'il vivra ses années de formation artistique, littéraire (il découvre Victor Hugo et Dumas) ou musicale (il écoute Mozart, Beethoven, Tchaïkovski et Satie ). Il y fera tardivement, à 14 ans, sa Bar Mitsvah et surtout, découvrira ses premiers émois amoureux avec la jolie Klara, agée de 12 ans (il en a 14) ! Toujours avec le même humour même pour raconter des choses essentielles… Et nous arriverons aux années 60, années où Marcel a terminé son récit.

Corinne Bacharach

Lecture par Gilles Gaston-Dreyfus Réalisation Vincent Abouchar
Conseillère littéraire  Caroline Ouazana
Remise en ondes de Clotilde Pivin

Gotlib est le créateur de nombreux personnages capables d'atteindre successivement plusieurs publics, dont celui des jeunes. Dans les années 1960, son Gai-Luron, dans Pif, donnait déjà le sens de son humour : anglo-saxon, décalé, jouant de l'absurde gentil. La rencontre de Gotlib avec Goscinny donna naissance à leurs Dingodossiers (deux albums, en 1967 et 1972), créés pour la revue Pilote. Mais c'est avec la Rubrique-à-brac que son talent donna toute sa mesure. Dans ces histoires qui, le plus souvent, ne dépassent pas deux planches et où l'on croise le professeur Burp, Newton, le commissaire Bougret et son adjoint Charolles, Gotlib invente l'humour moderne de la bande-dessinée. Par la suite, il créé Hamster Jovial, le scout vieilli, Pervers Pépère, le vieillard sadique, ou avec Lob, Alexis et Solé, Superdupont,le super-héros à la française. En 1972, Gotlib contribue avec Claire Brétécher et Mandryka à la création de L'Écho des savanes, revue phare de la nouvelle bande dessinée, avant de fonder en 1975 Fluide glacial. S'il a parfois arrêté de dessiner quelque temps, Gotlib a su en profiter pour faire quelques incursions dans le théâtre (Superdupont par Jérôme Savary) et le cinéma. Il a reçu en 1991 le Grand Prix du Salon international de la bande dessinée d'Angoulême. Il est depuis 1992 le président de cette manifestation.

L'équipe
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......