LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
'Les Châtiments' Ed. J. Hetzel and Cie., Paris 1870.

Châtiments !

1h58
À retrouver dans l'émission

Condamnant vigoureusement le coup d’état du 2 décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte, Victor Hugo écrit Napoléon le petit, Histoire d’un crime et Les Châtiments.

'Les Châtiments' Ed. J. Hetzel and Cie., Paris 1870.
'Les Châtiments' Ed. J. Hetzel and Cie., Paris 1870. Crédits : Culture Club - Getty

Choix des textes et réalisation : Michel Sidoroff Conseillère littéraire Caroline Ouazana

« Si Bonaparte un jour a pu rimer, pour le malheur de notre première république, avec le nom de Sparte, son neveu Louis-Napoléon, qui fut pourtant au pouvoir près de  vingt-deux ans, peine à susciter la rime, si ce n'est avec caméléon... Celui qui fomenta le coup d'état du 2 décembre 1851 s'était auparavant fondu dans le décor d'une deuxième république devenue de plus en plus autoritaire et puis, soutenu et protégé par sa Société du Dix décembre, avait montré le vrai visage du césarisme à la bourgeoise, tel que les démocrates le maudiront dans tous ses avatars, providentiels ou permanents...
Pour qui fut élevé dans l'admiration laïque des héros ouvriers de juin 1848, massacrés par Cavaignac, et dans celle du peuple parisien, monté à l'assaut du ciel en 1871 et fusillé par Thiers et Gallifet, le courage, la rectitude et la profonde humanité de Victor Hugo, face au coup d'état de Louis Bonaparte, ont dessiné l'horizon d'une vie.
En janvier 1853, depuis Jersey, Hugo annonce un nouvel ouvrage à son éditeur Hetzel: "Je fais en ce moment un volume de vers qui sera le pendant nécessaire et naturel de Napoléon le Petit : Les Châtiments. Ce titre est menaçant et simple, c'est à dire beau. ... Ma poésie est honnête, mais pas modérée. ... Nous serons modérés quand nous serons vainqueurs. Être violent, qu'importe ? Être vrai, tout est là."

Faire entendre les poèmes des Châtiments soulève la question de la compréhension des événements de 1848 à 1851, alors que les programmes d'histoire et de littérature n'ont cessé de s'amaigrir depuis trente ans. Il fallait éclairer ces noms, ces faits et méfaits réunis dans les variations flamboyantes que Hugo choisit pour flétrir le crime de "Badinguet".  Histoire d'un crime, déposition du témoin Victor Hugo, fournit les éléments de récit, d'explication, de chronologie et bientôt fournit sa structure en cinq actes -- le guet-apens, la lutte, le massacre, la victoire, la chute -- que vint à son tour renforcer l'écriture insurgée du pamphlet Napoléon le Petit. Le fameux texte de Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, éclaire de loin en loin le déchaînement hugolien, permettant en particulier de comprendre pourquoi, pendant ces jours tragiques, le prolétariat parisien choisit d'attendre son heure pour agir.
Au lyrisme tour à tour emporté, sarcastique ou de pure émotion des Châtiments se mêlent les récits longtemps mûris des jours et des nuits que Hugo vécut sur les barricades, du 2 au 11 décembre 1851 et où, refusant toutefois de tenir un fusil, il tente d'organiser la résistance, apprend la tactique des barricades et du harcèlement, Sa tête est alors mise à prix par Louis Napoléon. Histoire d'un crime nous conte aussi les difficultés à mobiliser des "démocrates" qui, pour beaucoup, se soumettaient au nouveau maître, allant jusqu'à supplier qu'on ne tentât point de les libérer au passage de leurs voitures cellulaires ! Ce paysage politique, où le cléricalisme tient une place de choix, et la personnalité veule, ordinaire du prince-président, bientôt empereur autoproclamé, sont violemment brossés, dans Napoléon le Petit, par un poète qui fut aussi un dessinateur et un orateur hors du commun.

Avec les Châtiments, Hugo choisit la plus grande variété de formes poétiques. Le travail de réalisation s'est attaché à faire entendre, avec la rigueur exigée par l'exercice, la profonde signification du vers hugolien, qui est contenue dans sa musicalité. 

Chaque texte des trois grand corpus fut envisagé sous l'angle d'une situation d'énonciation, loin de toute déclamation. Quant à certaines scènes d'Histoire d'un crime, elles purent donner lieu, moyennant certains aménagements, à une scénarisation, l'ensemble rejoignant alors le projet rhapsodique et multiple des Châtiments.

En pariant sur l'absence de textes de liaison, qui eussent entaché de trivialité une telle construction, il fut décidé de confier au ressort de l'analogie le pouvoir de faire résonner ces textes entre eux, de la sidération des vaincus, en 1851, à leur revanche éclatante vingt ans plus tard, dont l'écho se réveille chaque fois que la liberté se trouve menacée. »

Michel Sidoroff

Avec : 

Pierre-Marie Baudoin, Arnaud Bedouet, Pascal Bekkar, Vanda Bénès, Marc-Henri Boisse, Flora Brunier, Olivier Cruveiller, Amandine Dewasmes, Peggy Martineau, Marie Micla, Bertrand Suarez-Pazos, Philipp Weissert

Bruiteur : Bertrand Amiel Musicien : Jean-Luc Debattice Prise de son, montage, mixage : Pierric Charles, Victoria Aspert, Marie Lepeintre Assistante réalisation : Laure Chastant

Textes extraits des Châtiments, Napoléon le petit et Histoire d’un crime de Victor Hugo ainsi que du 18 Brumaire de Louis Bonaparte de Karl Marx (Traduction de  Grégoire Chamayou)

Bibliographie

Napoléon le petit

Napoléon le PetitVictor HugoEditions de l'escalier, 2013

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......