LE DIRECT
Marguerite Duras en 1974

"Les yeux verts" de Marguerite Duras

1h30
À retrouver dans l'émission

Ce qui me passionne c'est ce que les gens pourraient dire s'ils avaient les moyens de le dire. Et non pas ce qu'ils disent quand ils en ont tous les moyens. Le réalisme ne m'intéresse en rien. Il a été cerné de tous les côtés. C'est terminé. Marguerite Duras

Marguerite Duras en 1974
Marguerite Duras en 1974 Crédits : Jacques Haillot - Getty

En 1980, Serge Daney propose à Marguerite Duras de concevoir un numéro spécial pour Les Cahiers du cinéma. C’est une période spéciale dans la vie de l’auteure, elle n’écrit plus, ou peu, du réalisme subjectif. Elle préfère se consacrer au cinéma. Mais le manque de l’écriture se fait sentir et lui fait éprouver un désarroi sensible à la lecture de ce numéro qu’elle intitule Les Yeux verts. Désarroi devant l’état du monde qui l’amène à des pages sur la solitude, sur l’homme fait avec de la peur, ou sur la perte politique. Seule, dans sa maison de Neauphle le Château, Duras s’acharne. Le numéro entier évoque sa renaissance à l’écriture et laisse apparaître la figure d’Aurélia Steiner, la petite fille juive née à Auschwitz. Une figure essentielle de l’œuvre, qui dans les années 80 va engendrer d’autres récits et d’autres personnages.  Nous nous proposons de suivre le double fil de Marguerite Duras, son regard extérieur sur le monde et sa fiction intérieure. Le parcours sera jalonné de passages d’autres fictions contenant le motif d’Aurélia Steiner et l’obsession de l’écrivain pour l’histoire du peuple juif : Lol V. Stein, sa sœur, son ancêtre, la reine de Samarie de Roma, autrement dit Bérénice, la jeune fille de L’été 80, la monitrice qui raconte aux enfants l’histoire de David et du requin qui l’emmène sur une île… !

Cécile Backès

Réalisation : Christine Bernard Sugy
Choix des Textes Cécile Backès Les extraits sont tirés du coffret INA/Radio France Le ravissement de la parole conçu par Jean-Marc Turine Avec Cécile Backès, Michael Lonsdale, Axel Chapeau Bogousslavsky

Equipe de réalisation Olivier Dupré, Catherine Déréthé, Guy Peyramaure

Enregistrée le 09 juillet 2005 à Nîmes, dans la Cour de l'Hôtel Meynier de Salinelle, dans le cadre du festival de Nîmes Culture.

Suivie de

Les évidences nocturnes de Marguerite Duras

En 1960, Marguerite Duras publie chez Gallimard le texte du scénario et dialogue qu'elle a écrit pour le film d'Alain Resnais, Hiroshima mon amour, suivi d'une trentaine de pages intitulées « Appendices ». Ces Appendices sont constitués de quatre parties : Les Evidences nocturnes (Notes sur Nevers) ; Nevers (Pour mémoire) ; Portrait du Japonais ; Portrait de la Française.
Lues Valérie Lang
Réalisation Jacques Taroni
Equipe de réalisation : Valérie Lavallart, Lise-Marie Barré

Écouter
26 min
Les évidences nocturnes de Marguerite Duras
L'équipe
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......