LE DIRECT
Bernard-Marie Koltès, Octobre 1985

Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès

1h55
À retrouver dans l'émission

Né en avril 1948, et mort à Paris le 15 avril 1989, Bernard-Marie Koltès, auteur dramatique français aurait eu ce mois ci 70 ans.

Bernard-Marie Koltès, Octobre 1985
Bernard-Marie Koltès, Octobre 1985 Crédits : Ulf Andersen / Aurimages - AFP

Bernard Marie Koltes aurait eu 70 ans le 9 avril 2018.  Mais il est mort le 15 avril 1989  à l’âge de  41 ans.  Il  restera pour toujours ce très beau jeune homme aux cheveux bouclés, auteur d’une œuvre théâtrale mais aussi romanesque.  Le public l’a découvert  aux  Amandiers de Nanterre,  grâce à  la  mise en scène de Patrice  Chéreau.  Ce fut   Combat de nègre  et de chien en 1983. Suivront plusieurs autres mises en scène de Patrice Chereau ,  comme La solitude dans les  Champs de coton, ou  Quai ouest, Retour au  désert ..

Mais l’histoire de Koltès avec le théâtre commence à Strasbourg   en 1970 . C’est la  rencontre  avec Hubert  Gignoux , un des pères fondateurs de la décentralisation théâtrale  en   France, qui dirigeait alors le Théâtre national de Strasbourg. C’est Hubert Gignoux qui incita Koltès à se consacrer entièrement à l’écriture. Puis en 1972, la rencontre Lucien  Attoun qui avait  créé à France Culture Le Nouveau Répertoire dramatique et fait enregistrer sa  première pièce , l’héritage, interprétée par Hubert   Gignoux et Maria Casares. 

Suivront d’autres pièces , d’autres enregistrements, d’autres mises  en   scène, en particulier celles d’Yves  Ferry, compagnon de longue date de Bernard   Marie  Koltes.
Sa dernière pièce,  Roberto Zucco, il la termina très peu de temps avant sa mort et il  l’envoya au metteur  en   scène allemand Peter  Stein, qui la monta à la  Schaubuhne.
En  France la pièce fut créée par Bruno  Boeglin.

Bernard Marie Koltes ne connut  aucun purgatoire avec le public. Ses pièces n’ont  jamais cessé d’être  jouées, traduites  dans le monde entier, il est étudié dans les lycées, dans les universités. C’est un des dramaturges français les plus joués avec Jean Luc Lagarce. Zucco,  cet être de passage, personnage blessé et blessant,  toujours en fuite vers la mort, était interprété par  Eric  Elsmosnino. Il était   accompagné de nombreux  acteurs, dont notamment Roland  Bertin, André Wilms, la jeune Sara  forestier, Nicole Garcia  …

Blandine Masson

Et ces quelques lignes écrites par François  Koltès dans la Revue Europe, sur son frère Bernard Marie :

« Que vous ayez épousé sa destinée,  que vous ayez eu foi en sa détermination, que vous l’ayez accompagné, suivi ou rencontré furtivement, il  vous  a regardé comme un être vivant et libre, il vous a regardé comme vous êtes, uniquement, sans jugement, sans jamais de mépris ; il a  sans doute pris une part de vous même mais vous l’a  rendue largement. Malgré parfois tant de défauts et  de  faiblesses irritants, un être comme celui-là, rempli du désir de la connaissance des autres, a fouetté l’air que vous respirez, vous a redonné un élan, vous  a légué de sa force ou vous a révélé  vous même. 

J’ai eu la chance de pouvoir interroger beaucoup de ceux qui l’ont  croisé : pas un seul n’a voulu ou n’a pu cacher la profonde  empreinte, l’intense séquelle de cette rencontre.  La force de cet  écrivain est de  s’engouffrer dans l’humanité, de la prendre à bras le corps, de  la chérir comme un frère au point   d’en mourir, et de  la restituer par l’écriture exactement  telle  qu’il l’a  appréhendée et vécue. 

Si ce  qui compte avant tout est l’œuvre  qu’il   a laissée, je ne peux m’empêcher aujourd’hui de ne voir  qu’un seul être en ce jeune homme, mon frère,  mon camarade, et  le poète qui n’a jamais appartenu à personne et  qui est à présent universel. »

Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès

Publié aux Editions de Minuit

Lecture-spectacle dirigée et mise en ondes par Georges Lavaudant, avec la complicité de Blandine Masson pour la réalisation radiophonique

Enregistrée en public dans la grande salle du Théâtre de la Ville le vendredi 30 octobre 2009.

Co-production France culture et Théâtre de la ville

Avec notamment : 

Eric Elmosnino (Roberto Zucco), Marilu Marini, Sarah Forestier, Astrid Bas, Pascal Reneric,  Alain Rmoux,  André Marcon, Irina Dalle, Babacar M’Baye Fall,André Wilms, Frederic Borie, .Manuel Lelièvre, …!

Roberto Zucco, pièce en 15 tableaux de Bernard-Marie Koltès, fut achevée en 1989, peu avant la mort de l’écrivain. Ecrite à partir d’un fait divers contemporain, elle a été fréquemment mise en scène, par Peter Stein pour la première fois, en 1990, puis, par Bruno Boëglin, Denis Marleau, LluisPpasqual, Jean-Louis Martinelli.

Roberto Zucco, assassin de son père, s'échappe de la prison, retourne chez sa mère et la tue. Il dépucelle la « gamine » qui l'héberge un soir sous la table de la cuisine ; elle tombe amoureuse de cet aventurier qui la sort de son univers familial sordide. À la recherche de son amant en cavale, la gamine quitte la maison malgré sa sœur qui veut la protéger, et fréquente les quartiers louches du Petit Chicago. Sans le vouloir, elle finit par dénoncer Zucco à la police. Ayant tué un enfant dans un parc public, devant la foule ébahie, Zucco s'enfuit avec la mère. Il finit par être arrêté. Il met fin à ses jours en se jetant du haut du toit de la prison. 

Bibliographie

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......