LE DIRECT
Manifestation en juin devant le palais de Justice de Ouagadougou pour exiger "vérité et justice" pour les victimes de Yirgou, au nord du Burkina Faso. Des représailles contre les Peuls, après un attentat terroriste, y ont fait au moins 49 morts.

Les Peuls : des pions sur l’échiquier djihadiste ?

56 min
À retrouver dans l'émission

La contagion djihadiste au Sahel a gagné le Burkina Faso, devenu le nouvel épicentre de la violence terroriste en Afrique de l'Ouest. Dans ce pays jadis modèle de cohésion sociale, la poussée djihadiste se fait sur l'instrumentalisation des différends communautaires. En première ligne : les Peuls.

Manifestation en juin devant le palais de Justice de Ouagadougou pour exiger "vérité et justice" pour les victimes de Yirgou, au nord du Burkina Faso. Des représailles contre les Peuls, après un attentat terroriste, y ont fait au moins 49 morts.
Manifestation en juin devant le palais de Justice de Ouagadougou pour exiger "vérité et justice" pour les victimes de Yirgou, au nord du Burkina Faso. Des représailles contre les Peuls, après un attentat terroriste, y ont fait au moins 49 morts. Crédits : Olympia De Maismont - AFP

Le Burkina Faso a longtemps été un modèle de cohésion sociale. 

Mais depuis début 2015, les attaques attribuées aux groupes djihadistes ont fait près de 700 morts dans le pays, et environ 500 000 déplacés internes et réfugiés. 

Les terroristes savent jouer sur les failles de l’Etat, et attiser les divisions entre communautés. Les disputes ancestrales, liées à l’accès aux ressources, ont viré aux massacres. Et les Peuls, ce peuple de nomades musulmans, sont suspectés de connivence avec les djihadistes. 

Cette ethnie, parfois qualifiée de "Kurdes d'Afrique" est détentrice d'une culture millénaire, fermée et dense, avec sa langue, ses rituels, son code de valeurs si important : le pulaaku. Une identité particulière, qui les conduit à vivre souvent à la marge des sociétés auxquelles ils appartiennent. 

Cette communauté d’au moins quarante millions de personnes est répartie à travers une dizaine de pays, disséminée au gré de la transhumance de ses troupeaux. Du bétail dont le passage à travers les terres agraires, à l'approche des points d'eau, abîme les récoltes, les cultures des agriculteurs...

Éleveur Peul et son troupeau, Burkina Faso
Éleveur Peul et son troupeau, Burkina Faso Crédits : Claude Guibal / Radio France - Radio France

Si en milieu urbain les Peuls sont parfaitement intégrés, dans les zones rurales, ils vivent isolés sur ces territoires frontaliers et désertiques qu'ils partagent désormais avec les groupes armés terroristes.  

A leur égard, il y a parfois la défiance ancestrale pour les nomades, ceux qui n'ont pas de terre, pas d’attaches autres que leurs bêtes. Il y a aussi le ressentiment, sourd, des agriculteurs, majoritaires, qui les accusent de détruire les terres, des terres qui avec le dérèglement climatique, deviennent de plus en plus rares, de plus en plus précieuses, de moins en moins partageables.

Un vivier privilégié pour les groupes djihadistes

En milieu rural, les Peuls sont souvent non scolarisés. Conséquence du nomadisme, mais aussi de la crainte de perdre leur culture au contact d’une école "normalisée". C’est dans certaines de ces écoles coraniques que le prédicateur malien Amadou Koufa, chef de la Katiba du Macina, un des principaux groupes djihadiste d’Afrique de l'ouest, ou le Burkinabé Malam Dicko ont pu parfois trouver un écho pour recruter des jeunes, en exploitant leur ressentiment contre les états centraux et l'ostracisation à leur égard. 

Stratégie redoutable, pour déclencher des cycles de violences inter-communautaires et ainsi déstabiliser les états devenus ingouvernables, ce qui leur permet de s'emparer facilement de territoires entiers. Aujourd’hui, deux des organisations terroristes les plus puissantes du Sahel, la katiba Macina, au Mali, ou Ansaroul Islam, très présent au Burkina Faso, sont essentiellement peules, ce qui a longtemps fait planer le spectre d’un "djihad peul".

