LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

No porno ?

4 min
À retrouver dans l'émission

L’ambiance qui témoigne d’une violence extrême. Non, il ne s’agit pas d’une confrontation des anti-mariage-pour-tous et des forces de l’ordre. Non, les forces de l’ordre, privées, ont dû intervenir ici pour mettre fin à une autre action violente - des membres du collectif féministe international aux seins nus Femen. Les seins nus ont envahi, en mars, dernier la scène du Salon de l’Erotisme à Bourget. Les seins nus protestaient contre l’image dégradant de la femme, contre le viol, contre le téléchargement de vidéos gratuites sur internet.

En faisant des doigts d’honneur aux spectateurs ils ont envoyé les participants « se faire violer eux-mêmes ».

Ceux que les sympathisants de la cause féministe traitent généralement de « cathos intégristes » ont donc reçu un sacré coup de pouce dans leur bataille éternelle contre la pornographie. Mais, dans ce domaine, hautement sensible, nous ne somme pas à une contradiction prés. Toutes les frontières semblent tomber.

Prenez l’Islande. Le pays de la parité parfaite. Le pays où 65% des enfants naissent en dehors des liens du mariage. Le pays où le vibromasseur s’achète au supermarché du coin. Le pays où l’on parle ouvertement des aspects les plus intimes des interactions corporelles. Dans ce pays, dès que la gauche est arrivée au pouvoir (en mettant à la tête du pays une femme qui a toute de suite raconté sa vie sexuelle en avouant sa nette préférence pour les femmes) eh bien, cette gauche a commencé une sacré bataille contre le vice !

Cela a commencé en 2009 par l’introduction de la peine de prison pour les clients des prostitués. On a poursuivi en 2010 en interdisant les boîtes de striptease. En puis cette année la gauche islandaise a carrément essayé d’interdire la pornographie sur internet !

« Nous devons discuter d'une interdiction de la pornographie violente, sur laquelle nous sommes tous d'accord pour dire qu'elle a des effets dangereux sur les jeunes publics et peuvent avoir un lien clair avec les crimes violents » , a expliqué en février le ministre de l'intérieur islandais. En 2010, le gouvernement avait lancé une consultation sur le traitement des viols par la justice, suivie d'une autre sur la pornographie. Cette seconde consultation avait conclu que la violence de ces contenus avait une influence sur les agressions sexuelles...

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......