LE DIRECT
Figure du mouvement populaire du "Hirak, dans le Rif marocain, Nawal Benaissa porte le 31 mai 2017 à al-Hoceima un tee-shirt à l'effigie de Nasser Zafzafi, le leader de cette contestation

Amnesty International lance sa campagne pour libérer les défenseurs des droits fondamentaux

55 min

Comme tous les ans à la même époque, France Culture consacre son "Grand Reportage" à la campagne d'Amnesty International intitulée "10 jours pour signer" : une campagne de soutien pour 10 défenseurs des droits fondamentaux, harcelés, emprisonnés ou menacés de par le monde. Des femmes cette année.

Figure du mouvement populaire du "Hirak, dans le Rif marocain, Nawal Benaissa porte le 31 mai 2017 à al-Hoceima un tee-shirt à l'effigie de Nasser Zafzafi, le leader de cette contestation
Figure du mouvement populaire du "Hirak, dans le Rif marocain, Nawal Benaissa porte le 31 mai 2017 à al-Hoceima un tee-shirt à l'effigie de Nasser Zafzafi, le leader de cette contestation Crédits : AFP

Le principe de cette campagne "10 jours pour signer" est simple : Amnesty incite le grand public à signer des pétitions, rédiger des lettres de soutien ou encore à écrire directement aux gouvernements pour exiger la fin des poursuites ou la libération des défenseurs des droits fondamentaux et ce partout dans le monde. Avec un coup de projecteur particulier sur 10 d'entre eux, 10 d'entre elles devrait-on dire cette année : la campagne 2018 d'Amnesty, en effet, se concentre particulièrement sur les militantes des droits fondamentaux qui sont harcelées, emprisonnées ou même tuées parce qu'elles défendent les droits fondamentaux. 

Parmi les 10 femmes sur lesquelles Amnesty International a décidé de braquer ses projecteurs, nous avons choisi d'illustrer en reportage le cas de deux d'entre elles. Sara Doublier, notre correspondante au Maroc, nous raconte la campagne et la répression de ce que l'on a appelé le Hirak al Rif, le mouvement du Rif dans les années 2016-2017, principalement autour de Nawal Benaissa.

Cette mère de famille de quatre enfants qui fut l'une des voix de ce mouvement social, demandant davantage d'investissements dans la région du Rif, a été détenue à quatre reprises, condamnée à 10 mois de prison avec sursis, forcée de déménager. Elle demeure sous la pression constante des autorités marocaines, particulièrement au moment où s'ouvre le procès en appel d'une cinquantaine de protestataires du Hirak, la plupart condamnés à de très lourdes peines en première instance - jusqu'à 20 ans de réclusion.

Second coup de projecteur de ce "Grand Reportage" : l'Inde et plus précisément la région de Chhattisgarh dans le centre du pays, où notre correspondant sur place, Gaspard Ilitch, est allé rencontrer Pavitri Manhji, cheffe élue du conseil de village de Bhengari et qui se bat bec et ongles pour éviter à sa communauté - des aborigènes Adivasi - d'être une fois de plus expulsée de ses terres ancestrales, mais où l'Inde entend construire deux centrales électriques.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......