LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Wolfram Lotz
Épisode 3 :

Ridicules ténèbres de Wolfram Lotz

1h15
À retrouver dans l'émission

Inspirée d’Au cœur des ténèbres de Conrad et d’Apocalypse now de Coppola, cette pièce de guerre se déroule dans une insondable jungle où vont se rendre ridicules ceux-là même qui prétendent se rendre utiles à l’humanité.

Wolfram Lotz
Wolfram Lotz Crédits : @DR

Traduction inédite : Pascal Paul-Harang
Réalisation : Alexandre Plank

Enregistré en public à l’Odéon-Théâtre de l’Europe le 29 mai 2017, en partenariat avec l’Odéon-Théâtre de l’Europe et la Maison Antoine Vitez

« Cette « pièce de guerre » s’inspire du roman de Joseph Conrad Au cœur des ténèbres et de son avatar cinématographique, Apocalypse now de Francis Ford Coppola. À l’instar de Shakespeare qui localisait la Bohème au bord de la mer, Lotz soumet la géographie aux puissances de la poésie : l’Afghanistan, l’Afrique et l’ex-Yougoslavie ne forment plus qu’une même et unique zone de crise. Ou plutôt une même zone fantasmatique. Et c’est dans cette insondable jungle que vont se rendre ridicules ceux-là mêmes qui croient ou prétendent se rendre utiles à l’humanité : les Européens.

Les Ridicules ténèbres de Wolfram Lotz nous racontent la folie de notre univers mondialisé qui s’échine toujours à délocaliser l’horreur, à l’exporter là où plus personne ne la voit : dans les ténèbres, dans la nature sauvage, aux confins de l’Hindou-Kouch. Ce qui était le Congo chez Conrad et le Vietnam chez Coppola est chez Lotz l’Afghanistan. Et l’auteur de déployer cette zone de crise comme le grand écran sur lequel nous venons projeter notre incompréhension, nos préjugés et nos clichés.

Grotesque et subtile, ironique et pourtant d’une infinie tristesse, la pièce de Lotz se moque de notre incapacité à comprendre réellement l’étranger, l’inconnu. Elle nous montre aussi, dans un même geste, la puissance et l’impuissance du théâtre, sa grandeur et son ridicule. Le théâtre peut parler des injustices induites par la mondialisation, il peut sincèrement s’indigner d’un ordre pourri du monde, il le fait toujours dans la perspective privilégiée, culturelle, bourgeoise du théâtre européen, et ce paradoxe l’empoisse de ridicule. Non, le théâtre n’est pas la guerre, n’est pas la violence, n’est pas l’exploitation, n’est pas l’horreur : il ne peut ontologiquement pas l’être. Il ne peut pas être à la hauteur. Mais si le théâtre n’est pas la réalité, il est aussi le pouvoir de dire, de montrer ce qui distingue le réel de ses représentations, aussi scandaleuses ou critiques se voudraient-elles. »

Pascal Paul-Harang (traducteur de la pièce)

Avec

Avec

Jean-Baptiste Anoumon (Ultimo Michael Pussi – pirate somalien )
Rodolphe Congé (Olivier Pelletier– adjudant-chef de l’armée française )
Emmanuel Matte (Stéphane Dorche – caporal )
Clément Bresson (Lodetti – commandant italien en Afghanistan )
Miglen Mirtchev (Bojan Stojković – un négociant serbe )
Geoffrey Carey (Révérend Lyle Carter – un missionnaire )
Olivier Martinaud (L'auteur ( les didascalies))
Thierry Raynaud (Charles Détanger – lieutenant-colonel de l’armée française, déserteur)
Mohamed Nour Wana (Tofdaou – pirate somalien, ami d’Ultimo)

Assistant à la réalisation Vivien Demeyère
_*Equipe technique : *_Matthieu Leroy et Pierre Henry

À sa création en Allemagne, en 2014, la pièce s'est retrouvée à l’affiche de six théâtres, et pas des moindres : l’Akademietheater de Vienne, le Thalia Theater de Hambourg, le Deutsches Theater de Berlin, et puis Wiesbaden, Essen et Lucerne ! »

La traduction de Pascal Paul-Harang a été lauréate en 2015 de la bourse Théâtre-Transfert décernée par le Goethe-Institut, la fondation DVA-Stiftung, la fondation Beaumarchais et la Maison Antoine Vitez.

Wolfram Lotz est né à Hambourg en 1981. Après des études de littérature, d’art et de sciences des médias à l’Université de Constance, il étudie l’écriture littéraire au Deutsches Literaturinstitut de Leipzig. Outre ses textes de théâtre, il est l’auteur de dramatiques radiophoniques, de poèmes et de textes en prose. Il a obtenu plusieurs prix et récompenses, entre autres :

2010 Prix du public du Stückemarkt des Berliner Theatertreffen pour Der große Marsch
2011 Prix Kleist (prix d’encouragement) pour Der große Marsch
Prix littéraire d’encouragement de la ville de Constance
2011 Désigné découverte de l’année par le jury du magazine Theater Heute
2015 Invitation aux Theatertreffen de Berlin de la pièce Die lächerliche Finsternis (Ridicules ténèbres) dans la mise en scène de la création à l'Akademietheater de Vienne.
2015 Désigné par le magazine Theater Heute comme dramaturge de l'année pour sa pièce Die lächerliche Finsternis (Ridicules ténèbres).

L’Arche est agent théâtral du texte lu

Pour aller plus loin, voici le lien ici qui vous permet de découvrir les événements et spectacles proposés par l'Odéon Théâtre de l'Europe

Chroniques
22H15
43 min
Fictions / Théâtre et Cie
La commission centrale de l'enfance de David Lescot
L'équipe
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......