LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Abd al Malik en Novembre 2016 à Paris

"Une journée avec Abd Al Malik"

59 min
À retrouver dans l'émission

"Abd Al Malik nous invite à questionner « l’identité nègre ». A travers trois auteurs, Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor et Edouard Glissant. A travers leurs engagements poétiques et politiques… ! "

Abd al Malik en Novembre 2016 à Paris
Abd al Malik en Novembre 2016 à Paris Crédits : Joël Saget - AFP

Le concept de Négritude et la notion de créolisation sont deux versants d’une pensée de l’identité et de la poétique qu’elle déploie.
La négritude est un terme inventé par Aimé Césaire dans les années 1930 pour revendiquer l’existence d’une identité « nègre » et critiquer les lois du capitalisme colonial. La négritude devient l’expression d’un mouvement littéraire regroupant des auteurs francophones noirs (Senghor, Damas, Diop…).
La  créolisation est une notion inventée par Edouard Glissant, afin d’interroger la circulation dans le monde des cultures et des langues, et de révéler la force de création qui naît de ces rencontres fortuites.
Choix des textes : Abd Al Malik
Montages et dramaturgie : Pauline Thimonnier
Réalisation : Christophe Hocké
Avec les comédiens Abd Al Malik, Suliane Brahim de la Comédie Française, et Adama Diop, Ruth Olaizola
Abd Al Malik, rappeur, écrivain, cinéaste et metteur en scène, rappe et slamme ses propres textes accompagné du bassiste Izo Diop

Lectures de textes de Aimé Césaire, Edouard Glissant et Léopold Sédar Senghor

Extraits de :
Aimé Césaire : Discours sur le colonialisme suivi du Discours sur la négritude, et Cahier d’un retour au pays natal, éditions Présence africaine; Cadastres, éditions du Seuil.
Léopold Sédar Senghor : Œuvre poétique, éditions du Seuil.
Edouard Glissant : Introduction à une poétique du divers; L’Imaginaire des langues ; Traité du Tout-monde et Poèmes complets, aux éditions Gallimard.

Abd Al Malik

« Je suis noir, je suis musulman, mes parents sont originaires du Congo Brazzaville, je suis né à Paris, j’ai grandi à Strasbourg, je me sens profondément français et européen, mes racines sont africaines. À partir de là, ce qui m’intéresse in fine est de faire peuple. Le parcours d’Abd Al Malik semble tout entier une métaphore de ce que ce dernier mot signifie: scolarité dans un collège privé catholique en même temps qu’il fraye avec les tentations délinquantes d’une banlieue ordinairement sinistrée ; détour par le fondamentalisme musulman en même temps qu’il aborde le rap; une quête spirituelle qui le mène au soufisme en même temps que sa plume se pacifie…        
Son parcours est sidérant d’audace et de pertinence à partir de l’album Le Face-à-face des coeurs en 2004. Son rap clame ouvertement un besoin de paix, de république, de conscience. D’album en album (Gibraltar, Dante, Château Rouge, Scarifications), on le voit collaborer avec Gérard Jouannest – le pianiste et compositeur de Brel et Gréco –, citer Aimé Césaire, rapper en alsacien, reprendre Nougaro… En 2005, son livre Qu’Allah bénisse la France est une autobiographie militant pour la tolérance et l’intégration, qu’il va transcrire en fiction pour sa première réalisation au cinéma, en 2014. Abd Al Malik ose une hybridation inédite avec Camus, L’Art et la Révolte, spectacle mêlant méditation littéraire, hip-hop, récit autobiographique et réflexion politique.

La promotion l’amène à croiser Emmanuel Demarcy-Mota, directeur du Théâtre de la Ville, qui crée alors sa mise en scène de L’État de siège. « _Coup de foudre fraternel autour d’Albert Camu_s. » La discussion se prolonge, une nuit, à la sortie d’un spectacle au Théâtre des Abbesses. « Nous nous interrogeons sur la place de l’art et du théâtre en termes d’implication concrète dans la crise du rapport à l’autre qui secoue le monde migrants, populismes… On se quitte à 3 ou 4 heures du matin en décidant que l’on va travailler ensemble autour des cinquante ans du Théâtre de la Ville. » Il y voit encore un symbole, cinquante ans après des concerts historiques de son amie Juliette Gréco, à l’ouverture du Théâtre de la Ville: « Cela fait véritablement sens, puisque mon mantra est de préserver le patrimoine et de cultiver la modernité. » Tout ensemble, l’exigence d’une radicalité partagée, l’attentive écoute du monde, la quête du singulier universel…. 

Equipe de réalisation : Hervé Dubreuil , Julien Calvas , Victoria Aspert , Jean-François George
Assistante à la réalisation : Sophie Pierre

Enregistré en public le 23 février 2019 au Théâtre de la Ville – Espace Cardin
Une coproduction France Culture / Théâtre de la Ville

A suivre "Proses", où deux rappeurs  S.Pri Noir et Georgio réunis par le pianiste, compositeur et producteur Issam Krimi proposent de mêler rap et littérature.

Chroniques
22H00
57 min
Fictions / Théâtre et Cie
Proses

Bibliographie

Le jeune noir à l'épée

Le jeune noir à l'épée Abd Al MalikPrésence Africaine, le musée d'Orsay et Flammarion, 2019

L'équipe
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......