LE DIRECT

Kataract, Système esthétique, Déchets pour tous, Dékonspirations de Rainald Goetz

2h
À retrouver dans l'émission

Cycle Rainald Goetz En partenariat avec le théâtre de La Colline Proposé par Alain Françon et Christine Seghezzi-Katz Réalisé par Marguerite Gateau et Blandine Masson « Rainald Goetz est un médecin urgentiste allemand. Il ouvre la tranchée cancéreuse de la Germania moribonde et en jaillissent Joseph Goebbels, Wittgenstein, Heidegger, Hans-Martin Schleyer, Kurt Waldheim, Robert Wilson, Helmut Kohl... Ils dansent tous leur dernier tango sur le torse mutilé de la société de consommation. Le diagnostic du docteur Goetz est juste, la guérison dépend essentiellement de la collaboration du patient » C'est ainsi que le théâtre de La Colline présentait Rainald Goetz en 2004 dans ses programmes. Rainald Goetz est né le 24 mai 1954 à Munich, d'un père chirurgien et d'une mère photographe. Il vit actuellement à Berlin et est l'auteur d'une oeuvre considérable, peu traduite en France, qui se partage entre le théâtre, le roman et les textes théoriques.Il enregistre également certains de ses textes et les met en musique avec la complicité du Dijee Wetbam. 1er avril, de 14h à 16h - « Katarakt » (Texte français d'Olivier Cadiot, traduit de l'allemand avec la collaboration de Christine Seghezzi-Katz et Laure Hémain, interprété par Jean-Paul Roussillon, enregistré d'après la mise en scène d'Alain Françon au théâtre de La Colline, en 2004) suivi de : - « Système esthétique », fragments inédits lus par Jean-Paul Roussillon et Rainald Goetz. Musique de Rainald Goetz et Dijee Westbam - « Déchets pour tous », roman d'une année, fragments lus par André Wilms - « Dekonspiratione », fragments inédits lus par Carlo Brandt Réalisation : Blandine Masson 3 avril, de 21h à 22h - « Kolik », texte français d'Olivier Cadiot, traduit de l'allemand avec la collaboration de Christine Seghezzi-Katz, interprété par Evelyne Didi. Lecture dirigée par Alain Françon, Réalisation : Blandine Masson 8 avril, de 14h à 16h - « Jeff Koons » (texte français de Mathieu Bertholet, L'Arche) Enregistré en public au théâtre de La Colline le 26 mars 2007 Lecture dirigée par Hubert Colas Réalisation : Marguerite Gateau. Katarakt Texte français d'Olivier Cadiot, traduit de l'allemand avec la collaboration de Christine Seghezzi-Katz et Laure Hémain Rainald Goetz décrit la première pièce de sa trilogie Festung, (Kritik in Festung), comme « une pièce familiale et abstraite ». Empruntant la convention de la structure familiale, elle ne contient plus aucune intrigue. La pièce parle d'une rupture de la communication et de l'impossibilité pour une histoire d'advenir. La seconde pièce, Festung, est sous-titrée : « Pièce sur la conférence de Wannsee ». Elle interroge le discours contemporain sur la décision prise par les Allemands d'exterminer les juifs lors de la conférence de Wannsee en 1942.Discours critiques et contre-critiques sont renvoyés dos à dos. La pièce met en morceaux toutes les opinions, démontre la relativité de tous les énoncés. Les médias, colonisateurs de l'espace de la parole, dominent l'étendue du langage et en mutilent le corps. La dernière pièce Katarakt est un monologue. Un homme âgé, Alter, entre dans un processus d'auto-observation minutieuse et clinique. Dans le silence, il se concentre sur lui-même, dans une écoute totale des phénomènes qu'il perçoit à l'intérieur de lui. L'histoire est évacuée. Il ne reste plus qu'un seul individu sur le plateau du théâtre comme sur la scène du monde. Système esthétique Texte français de Christine Seghezzi-Katz Système esthétique est le dernier texte du recueil Kronos (publié en 1999), dans lequel Rainald Goetz relate, année après année, des histoires vécues par lui, et ce depuis 1982. Système esthétique concerne l'année 1992. Des références à l'actualité d'alors (la première guerre du Golfe, la fin de l'Union soviétique...) mais aussi à sa vie personnelle (la vie nocturne, le travail sur Festung...) y sont consignées, démontrant de façon exemplaire ce qu'entend Goetz par théorie pratique : son système esthétique n'est pas une construction purement théorique, au contraire il s'arrime à une réalité vécue et nécessairement mouvante Déchets pour tous, Roman d'une année Texte français de Mathieu Bertholet (publié dans LEXI/textes 7, L'Arche, 2003) Extrait choisi par Christine Seghezzi-Katz « Je n'ai jamais voulu abandonner la relation entre l'écriture littéraire et ses racines, avec la vie quotidienne et toujours, d'une certaine façon, partir de là, de l'écriture de lettres, de journaux intimes, de tableaux et de listes, de tickets de courses et de petites notes comme : j'reviens tout de suite. La vie comme spécialité professionnelle contient naturellement en elle toutes les autres formes et figures littéraires. Du point de vue formel, il s'agit peut-être même de l'écriture la plus expérimentale et la plus risquée, tout simplement parce qu'il n'y a aucune règle rationnelle qui permettrait de répondre à la question toujours nouvelle et difficile : comment peut-on représenter le vraiment vécu ? » Ce texte est en fait celui du journal que Rainald Goetz a tenu sur internet pendant une année et dans lequel il parle, de manière théorique, de l'écriture. Dekonspiratione Texte français de Christine Seghezzi-Katz Extrait choisi par Christine Seghezzi-Katz Cette nouvelle que Rainald Goetz publie en 2000 et qui, avec Rave, Jeff Koons, Célébration et Déchets pour tous, roman d'une année, compose l'ensemble intitulé Ce matin. C'est un livre du jour, le contre-livre de Rave qui lui évoque la vie nocturne, la drogue, la fête et la déchéance, c'est un livre sur l'écriture, sur l'activité d'écrire, qui trouve son prolongement dans Déchets pour tous.

Intervenants
L'équipe
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......