LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Si bleue, si bleue, la mer

2h
À retrouver dans l'émission

Traduit de l’allemand par Nils Haarmann et Olivier Martinaud.

Réalisation d’Alexandre Plank

Enregistré en public au Festival La mousson d’été 2012

Si bleue, si bleue, la mer Darko, adolescent plongé dans un désespoir alcoolique, raconte sa cité où même les étoiles ne brillent pas, et où il ne semble y avoir d’avenir possible. Sa rencontre avec une jeune fille va ranimer en lui une tentation de vivre – de partir. L’espoir est-il encore permis ? L’écriture alterne récits et dialogues à travers une forme singulière, entre langue prosaïque et échappées poétiques.

« Je ne suis pas vraiment au top dans ma tête. Je bois. Je me fous la tête à l’envers. Je bois tellement que mon cerveau en est retourné. Je bois jusqu’à manquer d’air et bégayer. Je bois tellement que les jours se brouillent. Un gigantesque océan gris foncé d’espace et de temps. Et moi en plein milieu, en train de nager. Boire boire boire.

Je bois de la vodka et je bois du rhum. Je bois de la gnôle. Le matin je bois des mélanges et de la bière. Je bois avec les amis, je bois seul. Je bois en famille.

J’ai fait du karaté, j’ai écouté de la musique, j’ai eu des frères et soeurs. Mais là je bois. »

Né en 1981 à Föhr, île allemande de la Mer du Nord, Nis-Momme Stockmann étudie la langue et la civilisation tibétaine à l’Université de Hambourg, puis la culture des médias au Danemark, à Odense. Il suit ensuite une formation de cuisinier puis intègre le cours d’écriture dramatique de l’Université des arts de Berlin (UDK). L’Homme qui mangea le monde, sa première pièce, a remporté le premier prix du jury et le prix du public du Festival de nouvelles pièces «Heidelberger Stückemarkt» à sa création en 2009 et a connu déjà plus de dix productions différentes en Allemagne, au Deutches Theater de Berlin notamment ou dans les théâtres de Stuttgart, Munich, Hannovre ou encore Karlsruhe. Nis-Momme Stockmann est auteur associé au Schauspiel de Franckfort depuis la saison 2009/2010. Il est nominé « Auteur de l’année » en 2010 par la revue Theater Heute. Il reçoit en 2011 le prix Friedrich Hebbel. L'Arche est agent de ses pièces en France qui sont traduites par Nils Haarmann et Olivier Martinaud.

Texte lauréat de la bourse Theater-Transfer (TT) Transfert Théâtral. Avec l’aide à la création du Centre national du théâtre. L’Arche est agent théâtral du texte représenté.

Avec

Quentin Baillot, Thomas Blanchard, Géraldine Martineau, Julie Pilod, Jean-Paul Wenzel

Et les musiciens

Mickaël Schaller, Laurent Petitgand et Philippe Thibault

Equipe technique Axel Brisard, Philippe Bredin, Patrick Schaffler, Jean-Marie Leblond

Assistante à la réalisation Marie Plaçais

Suivi de

Hamlet est mort-gravité zéro De Ewald Pralmetshafer

Écouter
54 min
Hamlet est mort-gravité zéro

Traduction de Laurent Muhleisen

Editions de l’Arche

Réalisation : Alexandre Plank

Rediffusion du 17/10/2010

Dani et Mani sont revenus à la maison des parents pour l’anniversaire de leur grand-mère. Et pour l’enterrement de leur ami Hannes, où ils tombent sur Bine et Oli, de vieux amis à présent mariés. Ils semblent avoir fait leur trou, alors que dans la famille de Dani et Mani, rien ne va plus : les enfants n’ont plus de perspective, et la maison avec cette grand-mère antédiluvienne, s’est muée en caveau. Ils rêvent d’un acte qui leur permettrait un nouveau départ.

Hamlet est mort. Gravité zéro traite de la crispation humaine dans l’involontaire, de l’immobilisation dans l’absence de perspective. Le ciel est vide. La loi naturelle n’est tout au plus qu’une plaisanterie lyrique. Et aucune politique ne va au-delà de notre propre situation. Arrivés dans un règne total de l’économie, les axes tournent rapidement, le monde est une centrifugeuse, être ou ne pas être perd de son importance lorsque le non-être est déjà décidé. Avec un comique percutant, Ewald Palmetshofer force le langage et le rythme à prendre un caractère menaçant qui, au bout du compte, ne laisse plus qu’une seule question sans réponse : se résigner ou agir ?

Ewald Palmetshofer est né en 1978 dans le Mühlviertel, en Haute-Autriche. Après avoir interrompu des études de sciences théâtrales et de germanistique, il se lance dans des études de théologie, qu’il poursuit encore aujourd’hui, et des études de professorat en philosophie, psychologie et pédagogie. Parallèlement à ses études et à son écriture, il travaille dans le secteur social. Auteur en résidence au Schauspielhaus de Vienne pendant la saison 2007-2008, il est élu meilleur jeune auteur de théâtre allemand par la revue Theater Heute en 2008. Repéré en Allemagne, il n’a jamais encore été monté en France ses pièces sont en cours de traduction.

Laurent Muhleisen est né en 1964 à Strasbourg. Après des études d’allemand et une brève période d’enseignement, il se consacre entièrement à la traduction à partir de 1991, et se spécialise dans le théâtre allemand contemporain. Outre Ewald Palmetshofer, il a traduit Dea Loher, Marius von Mayenburg, Roland Schimmelpfennig, Rainald Goetz, Rainer Werner Fassbinder, mais aussi Bertold Brecht, Hugo von Hofmannstahl, Hans Mayer, Wim Wenders… Depuis 1999, il dirige la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale à Montpellier. Il est l’un des animateurs du réseau T.E.R (Traduire, Editer, Représenter), dont l’objectif est de favoriser la circulation des œuvres dramatiques contemporaines en Europe. Depuis octobre 2006, il est conseiller littéraire et théâtral à la Comédie-Française.

Avec Anne Benoît, Charlie Nelson, Laure Gunther, Sébastien Pouderoux, Alice Le Strat, Jean-Charles Clichet

Prise de son, montage, mixage Philippe Bredin, Bruno Moulan

Assistante Anne-Laure Chanel

L'équipe
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......