LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Heiner Müller en 1995, en Allemagne

"Ajax, qu'on me donne un ennemi" de Heiner Müller

46 min
À retrouver dans l'émission

A la croisée des musicalités de trois langues qui s’entremêlent durant cette aventure, c’est en allemand, en anglais et en français que l’acteur André Wilms s’invente en imprécateur de génie en s'emparant des mots du poète allemand Heiner Müller. C'était au festival d'Avignon en 2015.

Heiner Müller en 1995, en Allemagne
Heiner Müller en 1995, en Allemagne Crédits : ullstein bild - Getty

Mathieu Bauer  s’empare de différentes œuvres du dramaturge berlinois Heiner Müller pour les porter à la scène et les inscrire dans l’écrin détonnant de son théâtre musical. Les textes choisis, Ajax par exemple et La libération de Prométhée, évoquent la dimension chaotique des sociétés européennes et de la pensée politique. Dans un incessant jeu d'aller-retour entre ce qui est dit et ce qui se joue musicalement, les interprètes se jettent à l'assaut d'une partition qui déploie toutes ses forces dans un mouvement tendu et électrique de 50 minutes.
Sylvain Cartigny, Lazare Boghossian  et Mathieu Bauer  distillent leur musique pour transporter les codes du théâtre vers les territoires de la performance et couronner André Wilms  en rock star dans le rôle « du passeur de la plus remuante des poésies ».

Traduit par Jean-Pierre Morel
Orchestré par Mathieu Bauer Réalisation : Alexandre Plank

En Allemagne, disait Heiner Muller , tout arrive toujours trop tard ou trop tôt je ne peux que citer la phrase de Marx : les Allemands ne seront libres que le jour de leur enterrement. ” Pour ce genre d'assertions drolatiques, on l'a souvent qualifié de « postmoderne » . Heiner Müller  était un “ cas ”, constatation qui devait devenir le titre d'un spectacle de grande mémoire au Festival d'Avignon en 1991, dans la traduction et la mise en scène de ses amis Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret. Son personnage était presque devenu plus célèbre que son œuvre. II l'a peaufiné, empruntant à Antonin Artaud les creux de son visage, à Bertolt Brecht un éternel cigare cubain. Il aimait les femmes, le whisky, l'écriture et la parole publique. […] Jusqu'à l'effondrement du mur, il fut considéré à son grand dam comme un “ auteur de l'Est ”, pourfendeur inlassable du stalinisme ; et puis un jour, le mur est tombé. Heiner Müller est devenu “ le littérateur maniaque du mur, obligé de fermer son tiroir-caisse ”. C'est qu'il a continué de s'opposer, et de prédire à l'“ Allemagne unifiée ” les pires tourments. Enfin, il apparaît pour ce qu'il est : un auteur. Immense. Par ses relectures fascinantes des grands anciens, grecs et latins, par ses pièces, par ses poèmes, par ses nouvelles, il s'est installé et nous avec lui dans l'après-Brecht, l'après-Beckett, l'après-Genet.

Olivier Schmitt  (Le Monde, 2 janvier 1996) – Article paru à la mort de Heiner Müller  le 30 décembre 1995

Equipe de réalisation : Yvan Charbit, Julien Bourdais, Tanguy Lecorno, et Vivien Demeyère

Coproduction France Culture / Nouveau théâtre de Montreuil – centre dramatique national

L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......