LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Edna O'Brien en 2016

"Girl" de Edna O'Brien

1h11
À retrouver dans l'émission

Par un extraordinaire acte d’imagination, nous voici transportés dans l’univers intérieur d’une jeune fille violée et réduite en esclavage par les djihadistes nigérians. Elle leur échappe et, avec acharnement et ténacité, entreprend de reconstruire sa vie brisée.

Edna O'Brien en 2016
Edna O'Brien en 2016 Crédits : Leonardo Cendamo - Getty

S’inspirant de l’histoire des lycéennes enlevées par Boko Haram en 2014, l’écrivaine irlandaise se glisse dans la peau d’une adolescente nigériane. Depuis l’irruption d’hommes en armes dans l’enceinte de l’école, on vit avec elle, comme en apnée, le rapt, la traversée de la jungle en camion, l’arrivée dans le camp, les mauvais traitements, et son mariage forcé à un djihadiste – avec pour corollaires le désarroi, la faim, la solitude et la terreur. Le plus difficile commence pourtant quand la protagoniste de ce monologue halluciné parvient à s’évader, avec l’enfant qu’elle a eue en captivité. Celle qui, à sa toute petite fille, fera un soir dans la forêt un aveu déchirant – « Je ne suis pas assez grande pour être ta mère » – finira bien, après des jours de marche, par retrouver les siens. Et comprendre que rien ne sera jamais plus comme avant : dans leur regard, elle est devenue une « femme du bush », coupable d’avoir souillé le sang de la communauté. Dans son obstination à s’en sortir et son inaltérable foi en la vie face à l’horreur, l’héroïne de s’inscrit dans la lignée des figures féminines nourries par l’expérience de la jeune Edna O’Brien, mise au ban de son pays pour délit de liberté alors qu’elle avait à peine trente ans.

Par un extraordinaire acte d’imagination, nous voici transportés dans l’univers intérieur d’une jeune fille violée et réduite en esclavage par les djihadistes nigérians. Elle leur échappe et, avec acharnement et ténacité, entreprend de reconstruire sa vie brisée. Girl est un livre courageux sur une âme courageuse.

J. M. Coetzee Présentation de l’éditeur
Traduction Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat
Adaptation Marion Stoufflet Réalisation Blandine Masson
Enregistré en public le 09/07/2021, au musée Calvet d’Avignon
Avec Rachel Khan et les voix de Barbara Hendricks, Irène Jacob et Louise Chevillotte
Assistante à la réalisation Claire Chaineaux
Equipe : Pierrick Charles, Bastien Varigault, Nico Depasgraf (sono)
Edna O'Brien, née en 1930 dans un petit village catholique en Irlande, est romancière, nouvelliste, dramaturge et scénariste. Ses romans et nouvelles tournent autour des sentiments des femmes, prises dans le carcan de leur éducation stricte, et de leurs relations souvent frustrées avec les hommes ; la politique, l’histoire et l’amour y occupent une place prépondérante, et tous remettent en cause l’ordre moral de l’Irlande catholique et nationaliste. Lauréate du prix PEN/Nabokov 2018 pour la portée internationale de son œuvre, elle est saluée pour « la perfection absolue de sa prose » et sa capacité à "avoir fait tomber les barrières sociales et sexuelles pour les femmes, en Irlande et au-delà".
Girl, a paru en septembre 2019, simultanément en français chez Sabine Wespieser éditeur et dans son édition originale chez Faber. Il lui a valu en France le prix Femina spécial pour l’ensemble de son œuvre et en Angleterre le David Cohen Prize.

Deuxième partie de soirée
Afin de poursuivre dans  l’esprit d’universalité et d’empathie de l’écrivaine Edna Obrien, et parce que la géographie et l’histoire ne sont jamais des limites à l’imagination , voici  dans La trilogie de la guerre, les Suppliantes , une pièce d’Eschylle, traduites du grec et mise en scène par l’écrivain et homme de théâtre Olivier Py.
Un chœur de femmes, fuyant des noces auxquelles on veut les contraindre, vient demander asile et protection en terre d’Argos ; le roi du pays, après avoir hésité entre deux droits et deux intérêts – ceux de son peuple, ceux des suppliantes –, décide de leur accorder son soutien et se prépare à une guerre dès lors inévitable. La situation, sans autre ressort dramatique que les affres des malheureuses, suffit à évoquer des questions aussi essentielles que la violence faite aux femmes, l’exil et le malheur des réfugiés, l’accueil de l’étranger et l’hospitalité comme devoir.
Blandine Masson

C’était  La trilogie de la guerre : Les suplliantes d'Eschylle
Texte français et adaptation Olivier Py
Avec Philippe Girard, Mireille Herbstmeyer, Frédéric Le Sacripan
Réalisation pour la radio : Baptiste Guiton Equipe de réalisation : Louise Loubrieu, Jean-Michel Cauquy, Bastien Varigault, Jean-Benoît Têtu
Enregistré le 14 juillet 2015 dans le jardin du Musée Calvet à Avignon.

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......