LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"RER" de Jean-Marie Besset

1h
À retrouver dans l'émission

Avec Blanche ELUEL, Alice Johan LIBEREAU, Jo Didier SANDRE, Hermann Pascal RENERIC, AJ Andréa FERREOL, Mme Argense Mélanie DOUTEY, Onyx Et les voix de Jean-Marie BESSET et Antonin LEBAS. Réalisation de Jacques Taroni Caissière dans un supermarché, Alice vit en banlieue et rêve de voyages. Elle est amoureuse de Jo, un jeune gars de Drancy. Au même moment, dans le quatrième arrondissement de Paris, A.-J. souffre de sa rupture avec Onyx, une fille libre et troublante, étudiante à Normale Sup. Il se confie à son ami Herman, avocat de renom, homosexuel désenchanté à qui il demande d'intervenir auprès d'Onyx. Lorsqu'Alice devient la victime d'une agression antisémite violente et traumatisante, la France tout entière est bouleversée. Herman se voit alors chargé d'assurer la défense d'Alice. « 28 NOVEMBRE 1987. Wappingers Falls, Etat de New York, USA. Tawana Brawley, une adolescente noire âgée de quinze ans, est retrouvée derrière une résidence d'habitation, prostrée en position foetale dans un sac en plastique, les cheveux tailladés, couverte d'excréments et de graffitis racistes au charbon et marqueur (« Négresse », « KKK »). Elle accuse six hommes blancs, dont un officier de police, de l'avoir enlevée, séquestrée pendant quatre jours, et violée. 1988. Relayée par trois avocats militants des droits civiques, dans un climat de multiplication des incidents racistes, l'affaire Brawley prend l'ampleur d'une controverse raciale nationale. L'avocat principal, Al Sharpton devient une vedette médiatique, une figure de la politique noire américaine. Il ira jusqu'à briguer l'investiture démocrate à l'élection présidentielle de 2004. 6 OCTOBRE 1988, un grand jury établit qu'il s'agit d'une affabulation. Dans ses conclusions, le procureur dénonce l'attitude des avocats comme odieuse et irresponsable, ayant accru l'atmosphère de tension entre les races à travers le pays. Malgré les ambiguïtés de Tawana Brawley, qui ne cessera d'entretenir le doute (encore dix ans plus tard et jusqu'à aujourd'hui), l'affaire se révèle une supercherie. La jeune fille aurait mis en scène son agression avec la complicité de sa mère, pour échapper à la colère de son violent beau-père. Elle n'avait pas la permission de sortir, et avait séché le lycée pour rendre visite en prison à son petit ami Todd, lequel purgeait une peine de six mois pour tentative d'homicide. 9 JUILLET 2004. Entre Louvres et Sarcelles, Val d'Oise, France. Marie-Léonie Leblanc, 23 ans, porte plainte au commissariat d'Aubervilliers contre six jeunes entre 15 et 20 ans, Noirs et Maghrébins, qui l'ont violemment agressée alors qu'elle voyageait ce matin-là avec sa fillette de treize mois dans le RER D. Dans ce train où les passagers n'ont pas réagi, les six agresseurs ont violenté la jeune fille, qu'ils croyaient juive, lui tailladant les cheveux au couteau, lacérant son pantalon et son tee-shirt, et lui dessinant au marqueur des croix gammées sur le ventre. Alors que les incidents antisémites sont en forte hausse, l'histoire de Marie-Léonie émeut la France entière et provoque des réactions politiques jusqu'au sommet de l'Etat, le président Chirac faisant part de son « effroi » quelques heures après l'annonce de l'agression. Trois jours plus tard, Marie-Léonie Leblanc revient sur ses déclarations et avoue qu'elle a menti. Elle voulait attirer l'attention sur ses problèmes personnels, et déclare l'avoir fait pour que ses parents et Christophe [son compagnon] s'occupent d'elle alors que sa vie de couple avec ce dernier, un jeune menuisier, battait de l'aile : « J'avais demandé à Christophe de prendre un jour de congé, je voulais qu'il reste avec moi et il n'a pas voulu. » Acte contre-productif, puisque Christophe rompt avec Marie-Léonie dès le déclenchement de l'affaire. Les commentateurs parlent de désastre politico-médiatique, « désastre » pour ne pas parler de « faute » ?... Christophe Deltombe, l'avocat de Marie-Léonie Leblanc, déclare : « Elle aurait pu tenter sa chance au prochain jeu de télé-réalité ; elle a choisi de s'inventer un statut de victime pour accéder à la notoriété. » Dans Le Monde, le philosophe Olivier Abel renchérit : La victimité est devenue la forme de légitimation de soi la plus aboutie. J'habitais à New York, en plein quartier bo-bo de Manhattan, l'Upper West Side, quand l'affaire Tawana Brawley a éclaté. De même que j'étais revenu vivre à Paris, dans un appartement près de l'Hôtel de Ville, l'été où l'affaire « Marie L. » a défrayé la chronique. Deux adolescentes perdues, deux mythomanes, entraient à grand fracas dans l'imaginaire collectif en dénonçant des délits fictionnels à caractère raciste ou antisémite. Ces deux banlieusardes en détresse faisaient brutalement irruption dans ma vie confortable d'écrivain du centre ville. Sans leur acte, je n'aurais sûrement jamais croisé la trajectoire de ces vies fragiles et désespérées -entre ghetto ravagé par la drogue dans le cas Tawana, existence privée d'horizon dans le cas Marie-Léonie. Les similitudes des deux affaires m'ont frappé : chaque fois un manque éperdu d'amour (« déficit affectif » dirait-on). Circonstances identiques. Mère remariée. Beau-père redouté. Petit copain au bord de la rupture. Stupéfiante symétrie des récits : six hommes blancs contre une noire, six hommes « de couleur » contre une blanche. Même solution pour s'en sortir « par le haut ». Mensonge déchaînant des forces immenses, qu'on a pu juger « disproportionnées » aux malheurs qui en étaient la cause. Mais l'étaient-elles, en fait ? Et qui peut juger du malheur ? [...] » Jean-Marie Besset. Librement adapté de R.E.R. , le film d'André Téchiné La Fille du R.E.R. (scénario d'André Téchiné, Odile Barski et Jean-Marie Besset), sort en salle en mars. Par ailleurs, la pièce dans sa version intégrale paraît également en mars à L'avant-scène.

Intervenants
L'équipe
Production
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......