LE DIRECT
Extrait du spectacle "Deux ampoules sur cinq"

"Deux ampoules sur cinq" de Lydia Tchoukovskaïa

58 min
À retrouver dans l'émission

Novembre 1938, deux femmes se rencontrent : la poétesse Anna Akhmatova et la critique littéraire Lydia Tchoukovskaïa. Un dialogue quotidien pendant 25 ans, où circulent la poésie, les souvenirs et la surveillance en pleine purge stalinienne ... Librement inspiré de "Notes sur Anna Akhmatova".

Extrait du spectacle "Deux ampoules sur cinq"
Extrait du spectacle "Deux ampoules sur cinq"

Lydia Tchoukovskaïa, femme de lettres, arrive pour la première fois chez la grande poétesse russe Anna Akhmatova le 21 novembre 1938. Lydia décide de transcrire ces entretiens avec Anna Akhmatova et de tenir le journal de leurs rencontres quasi quotidiennes pendant vingt-cinq ans. Nous sommes en pleine purge stalinienne. Anna est alors interdite de publication, son fils est emprisonné dans les camps, le mari de Lydia a été arrêté… Continuer à se parler, c’est se sauver. Prolonger le poème, c’est tenir envers et contre tout. Aussi les deux femmes parlent, de poésie, de littérature, de fourchettes introuvables et plus tacitement de leur époque et du régime. Anna Akhmatova, risquant sa vie en gardant chez elle les poèmes qu’elle écrit, les fait apprendre par cœur à Lydia avant de les brûler.

Pour approcher l’urgence de dire qu’ont connue ces deux femmes, leur clandestinité, leur peur, leur résistance, Isabelle Lafon et Johanna Korthals Altes utilisent un dispositif remarquablement simple : assises à une table recouverte de livres, elles apparaissent au bon vouloir des spectateurs qui, équipés de lampes torches, les éclairent. La mission confiée à l’auditoire consolide son écoute, qui renforce à son tour la portée du dialogue entre les deux femmes.C’est le théâtre qui jaillit, dans ce qu’il a de plus élémentaire et irremplaçable : une parole qui prend son sens d’être éclairée et entendue par ceux venus la recueillir en silence.

Les pierres hurlent, les roseaux se mettent à parler et vous dites que les gens ne voient pas, n’entendent pas ! Ce n’est pas vrai, ils ont fait semblant. Ils avaient tout intérêt à faire semblant, devant les autres, devant eux-mêmes. Mais vous, vous aviez tout compris, déjà à l’époque.      
Anna Akhmatova

Traduction Bronislava Steinlucht et Isabelle Lafon Adaptation et mise en scène Isabelle Lafon
Réalisation Pascal Deux
Avec : Isabelle Lafon  (Anna Akhmatova), Johanna Korthals-Altes  (Lydia Tchoukovskaïa), Olivier Cruveiller  (Jdanov)
Et les voix de : Renaud Bertin, Bertrand de Roffignac, Aurélie Vérillon, Sonia Masson, Jana Bittnerova, Aliona Kourepov, Pauline Ziadé
Composition musicale et interprétation Damien Salançon

Les insoumises 

“Mais nous sommes des insoumises, n’est-ce pas ?” C’est depuis cette phrase issue des Notes sur Anna Akhmatova qu’Isabelle Lafon envisage son cycle de trois pièces. Dans un dispositif simple, original et audacieux, la metteure en scène adapte des textes littéraires de Lydia Tchoukovskaïa, Virginia Woolf et Monique Wittig. Avec Les Insoumises, elle fait résonner, par le biais de l’enfance, de la politique, de la création ou de l’intime, ces trajectoires de femmes libres et actrices de leur destin.

Conseillère littéraire Céline Geoffroy Bruitages Patrick Martinache
Equipe de réalisation : Julien Doumenc, et Frédéric Changenet,
Assistant à la réalisation : Pablo Valero

Cette Fiction été enregistrée en Binaural et en 5.1…..testez avec le casque vous entendrez la différence !!!

L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......