LE DIRECT

L’astronomie syriaque au VIe et VIIe siècle.

24 min
À retrouver dans l'émission

Page réalisée avec le concours de Sémiramis Ide

L'ASTRONOMIE SYRIAQUE, UN ÉTAT DES LIEUX Qu'est-il advenu de l'Almageste de Claude Ptolémée (II°s. ap. J.-C.), texte rassemblant les connaissances les plus avancées de l'antiquité en mathématiques et en astronomie, entre la fin de l'Antiquité et l'âge d'or des sciences arabes (Ve au IXe siècle) ? Un mystère à partir duquel l'historienne Emilie Villey a entamé son "enquête"...Son investigation nous emmène au cœur de la chrétienté orientale du VI°siècle, pour nous faire découvrir chez les chrétiens de langue syriaque, polyglottes et traducteurs, leur claire contribution à la préservation des savoirs scientifiques à la fin de l'antiquité.Elle s'interroge notamment sur le rôle que certains de ces syriaques ont pu jouer dans la transmission des sciences au monde arabe puis au monde occidental. Un sujet essentiel et important.

Claude Ptolémée fut le dernier grand astronome, mathématicien et géographe de langue grecque. On sait seulement qu’il vécut à Alexandrie (Égypte) au second siècle de notre ère. Sa grande œuvre astronomique, l’Almageste (ou Syntaxe mathématique), fut considérée par les érudits, comme le manuel d’astronomie de référence durant toute la fin de l’antiquité et le Moyen Àge, jusqu’à la révolution copernicienne !Les théories et les calculs proposés reposent sur l’idée d’un système géocentrique. L’œuvre de Ptolémée, rédigée en grec, se diffusa rapidement dans de nombreuses langues : pehlevi (moyen-perse), syriaque, arabe, latin et elle continua parallèlement à être abondamment recopiée en grec. La plus ancienne traduction conservée date du IXe siècle : il s’agit d’une traduction arabe réalisée par al-Hajjaj et Sarjun sous le règne d’Al-Ma’mun (813-833).

ÉMILIE VILLEY Émilie Villey, notre invité, est chercheuse associée au CNRS (UMR 8167), historienne des sciences, mais surtout linguiste. Son travail a essentiellement consisté à éditer et à traduire les textes anciens depuis le grec et le syriaque.Soutenue en juin 2012, la thèse d'Émilie Villey porte, entre autre, sur la transmission des textes scientifiques grecs dans le monde syriaque : "Les textes astronomiques syriaques (VIe-VIIe siècles) : établissement d'un corpus, édition, traduction et lexique".

"Au VIe et VIIe siècle de notre ère, certains chrétiens de langue syriaque, situés au Proche-Orient, ont fourni des efforts considérables pour comprendre et transmettre l’œuvre astronomique de Claude Ptolémée (IIe s.) : l’Almageste. Le témoignage inédit que fournissent désormais les documents manuscrits traduits par Emilie Villey, montre que ces Syriaques avaient adopté le système géocentrique ptoléméen, avec l’idée d’une terre sphérique inclinée sur ses pôles et qu’ils savaient calculer les éclipses de lune et peut-être de soleil en suivant la méthode préconisée par Théon d’Alexandrie (IVe s.) appliquée aux Tables faciles de Claude Ptolémée. Ces recherches valorisent incontestablement le rôle qu’ont joué les chrétiens syriaques dans la transmission des savoirs scientifiques grecs aux arabes, avant l’apparition des premiers centres intellectuels arabes. Mais certaines zones d’ombre perdurent …"

traité d'astronomie en syriaque
traité d'astronomie en syriaque
Les savants syriaques ont compris l'almageste de C. Ptolémée
Les savants syriaques ont compris l'almageste de C. Ptolémée
Intervenants
  • Chercheur associé au laboratoire Mondes Sémitiques (CNRS)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......