LE DIRECT
La Tour (Scénario : Benoît Peeters - Dessin : François Schuiten)

"La Tour" de Benoît Peeters et François Schuiten

1h09
À retrouver dans l'émission

Concert Fiction |Giovanni Battista est l’un des innombrables gardiens d’une tour immense, sans limites connues, dont les autorités semblent avoir oublié jusqu’à l’existence. Las d’attendre la visite de l’Inspecteur, Giovanni décide de partir à sa recherche.

La Tour (Scénario : Benoît Peeters - Dessin : François Schuiten)
La Tour (Scénario : Benoît Peeters - Dessin : François Schuiten) Crédits : @Casterman
  • Concert Fiction – France Culture avec l’Orchestre National de France

La Tour d'après la bande dessinée de Schuiten et Peeters, dans la série des Cités obscures,  parue aux éditions Casterman (1987)
La célèbre bande dessinée de la série des Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters (Casterman, 1987) prend une nouvelle dimension dans cette réinvention radiophonique. La partition de Bruno Letort joue avec le vertige auditif, en expérimentant les plans sonores et les polyrythmies de l’orchestre.

  • Enregistré en public le 23 décembre 2017 au studio 104 de la Maison de la Radi

Adaptation - Benoît Peeters
Musique  - Bruno Letort
Réalisation  - Laure Egoroff Dramatugie : Pauline Thimonnier
Conseillère littéraire : Caroline Ouazana

Orchestre national de France
Jesko Sirvend : direction

  • Vous pouvez écouter ici, la Fiction "La tour" à écouter au casque, pour entendre toutes les dimensions du son immersif.

Giovanni Battista est l’un des innombrables gardiens d’une tour immense, sans limites connues, dont les autorités semblent avoir oublié jusqu’à l’existence. Las d’attendre la visite de l’Inspecteur, Giovanni décide de partir à sa recherche. Au cours d’une quête difficile, il va rencontrer Elias Aureolus Palingenius, qui veille sur d’étranges tableaux, et tomber amoureux de la jeune Milena. Reprenant son ascension, il se trouve entraîné de surprise en surprise…

Née en 1982 de la collaboration de François Schuiten et de Benoît Peeters, Les Cités obscures est une série mythique de la bande dessinée contemporaine. Nourrie de références à notre monde, notamment sur le plan architectural, les villes qu’elle met en scène s'inscrivent dans un univers parallèle. Les treize albums, tous publiés en français chez Casterman, et traduits dans la plupart des langues européennes, ont obtenu de nombreux Prix.

Le Livre 1 d’une intégrale en quatre volumes a paru le 6 décembre 2017. Les suivants s’échelonneront au rythme d’un par semestre jusqu’au printemps 2019. Chaque livre propose des planches restaurées et un contenu augmenté par rapport aux éditions originales de chaque récit. 

La Tour est le décor de l’histoire mais elle en est aussi le personnage principal et le grand mystère. A quoi ressemble-t-elle? Aucun de ses habitants ne peut le dire avec certitude… A cette question soulevée par le récit, chaque auditeur est invité à apporter une réponse : seuls les sons serviront d’indices, et l’imagination de chacun composera son propre tableau. Les ambiances et les bruitages en son spatialisé doivent permettre d’immerger l’auditeur dans les méandres de la tour, dans son ventre de pierre, et de faire ainsi l’expérience sensible du voyage de Giovanni. La musique fait signe vers une temporalité et une géographie inconnues ; celles des légendes ? Elle nous parvient comme la mélodie d’un monde disparu, ou sur le point de disparaître, l’écho d’une ancienne épopée. Les personnages de cette histoire, habitants d’un univers clos, sont les héritiers d’une utopie dont seuls de vieux livres et tableaux ont conservé la trace. Mais la clef de ce vaste système s’est perdue, chacun vit dans son périmètre sans savoir ce qu’il se passe en dehors. Or la tour vacille. Y a-t-il encore quelqu’un aux commandes ? Certains continuent vaille que vaille à remplir leur rôle en bons petits soldats, rouages loyaux ou aveugles de la grande machine, d’autres ont perdu la raison, d’autres encore cherchent des réponses dans les documents anciens, mais un seul est assez curieux ou assez fou pour vouloir vérifier de ses propres yeux. Il s’appelle Giovanni Battista, comme Piranèse, l’auteur des Prisons imaginaires. Où mènent les passerelles et les escaliers de la Tour ? La Tour, image de la démesure, la Tour dont l’édification devait unir les hommes et qui semble finalement les avoir isolés… Notre monde contemporain comporte sans nul doute son lot d’analogies avec cette entreprise. Laure Egoroff

Avec

Arnaud Churin (Giovanni Battista )
Véronique Lechat (Milena)
Claude Aufaure (Elias)
Jean-Paul Dubois (Horatio)
Philippe Loffredo (Claudius)

Guitare électrique - David Torn
Ondes Martenot - Nadia Ratsimandresy

Et les voix de Jean-Philippe Mas (un officier), Alexis Rangheard (un premier soldat), Jean-Yves Lissonnet (un second soldat), Stéphane Otéro, Emmanuel Bloch, Laurent Prache, Frédéric Munoz, Pierre Mignard, Stéphane Szestak, Olivier Rui­davet, Othello Vilgard, Loïc Hourcastagnou, Nicolas Fantoli, Aurélien Labruyère

Assistant à la réalisation Félix Levacher Bruitage pré-production Sophie Bissantz & Elodie Fiat Bruitage production Sophie Bissantz & Céline Bernard Régie
Chef opérateur Bruno Mourlan
Opérateur Frédéric Changenet
Musicien metteur en onde Alice Legros

Sonorisation
Guillaume Ledu, Philippe Thibaud et Adrien Roch
Musicien metteur en onde Paul Malinowski
Opérateurs plateau Emilie Couët & Jean-Benoît Têtu

Régie orchestre
Chef opérateur orchestre Jean-Louis Deloncle
Régisseur Vincent Combette
Lumière Steven Chardonnet & Thomas Lenoir.

Chroniques

22H09
47 min

Fictions / Théâtre et Cie

Les disques de la mort de Christophe Fiat
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......