LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cycle Tarkovski (2/2)

2h
À retrouver dans l'émission

Une nuit de l'été suédois de Erland Josephson, reï Tarkovski, reflets Textes choisis par Michel Sidoroff Une nuit de tournage dans une île, en Suède. Des comédiens aux prises avec les méthodes déconcertantes d'un réalisateur russe. La difficulté à communiquer se trouve renforcée par la barrière linguistique. Importance du lien constitué par l'interprète, une jeune femme très proche du réalisateur et de ses choix artistiques. Le réalisateur n'est pas satisfait de la lumière ; il attend que les conditions soient réunies pour tourner. L'attente, comme souvent lors d'un tournage, et, pendant cette attente, le trio des comédiens suédois, deux hommes et une femme, qui se laissent aller à des règlements de comptes sentimentaux. L'un des deux hommes, Victor, joue le personnage d'Eichman au théâtre (comme ce fut le cas pour Erland Josephson). Cela lui confère une singularité parfois difficile à assumer dans cette équipe. Les trois personnages sont en situation de rivalité vis à vis du réalisateur. C'est cette rivalité qui est à l'origine des tensions, des polémiques, des conflits sentimentaux qui surgissent entre eux. Le réalisateur tient-il à exploiter cette situation ? Les trois comédiens, qui sont des vieux routiers de la profession, ont des réactions dubitatives, agacées parfois, face au comportement « inspiré » du réalisateur russe. Mais l'un des comédiens, identifié par le seul mot « Moi » dans la pièce, établit une relation de dialogue de plus en plus profonde avec le réalisateur, qui exige un grand dépouillement de ses interprètes, l'abandon des béquilles du « métier ». Au cours de ces scènes comme rêvées au cours de cette nuit si particulière « Moi » accède peu à peu aux préoccupations métaphysiques du réalisateur. Les obsessions visuelles du « Russe », ces reflets liquides, ces effets de miroir qui exigent des installations techniques spéciales, prennent peu à peu un sens pour le personnage du comédien. Erland Josefson a écrit cette pièce après le tournage du « Sacrifice » (1985), dernier film d'Andreï Tarkovski, où il tenait le rôle principal. Ingmar Bergman, avec qui Erland Josephson a beaucoup travaillé, avait invité Andreï Tarkovski à venir filmer dans l'île de Götland. Avec: Feodor Atkine, Georges Claisse, Marina Moncade, Nicolas Struve, Evelyne Guimmara, Sonia Masson, Jean-Christophe Dollé. A la suite de la pièce d'Erland Josephson, un parcours dans des textes d'Andreï Tarkovski dessine un portrait du réalisateur à travers ses textes de jeunesse (un récit et deux poèmes), des extraits du « Temps scellé », regroupement de notes de travail entre 1962 et 1986, et quelques extraits du Journal. D'une durée courte, l'émission propose quelques reflets de la personnalité artistique du cinéaste, ces reflets à travers lesquels Tarkovski poursuivait la trace d'une pensée. L'accent est mis sur la réflexion que le cinéaste a toujours menée sur le temps. Réalisation : Michel Sidoroff

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......