LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des enfants égyptiens aux abords de la place Tahrir en 2011 près du graffiti "les gouvernements devraient avoir peur de leur peuple"

Égypte : les illusions perdues et le rêve tenace des révoltés de Tahrir

56 min
À retrouver dans l'émission

Que reste-t-il des printemps arabes ? Dix ans après le déclenchement, les révoltes qui avaient suscité tant d’espoir ont pour beaucoup un goût amer. En Égypte, le bilan catastrophique en terme d'avancées démocratiques a traumatisé une génération entière. Qui refuse, pourtant, de se résigner.

Des enfants égyptiens aux abords de la place Tahrir en 2011 près du graffiti "les gouvernements devraient avoir peur de leur peuple"
Des enfants égyptiens aux abords de la place Tahrir en 2011 près du graffiti "les gouvernements devraient avoir peur de leur peuple" Crédits : Claude Guibal / Radio France - Radio France

25 janvier 2011. Le souffle du vent de colère qui a chassé du pouvoir Ben Ali en Tunisie arrive sur l'Égypte. 

A son tour, le peuple s’y soulève, faisant tomber Hosni Moubarak, au pouvoir depuis trente ans à la tête du plus grand pays du monde arabe. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pendant des semaines, le monde entier vit, fasciné, au rythme de la place Tahrir. Une révolte incarnée par une jeunesse frondeuse et cyberactive, pleine d’idéaux. 

Une jeunesse vite broyée par son impuissance et son inexpérience face au duel qui se joue au dessus-d’elle entre les deux principales forces du pays : l’armée et les Frères musulmans. 

Elle est incarnée par ces blogueurs, érigés au statut de stars internationales par les médias du monde entier venus les interviewer en 2011, désormais réduits au silence par la dépression, la répression, l'exil. 

Parmi eux, Alaa Abdel Fattah, figure emblématique de la révolution, Esraa Abdel Fattah, symbole de la résistance des femmes, ou Solafa Magdy, journaliste indépendante et défenseure des droits humains". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Toujours emprisonnés, ils font partie des cas régulièrement évoqués par la communauté internationale et les ONG des droits humains qui interpellent le président Abdel Fattah al-Sissi, qui a juré qu'il ne laisserait plus jamais le chaos se reproduire en Égypte. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Après l’élection du président islamiste Mohamed Morsi, puis sa destitution par l’armée en 2013, et l'arrivée au pouvoir l'année suivante d'Abdel Fattah al-Sissi, une répression croissante s'est en effet abattue sur toute forme d'opposition, islamiste ou libérale.  

L'Égypte d'Abdel Fattah al-Sissi compte quelque 60 000 "prisonniers politiques", selon les organisations de défense des droits humains. Ce pays de 100 millions d'habitants est une "prison à ciel ouvert", selon l'ONG Amnesty International. 

La reprise en main, avec répression sanglante et emprisonnement de milliers d'islamistes, a été féroce. 

Une génération traumatisée

Pour la jeunesse de la place Tahrir, la chute est terrible. L'espoir et l'euphorie renvoyés par ces images de soulèvement relayées en boucle sur les chaînes d'informations avaient chassé un temps le fatalisme de la vie politique du Moyen-Orient, rendant tout "possible". 

Si je pouvais revenir en arrière, j’essaierai de faire mieux, pour que ça termine mieux.  Si je pouvais revenir en arrière,  J’essaierai d’apprendre des autres révolutions pour ne pas refaire les mêmes erreurs. Nous étions prêts à tout sacrifier pour mettre en l’air le système, sans être capable pour autant de proposer un plan alternatif. La prochaine fois, dans un an, cinq ans, ou dix ans, il faudra que l'on soit prêts.

Ramy Essam, le "barde" de la place Tahrir 

En 2011, Ramy Essam, jeune musicien de 23 ans, avait accédé à la notoriété en grimpant, guitare à la main sur l'estrade de la place Tahrir. 

Il reprend les cris de la foule : Dégage !" ("irhal !") - et un slogan - "Le peuple veut la chute du régime" ("Al-chaab yourid iskat al-nidham"). Des mots qui se sont répandus à travers tout le Proche-Orient, renforçant le sentiment d'une destinée régionale commune. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ces paroles résument le puissant désir de changement et de liberté parmi des dizaines de millions d'Arabes. Le cri d'une génération qui ignorait jusque-là ses propres capacités, et qui résonnent aujourd'hui dans les colères qui secouent à nouveau cette région, en Irak, au Liban ou au Soudan. 

Pour la militante égyptienne Shahinaz Abdel Salam, ces mouvements sont des "répliques" sismiques de la place Tahrir. "Il y a  dix ans, les jeunes qui se soulèvent aujourd'hui dans ce pays étaient des enfants. Ils ont été marqués par ces images, peut-être. Et ils ont appris de nous : ils nous disent qu'ils ne se feront pas avoir comme les Égyptiens, ils savent qu'il ne faut pas faire comme nous, laisser la place à l'armée ou aux islamistes", regrette-t-elle aujourd'hui.

Cette "naiveté", cette "inexpérience", est un prix lourd à payer reconnaissent les jeunes de Tahrir : la prison, la mort pour certains, comme le jeune réalisateur Shady Habash, mort en prison à 24 ans après avoir été arrêté pour avoir monté et réalisé la vidéo du clip Balaha, de Ramy Essam, sorti en 2018. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

A découvrir aussi sur internet : 

Araborama "Il était une fois... les révolutions arabes", ouvrage collectif (2021, éditions du Seuil/Institut du Monde arabe) 

"Egypte, les chemins de la liberté", Shahinaz Abdel Salam et Tangi Salaün (Éditions Michel Lafon) 

Intervenants
  • Professeur associé à l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po, chercheur au CERI
L'équipe
Production
Journaliste
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......