LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Je meurs comme un pays

1h22
À retrouver dans l'émission

Chantiers d'Europe 2012 - Soirée spéciale Dimitris Dimitriadis -

Réalisation Cédric Aussir

Je meurs comme un pays "L'histoire de la littérature est jalonné, de loin en loin, par quelques oeuvres solitaires, qu'une perfection dans le désespoir ou l'horreur fait briller comme des diamants noirs. Je meurs comme un pays appartient à cette impressionnante famille. Peut-on plonger plus loin que ce livre dans les bas-fonds de l'homme ? La mort physique et spirituelle d'un pays vaincu est la figure d'une autre mort plus radicale, celle de toutes les valeurs humaines et de l'homme lui-même. On n'a même pas la consolation d'espérer un monde meilleur à venir, dans cette humainté désormais stérile où les femmes ne peuvent plus faire d'enfants. Les livres, quoi qu'en disent leurs auteurs, sont toujours plus lourds d'autobiographie qu'il n'y paraît. Il serait difficile de ne pas voir ici, dans ce cri de haine contre un pays pourri jusqu'à la moelle, écrasé par l'Eglise et l'armée, un reflet de la Grèce telle que Dimitriadis l'a connue, sous la dictature des Colonels."

Note de Michel Volkovitch, traducteur de Je meurs comme un pays .

Ce texte est le deuxième texte écrit par Dimitriadis en 1978, dix ans après sa première pièce, Le prix de la révolte au marché noir . Il est aujourd'hui considéré comme un des incontournables de la littérature grecque contemporaine.

Publié aux Solitaires Intempestifs en 2005.

Traduction de Michel Volkovitch.

Interprété par Anne Alvaro et Pierre Baux

L'équipe
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......