LE DIRECT
19 avril 1967 : Kathrine Switzer est empêchée de courir le marathon de Boston par John Duncan, un coureur américano-écossais. Ses amis lui permettront de finir la course et d'entrer dans l'Histoire.

Sport de haut niveau : jamais plus sans elles

55 min
À retrouver dans l'émission

"Il y aura un avant et un après Coupe du monde" selon la vice-présidente de la fédération française de football. Jamais en France, une compétition féminine n'a suscité autant d'intérêt. Le chemin a été bien long et semé d'embûches. Et beaucoup de sportives rencontrent encore bien des difficultés.

19 avril 1967 : Kathrine Switzer est empêchée de courir le marathon de Boston par John Duncan, un coureur américano-écossais. Ses amis lui permettront de finir la course et d'entrer dans l'Histoire.
19 avril 1967 : Kathrine Switzer est empêchée de courir le marathon de Boston par John Duncan, un coureur américano-écossais. Ses amis lui permettront de finir la course et d'entrer dans l'Histoire. Crédits : Paul Connell/The Boston Globe - Getty

"La petite fiancée de l'Atlantique" Florence Arthaud, la marathonienne américaine Kathrine Switzer, la championne de tennis Billie Jean King. Le sport féminin s'est construit au fil des dernières décennies grâce au culot et à la force d'une poignée de pionnières.

Leur combat a porté ses fruits. En tennis, les femmes touchent les mêmes primes que les hommes dans les tournois du Grand Chelem. Les sponsors et la couverture s'intéressent de la même manière aux deux sexes en athlétisme ou en ski. Mais la lutte continue. Lore Baudrit, attaquante de l'équipe de France de hockey sur glace, est obligée d'aller à l'usine pour payer ses factures. La pongiste Stéphanie Loeuillette a financé sur ses fonds personnels le début de sa carrière. Et les journalistes-femmes commentatrices d’événements sportifs se comptent sur le bout des doigts.

Pour "Grand Reportage", Guillaume Battin s'est intéressé à ces sportives qui doivent se battre pour trouver leur place.

Portraits de 3 figures du sport féminin

Kathrine Switzer

K.S - 261

C’est par ces deux lettres, ses initiales, que l’athlète américaine s’engage frauduleusement au marathon de Boston. Une compétition sportive réservée aux hommes. Très vite reconnue par un commissaire. On tente de l’arrêter. Mais le dossard numéro 261 va trop vite. Et Kathrine Switzer est protégée par son compagnon, un spécialiste du lancer du marteau. Sur la ligne d’arrivée, Switzer prouve qu’une femme peut courir 42 km 195, plus vite que beaucoup d’hommes. Ils ont voulu l’empêcher de courir, elle est devenue une icône.

Billie Jean King

Lorsqu’elle frappe ses premières balles en Californie à l’âge de 11 ans, elle dit à sa mère : ''Je deviendrai numéro un mondiale''. Bille Jean King est non seulement l’une des plus grandes joueuses de l’histoire du tennis de l’histoire (12 victoires en simple en Grand chelem), mais elle est aussi l’un des personnages les plus influents de l’histoire du sport. 

Première sportive à annoncer son homosexualité en conférence de presse, elle profite de sa notoriété pour défendre les droits des femmes (dans le sport). Elle a également participé à la création de la WTA (women’s tennis asscociation) avec laquelle elle obtient les mêmes primes de matchs que les hommes. Sa nette victoire en 1973 face au joueur misogyne et provocateur Bobby Riggs la place au rang de star mondiale.

Florence Arthaud

La petite fiancé de l’Atlantique est morte à l’âge de 57 ans dans un accident d’hélicoptère en 2015. Elle participait au tournage d’une émission de télévision, Dropped. Un destin tragique qui aurait pu s’arrêter bien plus jeune.

A 17 ans déjà, elle tombe dans le coma après un accident de voiture. A 21 ans, elle participe à sa première grande course à la voile, la Route du Rhum. Et c’est elle qui déroute son bateau pour porter secours à un autre skipper, Loïc Caradec. Elle ne trouvera que son catamaran, retourné.

En 1990, elle pulvérise le record de la traversée de l’Atlantique lors de la route du Rhum (première victoire d’une femme). Une course qui a failli mal tourner. Seule sur son bateau, elle est victime d’une hémorragie à la suite d’une fausse couche.

En 2011, Florence Arthaud tombe à l’eau au large du Cap Corse. Par chance, son téléphone portable marche encore et elle parvient à prévenir sa famille. Elle est hospitalisée en état d'hypothermie.

Intervenants
  • chercheuse à l’Iris, spécialiste du sport dans les relations internationales, co-auteure du rapport "quand le foot s’accorde au féminin"
L'équipe
Production
Journaliste
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......