Un spectre aux conséquences catastrophiques et sanglantes : par effet d’amalgame, la méfiance s’est étendue à l’ensemble de la communauté peule, piégée par la redoutable stratégie des djihadistes. 

Au Burkina Faso, pays enfoncé dans une terrible spirale de violence depuis la chute de Blaise Compaoré en 2014 - et comme dans le reste du Sahel –, les Peuls sont aujourd'hui les victimes les plus exposées de la dérive sécuritaire, car ils sont amalgamés aux mouvements terroristes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Burkina Faso est extrêmement représentatif de la façon dont les djihadistes prospèrent en Afrique de l’ouest. 

Ils jouent de l'affaiblissement des états, des changements de régime qui entraînent la désorganisation des services de sécurité et le chaos, la faiblesse des armées régionales, et l'abandon, par les états africains de pans entiers du territoire, oubliés du développement. 

Des zones grises, aux populations ostracisées, et dont le ressentiment envers les pouvoirs centraux sont exploités par les groupes armés radicaux qui s'engouffrent dans les failles laissées par les états. Les conflits communautaires qu'ils cherchent à embraser en déclenchant des massacres et leurs cycles de représailles, impliquent notamment la communauté peule.

Le massacre de Yirgou, premier point de bascule

En janvier 2019, au moins 49 personnes (selon les chiffres officiels) jusqu’à plus de 200 (selon les organisations de la société civile) ont ainsi été tuées lors de représailles contre des Peuls, après que des djihadistes ont assassinés le chef coutumier mossi du village de Yirgou, au nord du pays, et sa famille. 

Un massacre attribué aux Koglweogos, la plus puissante des milices d’autodéfense villageoises. 

Les milices, un état dans l'état ?

Des groupes communautaires qui ont pris de l'ampleur dans le chaos qui s'est installé après la chute du président Blaise Compaoré en 2014. Dans les zones reculées, elles ont progressivement pallié l'absence de l'état, de la police, de l'armée, pour régler la délinquance ordinaire, les vols, les litiges, à leur façon : méthodes expéditives, coups, châtiments corporels violents. 

Une action qui a d’abord été saluée, car ces milices ont contribué à ramener la sécurité en zone rurale. Après les attaques terroristes qui ont commencé dans la foulée du départ de Blaise Compaoré, les Koglewogos (associés à la communauté majoritaire mossi) se sont placés en supplétifs des forces de défense et de sécurité, au point de devenir, dans certaines zones reculées où nul étranger ne pénètre sans être remarqué, un véritable état dans l’état. Au mépris des règles élémentaires de l’état de droit, la présomption d'innocence... sans être jamais inquiétées...

Le cycle des représailles inter-communautaires

Un an après le massacre de Yirgou, la justice est au point mort. L’enquête ouverte n’a menée à aucune arrestation. 

Une paralysie judiciaire qui révolte la communauté peule, entretenant un sentiment d’injustice qui a ouvert la voie à un cycle de violences et de représailles, comme à Arbinda. Une dynamique à l’œuvre également au Mali, où les affrontements inter-communautaires entre les Peuls et les Dogons ont fait des centaines de morts, comme à Ogassogou ou 160 Peuls ont été tués par une milice fin mars.  

Au Burkina Faso, des collectifs de la société civile accusent également l'armée, les Forces de Défense et de Sécurité, d'exactions sur la communauté peule, en multipliant les arrestations arbitraires et les exécutions extra-judiciaires. Des accusations rejetées par les autorités burkinabés. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

De nombreux experts, désormais, évoquent au Sahel le risque de conflits inter-ethniques. Un terme très fort, mais une sonnette d’alarme au moment où toute l’Afrique de l’Ouest est progressivement gagnée par la tempête djihadiste. 

Rediffusion de l'émission du 13/12/2019

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......