LE DIRECT

L’Arménie au présent, la foi des montagnes

24 min
À retrouver dans l'émission

Page réalisée avec le concours de Sémiramis Ide

L'ARMÉNIE AU PRÉSENT, LA FOI DES MONTAGNES

Gravée au coeur du Caucase, entre "pierres" et ciel, l'Arménie fait figure aujourd'hui de forteresse du christianisme ancien : une terre de roches, de montagnes et de volcans éteints, couverte d'édifices religieux (églises, chapelles, monastères, etc). Ces vestiges et son environnement rappellent aux touristes une facette de l'histoire du pays : celle de son attachement à la foi, à l'Église, à la nation. Après un séjour en Arménie, Anahide Ter Minassian nous dresse le portrait spirituel de l'Arménie et de ses nouvelles difficultés.

Française d'origine arménienne, Anahide Ter Minassian est une historienne spécialiste de l'histoire des Arméniens et de l'histoire contemporaine de l'Arménie. Agrégée, elle a été maître de conférence à l'université Paris I puis professeur à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales où elle a mené pendant vingt ans un séminaire sur l'histoire politique, sociale et culturelle des Arméniens au XIXe et XXe siècles.

"Cet été, l'Arménie, a attiré de nombreux touristes étrangers français, italiens, espagnols etc., souvent des jeunes, venus à la découverte d'un pays chrétien. Les 29 700 km2 de l'Arménie, un pays de montagnes, de volcans éteints et "de pierres" (le karastan des Arméniens) sont couverts de centaines d'édifices religieux (églises, chapelles, monastères) en ruines ou plus ou moins restaurés, de khatchkars (croix-pierres) attestant la dévotion particulière du peuple arménien à l'égard de la Croix. L'Église apostolique arménienne (les apôtres Thadée et Barthélémy) est l'une des plus vieilles églises chrétiennes d'Orient. Église pré-chalcédonienne, devenue nationale et autocéphale (depuis les VI-VIIe siècles) sous le patronage du confesseur de la foi, Grégoire l'Illuminateur qui obtient du roi Tiridate III la conversion de l'État, en 301, une date controversée. L'invention de l'alphabet arménien au début du Ve siècle pour la traduction de la Bible a cimenté la nation. Malgré les épreuves subies par l'Arménie et le peuple arménien la pérennité de l'institution religieuse a été maintenue grâce à des compromis imposés par les circonstances politiques. Le catholicos d'Etchmiadzine, à vingt km d'Erevan, dit "catholicos de tous les Arméniens" est le garant de la continuité religieuse et nationale. Malgré 70 ans de régime soviétique et un athéisme militant, la population de l'Arménie est chrétienne à 95%, avec 45 000 yézidis, quelques juifs et Russes orthodoxes, l'identité religieuse se confond avec l'identité nationale. Avant même la proclamation de l'indépendance de l'Arménie, les autorités locales ont décrété la totale liberté de conscience en 1991..."

Le monastère de Tatev
Le monastère de Tatev
L'église Karmravor à Achtarak. Datée du VII°s., Karmravor est l'une des églises la mieux préservée de la ville.
L'église Karmravor à Achtarak. Datée du VII°s., Karmravor est l'une des églises la mieux préservée de la ville. Crédits : Henryk Wierny
Eglise Sourp Hovhannes (Saint Jean) à Byurakan
Eglise Sourp Hovhannes (Saint Jean) à Byurakan Crédits : Anne Kazazian
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......