LE DIRECT
Manifestation de la jeunesse pour le climat à Bruxelles en février 2019

Insta mag : les jeunes face à l'Europe

55 min

L'abstention des jeunes électeurs européens ne cesse de croître. En 2014, 73% d'entre eux ne s'étaient pas déplacés pour voter. Cette année, 77% préviennent qu'ils ne voteront pas. Trop lointain, complexe, obscur, le projet européen intéresse peu les jeunes. Faut-il y remédier ? Si oui, comment ?

Manifestation de la jeunesse pour le climat à Bruxelles en février 2019
Manifestation de la jeunesse pour le climat à Bruxelles en février 2019 Crédits : Nicolas Landemard / Le Pictorium - Maxppp

Que faire face au désintérêt des jeunes pour le projet européen ? D'élections en élections, l'abstention ne cesse de croître, particulièrement chez les moins de 30 ans, alors même que le Parlement européen a de plus en plus de prérogatives. Inventaire des solutions.

#MeilleureReprésentation 

Pas forcément : pour ce scrutin européen 2019, de nombreux partis en lice ont tenté de séduire l'électorat jeune en rajeunissant leur liste. Peine perdue, Allons enfants, le parti politique de la jeunesse n'était crédité que de 0,5% d'intentions de vote le 14 mai dernier. Il ne suffit donc pas d'être jeune pour intéresser les jeunes.

#MeilleureInformation

Comment voter pour des députés alors que nous ne savons pas ce qu'ils font ni à quoi ils servent ?

Depuis 2014 et le coup de massue de l'abstention massive des moins de 35 ans, la Commission européenne et le Parlement européen ont pourtant investi 183 millions d'euros pour mieux communiquer auprès des citoyens. C'est le programme "l'Europe pour les citoyens". Il est moins bien doté que lors de la précédente mandature mais la Commission propose d’ores et déjà d'augmenter ce budget d'un quart pour le prochain exercice. 

L'objectif : lutter contre les infoxs que suscite l'Union européenne. L'UE serait responsable d'une "invasion de migrants, de l'abandon de l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne ou de vaccins obligatoires". Ou encore 80% des lois en France, seraient imposées par l'UE. Autant de fausses informations qui pullulent sur les réseaux sociaux et sont reprises par tous les partis eurosceptiques ou europhobes.

Surtout, la Commission comme le Parlement ont décidé de pousser les États membres à prendre une part de la responsabilité d'une meilleure l'information et surtout d'une meilleure éducation sur l'UE. Un vrai pari dans un pays comme la France où, selon l’euro baromètre 2017, les citoyens européens sont les moins bien informés et les moins bien éduqués des 28 États membres.

#MeilleureÉducationCivique

Comment voter à 18 ans alors que jusqu'à cet âge nous ne sommes jamais intéressés à un quelconque débat politique ?

Beaucoup de jeunes Français répètent qu'ils n'ont pas reçu la formation civique adéquate pour pouvoir faire le devoir de citoyen à l'âge de 18 ans. Pour répondre à ce manque de l'Education nationale, des associations d'éducation populaire comme les Explorateurs de l'engagement ont lancé depuis quelques années dans les établissements scolaires, et toutes les structures accueillant des jeunes, des bonnes pratiques et des ateliers de formation au débat politique. Objectif : rendre les jeunes plus à même de comprendre et de participer au débat politique européen.

#PlusDeTransparence

Beaucoup de politiques votent des décisions à Bruxelles et rentrent dans leur pays d'origine en prétendant qu'ils ont lutté contre ! Il y a une grande opacité du Conseil européen, l'organe exécutif de l'UE, alors que la transparence est de mise à la Commission et au Parlement.                      
Vincent Couronne, enseignant-chercheur en droit à Sciences Po

En plus de la défiance de la jeunesse vis à vis de la politique traditionnelle, cette opacité détourne bien des citoyens du scrutin européen. "C'est la faute à Bruxelles !" : ce slogan sans cesse rabâché dans les discours politiques pousse de nombreux électeurs vers l’europhobie. Ainsi, en France, le premier parti européen chez les jeunes depuis 2014 est le Rassemblement national.

projetée sur les falaises de Douvres, une oeuvre de jeunes artistes britanniques favorables au maintien de leur pays dans l'UE
projetée sur les falaises de Douvres, une oeuvre de jeunes artistes britanniques favorables au maintien de leur pays dans l'UE Crédits : Radio France

#PlusdEurope ?

Comment créer une Union européenne si les questions qui touchent les citoyens au quotidien ne peuvent être abordées et légiférées ?          
"Viejozapico" nous écrit sur Instagram

Beaucoup de jeunes répètent qu'ils ne se sentent pas concernés par l'Union européenne parce qu'elle ne légifère pas dans les domaines qui leur importent : en priorité les questions d'environnement et les questions sociales.

Les inégalités, l'éducation, la culture sont des domaines qui ne sont pas directement de la compétence de l'UE mais qui restent la prérogative des États membres. Ce fonctionnement s'appuie en plus sur un principe de coopération à 28 qui n'est pas toujours respecté.

L'UE, c'est comme un château en Légo dont vous n'auriez pas toutes les pièces. Cela donne un château à moitié construit dont on se désintéresse.                  
Louis 21 ans, étudiant en lettres à Paris

Plus qu'une meilleure représentation dans les partis, la jeunesse européenne demande donc surtout à être mieux écoutée afin de construire une Europe qui lui ressemble.

Intervenants
  • Professeur de droit à Science Po, responsable du Campus Numérique et créateur des Surligneurs
  • membre des explorateurs de l’engagement

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......