LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hamlet

1h59
À retrouver dans l'émission

D’après la mise en scène de Daniel Mesguich et la compagnie du théâtre de l’étreinte

Réalisation : Jacques Taroni

En direct et en public du studio 105 de la maison de la Radio.

William Mesguich dans "Hamlet"
William Mesguich dans "Hamlet"

En 1977, répondant à l’invitation de Georges Lavaudant et Gabriel Monnet, alors codirecteurs du Centre dramatique national des Alpes, Daniel Mesguich mettait en scène à Grenoble l’oeuvre la plus célèbre et la plus travaillée du répertoire théâtral occidental. A bien des égards, ce devait être là un évènement fondateur de son parcours.

Pour la première fois, Daniel Mesguich jouissait d’une véritable production pour mettre en scène un grand spectacle où tous les postes étaient tenus par des professionnels. Pour la première fois apparaissait dans le décor un théâtre dur sur le plateau, une scène sur

une scène.

Outre qu’il fut autant admiré que décrié, le spectacle, qui fut ensuite repris à Nanterre dans le cadre du Festival d’Automne, affermissait les premières armes forgées par les spectacles précédents, et en affûtait de nouvelles, jaillies du fonds inépuisable de l’ « écriture- Shakespeare », tant et si bien qu’on peut presque l’identifier avec toute l’aventure du Théâtre de Miroir et Métaphore.

Daniel Mesguich a souvent dit qu’Hamlet avait mis en scène la plupart de ses spectacles. Du reste, Shakespeare ne l’a plus quitté depuis, et, en 1986, au Théâtre Gérard- Philippe de Saint-Denis, il a présenté une deuxième version d’Hamlet.

En 1996, une troisième version de Hamlet voit le jour à La Métaphore de Lille.

Aujourd’hui, je remonte Hamlet. « …C’était une très excellente pièce, aux scènes bien équilibrées, fortes, simples autant que fort ouvragées. Je me souviens avoir entendu dire que chacune de ses lignes était savamment préparée… »

C’est Hamlet qui dit cela aux comédiens de la cité à propos d’une pièce jouée jadis. Cela pourrait être dit d’Hamlet. Que chacune de ses lignes soit savamment préparée, de cela on peut être certain, et chaque nouvelle lecture les fait plus savantes encore. On n’en a jamais fini avec Hamlet, c’est comme un fleuve gros de l’infinité des sens, et aujourd’hui je le remonte.

Depuis que je l’ai mis en scène la première fois, Hamlet, spectre de toutes les pièces du monde, n’a cessé de hanter tous mes travaux. Il y a plus de quarante ans, je disais : « Ce qu’il faudrait, ce serait remonter Hamlet tous les dix ans. » Non pas dans le vain espoir d’en finir un jour, mais pour se mesurer. Non à lui, mais à nous-mêmes. Un duel encore, mais celui-ci n’est pas meurtrier. C’est d’amour dont il s’agit. Oui. Je remonte Hamlet.

Daniel Mesguich

Hamlet de William Shakespeare, en direct et en public du studio 105 de la maison de la Radio
Avec :

Hamlet - William Mesguich Claudius - Daniel Mesguich Polonius - Zbigniew Horoks Gertrude - Anne de Broca Ophélia - Rebecca Stella Rosencrantz et un autre Horatio - Sophie Carrier Guildenstern, Bernardo, une autre Ophélia - Sarah Gabrielle. Francisco, le Fossoyeur et un autre Marcellus - Florent Ferrier.

Et Marie Frémont, Yan Richard, Eric Bergeonneau, Sylvain Guichard.

Bruiteur : Bertrand Amiel

Equipe technique : Bernard Lagnel, Romain Lenoir, Manon Houssin

Assistante à la réalisation : Yaël Mandelbaum

"Cette émission est podcastable pendant 1 an et réécoutable pendant 1000 jours"

L'équipe
Conseiller(e) littéraire
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......